3D Printshow 2014 : l’impression alimentaire tente de faire son trou

17 octobre 2014 à 20h10
0
Le salon 3D Printshow met l'impression alimentaire à l'honneur cette année. Bien que le secteur soit très récent et encore peu connu, il trace peu à peu son chemin chez les professionnels de la restauration.

Pour sa 3e édition, le 3D Printshow reprend ses quartiers au Carrousel du Louvre à Paris les 17 et 18 octobre. L'occasion pour le public et les professionnels de découvrir les dernières innovations de cette jeune industrie.

Sur 7 000 mètres carrés et avec un panel d'une cinquantaine d'exposants, le salon couvre tous les champs de l'impression 3D, de la médecine à la décoration, en passant par l'architecture, et même la restauration. La nourriture est d'ailleurs l'un des thèmes phares du salon, auquel participent les principaux acteurs de ce domaine encore balbutiant.

Un secteur peu connu

« Le marché est en plein essor, mais il n'est pas très connu (...) c'est pourquoi nous devons communiquer, afin que les gens sachent ce que l'impression 3D peut leur apporter », affirme Christina Zheng, directrice général de Choc Edge, une entreprise qui fabrique des imprimantes à chocolat.

01E0000007693509-photo-arc-de-triomphe-en-chocolat-choc-edge.jpg


Si le secteur n'est pas encore très connu, c'est parce qu'il ne compte pour le moment que peu d'acteurs. Le prix des machines étant un facteur venant limiter le recours à cette technologie. Mais, « je pense que d'ici trois ans, les prix auront baissé. Regardez les autres domaines de l'impression 3D, ils ont beau être jeunes, on trouve désormais des machines très efficaces pour à peine 600 euros », note Frits Hoff, directeur et fondateur du FabLab Maastricht, une fondation néerlandaise spécialisée dans la recherche de nouveaux matériaux pour les imprimantes 3D.

Un domaine résolument orienté vers les professionnels

Parmi les clients des entreprises qui commercialisent des imprimantes pour fabriquer de la nourriture, il y a entre autres les pâtisseries, les chocolatiers, les chefs cuisiniers qui souhaitent créer des recettes originales, mais ces produits s'adressent aux professionnels de la restauration.

L'impression 3D de nourriture présente deux intérêts majeurs. D'abord, offrir une personnalisation de masse. C'est-à-dire que les clients peuvent facilement et rapidement obtenir des produits personnalisés. « Nos appareils sont beaucoup utilisés pour les mariages ou pour personnaliser des gâteaux d'anniversaire », indique Christina Zheng.

01E0000007693521-photo-impression-de-chocolat-blanc-fablab-maastricht.jpg


Le second intérêt, c'est que des machines puissent s'occuper des tâches répétitives, sans brider la création des recettes : « le but n'est pas de pousser la restauration vers une industrialisation encore plus importante », explique Frits Hoff. Un avis partagé par Luis Fraguada, directeur de la recherche de Robots In Gastronomy, qui fabrique des appareils pour imprimer du chocolat : « c'est plutôt une nouvelle manière de créer ». En effet, les imprimantes 3D sont moins rigides que les machines industrielles habituelles, ainsi, la conception serait plus libre.

Pour ce qui est de l'arrivée éventuelle de ces machines chez les particuliers, Luis Fraguada se montre sceptique : « je ne pense pas qu'on verra les imprimantes 3D arriver dans les cuisines des gens, ou alors, dans très longtemps. Pour l'instant, elles sont surtout intéressantes pour les professionnels ».

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Infos US de la nuit : la première pub sur Snapchat ce week-end
Sondage : que vous inspirent les hackers ?
En plus des appels vidéo, BBM s'inspirera de Snapchat
Microsoft lancerait sa smartwatch
Wiko Highway Signs : un smartphone low cost mais design
PlayStation 4 : lecteur MP3, thèmes et améliorations pour joueurs avec la mise à jour 2.0
En perspective, un nouveau format d'article sur Clubic
InterCloud lève 4 millions d'euros et reçoit Riverbed au capital
Live Tiles : Microsoft gagne son procès contre SurfCast
Dropbox c’était bien, et si maintenant on synchronisait l’activité ?
Haut de page