Objets connectés : les attentes des Français se précisent

Thomas Pontiroli
09 janvier 2015 à 13h44
0
Dans une étude menée auprès d'un millier de Français représentatifs de la population, OpinionWay relève leurs attentes en matière d'objets connectés - sur un fond de crainte pour leur vie privée.

L'année 2015 a débuté sous le signe des objets connectés. Pour s'en convaincre, une statistique : sur les 3 200 exposants réunis début janvier au CES de Las Vegas, le rendez-vous qui donne le « la » en high-tech, les deux-tiers présentaient au moins un de ces objets. Un élan d'innovations qui traîne avec lui sa batterie de cyber-babioles, de la ceinture à la tétine 3.0. Interrogés par OpinionWay, les Français voient d'autres usages.


0230000007847391-photo-objets-connect-s.jpg
Les domaines où les objets connectés auraient le plus de potentiel - crédit: OpnionWay et La Poste.


Contexte. Pour qu'une technologie soit adoptée par le public, elle doit répondre à un besoin, résoudre un problème, ou simplement faciliter une expérience. La tablette tactile par exemple, à sa sortie, ne solutionnait pas la grande équation de l'univers. Mais elle rendait tout d'un coup le surf sur Internet, la consultation de contenus multimédia ou l'utilisation d'applications, plus simples et confortables.

Pour l'Internet des objets, c'est plus complexe. Il ne s'agit pas d'un produit défini mais d'un concept. L'un de ses premiers avatars, le bracelet connecté, n'a pas convaincu. Obnubilés par le comptage des pas quotidiens, et la plus ou moins mesure du sommeil, ils ont d'abord contribué à donner une vision simpliste de l'« IoT ». Malgré tout, les Français commencent à s'éveiller au champ des possibles autour de ces objets.

Reconnecter les personnes isolées

L'enquête OpinionWay a été commandée par La Poste, qui a présenté au CES de Las Vegas une application centralisant ses données. L'étude note que les grandes attentes des Français se situent dans les services de proximité, l'habitat et la santé. Pour 88% des personnes sondées, les objets connectés peuvent apporter un bénéfice dans l'intervention rapide de personnels de confiance auprès de personnes isolées et âgées.

C'est une promesse qu'essaie par exemple de remplir le nouveau bracelet Tempo. Celui-ci mesure en permanence l'activité des seniors et lorsqu'un comportement anormal est identifié, tel qu'un temps de sommeil, des déplacements ou une immobilité dont la durée se prolongerait, il donne l'alerte à un proche. Pour 85% des Français, ce genre de dispositifs contribue au maintien à domicile de ce type de personnes.


0118000007847401-photo-lg-gizmopal.jpg
0118000007847403-photo-lg-gizmopal.jpg

Le bracelet GPS pour enfant LG GizmoPal - crédit : Verizon.


La sécurité des enfants, que ce soit à la maison ou en ville, est également un enjeu sur lequel les objets connectés sont attendus - par 71% du panel interrogé. Sur ce secteur, citons le bracelet GizmoPal de LG.
Doté d'une puce GPS et GSM, il connecte les enfants à leurs parents de deux façons : ils peuvent suivre leurs trajets à la trace sur une carte, via une application mobile, et les contacter par téléphone en cas de besoin.

Améliorer la sécurité de son habitat

Sur la question de l'habitat, 74% des personnes sondées par OpinionWay estiment que les objets connectés aident à prévenir les risques d'incendie. Le détecteur de fumée de la célèbre entreprise américaine Nest permet d'alerter un habitant de la présence de fumées et de monoxyde de carbone sur son smartphone. Gageons seulement que l'utilisateur ait du réseau afin de recevoir l'alerte avant que le feu ne se déclare.

Pour une proportion équivalente de personnes interrogées, ces objets peuvent aider à réaliser des économies d'énergie ou à protéger leur domicile contre les intrusions, à l'instar de la caméra connectée française Kiwatch, qui peut retransmettre les images de vidéosurveillance sur smartphone. En cas de détection d'une intrusion, une alarme est envoyée. La Philips In Sight, elle, détecte les bruits et les mouvements.

Mais protéger les données personnelles

Ces innovations n'occultent pas le respect de la vie privée. Trois quart des Français interrogés pensent en effet que la sécurité des données personnelles constitue actuellement un frein à l'usage des objets connectés.

En octobre 2014, le G29, regroupant l'ensemble de commissions Informatique et Liberté en Europe, avait invité les fabricants d'appareils, développeurs d'applications et autres acteurs de l'Internet des objets à se conformer au droit européen lors de la collecte de données personnelles. Mais ça n'était là qu'un avis.


Découvrir les objets connectés du CES 2015 :




Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
Et de trois ! Un nouveau prototype de Starship détruit lors d'un test de réservoir
Audi : pas de version 100 % électrique pour la berline premium A8
L'iPhone 9 s'appellerait finalement iPhone SE, et serait disponible ... demain
scroll top