Robolution Capital, pour que les robots se lèvent et marchent

Thomas Pontiroli
04 mars 2014 à 11h58
0
Soutenu par le privé et par l'État, suite au lancement de « France robots initiatives » l'année dernière, le fonds Robolution Capital soutiendra la robotique de services à hauteur de 80 millions d'euros.

0104000007206202-photo-bruno-bonnell.jpg
Bruno Bonnell, Robopolis
La filière robotique s'organise en France, et Robolution Capital compte y prendre une part active. Ce fonds d'investissement, initié en janvier 2012 par Bruno Bonnell, fondateur de la société Robopolis, et Orkos Capital, a réuni 80 millions d'euros auprès d'investisseurs publics et privés, comme AG2R La Mondiale, Orange, EDF, Thales, Bpifrance, et le Fonds européen d'investissement.

Se définissant comme le premier fonds européen dédié à la robotique de services, Robolution Capital vise à soutenir entreprises avec des tickets de 300 000 à 3 millions d'euros par société. Le fonds couvrira plusieurs phases de maturité, de l'amorçage au capital développement.

Estimé à 17 milliards d'euros en 2013, le marché de la robotique de services s'affiche en forte croissance et devrait atteindre 100 milliards d'euros en 2018, selon les prévisions de l'IFR1 de 2013. D'après le rapport Pipame sur la robotique, l'Europe représente un tiers de ce marché, où l'Allemagne et l'Italie figurent dans le peloton de tête, ainsi que la France, qui compte une soixantaine de laboratoires de recherches dédiés.

Trouver les bons usages

Bruno Bonnell prédit que « la robotique va émerger, à l'instar d'Internet dans les années 90, comme une industrie à part entière avec un impact sur l'ensemble des secteurs d'activité ». Plus que de l'état actuel du marché, encore petit en valeur absolue, il dit s'intéresser à la tendance, qu'il décrit comme exponentielle.

Ce qui tire le marché des robots de service grand public aujourd'hui, ce sont les drones - dont Parrot a contribué à populariser l'usage - mais aussi les robots de surveillance et de nettoyage - à l'instar des aspirateurs intelligents, qui se sont vendus à 150 000 exemplaires en France en 2013 contre 1 000 en 2006.

« Comme toujours, le public doit percevoir l'intérêt d'un produit pour que cela se vende, à condition que le prix reste cohérent », analyse Bruno Bonnell. Pour lui, la prochaine « frontière » à traverser est celle de la téléprésence, une technique de visioconférence représentant ses interlocuteurs à l'échelle 1 et donnant l'impression qu'ils sont présents. En exemple d'applications envisagées, il explique que ces systèmes pourront accompagner les personnes âgées ou bien faire office de système de surveillance pour enfant.



« L'investissement n'est plus un frein »

Côté professionnel, la situation évolue également. Le frein historique à l'adoption des robots en entreprises était le montant de l'investissement. Mais Bruno Bonnell assure que le ticket d'entrée a été divisé par dix en une décennie et que ça n'est plus tant un frein que cela désormais. Reste la formation. Sur ce point, il répond que les formations d'ingénieur en robotiques se sont multipliées, comme à l'ESME de Lyon.

Afin de soutenir l'industrie de la robotique, le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg, avait présenté voilà un an son plan « France robots initiatives », comprenant la création d'un comité stratégique, le lancement prévu cette année d'états généraux annuels de la robotique et bien sûr une participation au fonds Robolution. Pour Bruno Bonnell, c'est « suffisant pour faire émerger la filière ».

À lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

De nouveaux modèles climatiques ont été créés... et la situation est pire que prévue
Stallman quitte la Free Software Fundation après la divulgation d'emails évoquant l'affaire Epstein
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Ça y est, le Fold est disponible en France... pour 1,6 SMIC (net).
Un démantèlement des GAFA ?
En Californie, Donald Trump tente d’annuler la loi sur les limites d'émissions de CO2
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des défauts de fabrication découverts sur six réacteurs nucléaires en activité en France
Avec sa Model S, Tesla aurait battu le record de la Porsche Taycan sur le circuit de Nürburgring

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top