Les ventes de tablettes plus fortes que prévu en France

14 mai 2013 à 11h52
0
L'institut GfK a relevé ses prévisions de ventes de tablettes tactiles pour le marché français mais observe un ralentissement de la croissance depuis 2010. Une tendance accompagnée par une érosion des prix.

00F0000005877260-photo-apple-ipad-mini.jpg
Le marché des tablettes en France devrait atteindre sans surprise un nouveau record cette année. D'après les projections de l'institut GfK, revues à la hausse de 1 million d'unités, il se vendra dans l'Hexagone 6 millions de tablettes d'ici la fin 2013. Un chiffre à comparer avec les 3,6 millions de terminaux écoulés l'an passé, et les 1,5 million de 2011. Mais si cette croissance reste soutenue, elle ralentit.

Entre 2010 - année de départ d'un marché de masse avec le lancement de l'iPad d'Apple - et 2011, la progression a été de 250%. Entre 2011 et 2012, où d'autres acteurs comme Samsung et ses Galaxy Tab ont percé, la croissance s'est située à 140%. Et entre 2012 et cette année, la variation devrait atteindre 65%. GfK de conclure que « la contradiction aura vite rattrapé le marché de la tablette tactile en France ».

D'un côté, les fabricants veulent « valoriser l'innovation liée aux usages du tactile ». De l'autre, ils taillent dans les prix pour être raccord avec les attentes de la distribution, « qui cherche à générer du trafic ne magasin avec une politique de prix bas ». Ainsi au premier trimestre, le prix des tablettes a fondu de 32%. Or d'après le cabinet, ces deux logiques pourraient s'avérer contradictoires, ce qui entamerait la longévité de ce marché.

Le prix moyen d'une tablette passe à 271 euros

Pour François Klipfel, directeur général adjoint chez GfK Consumer Choices France, cette baisse tarifaire « est le signe indéniable d'un marché dont l'argument majeur reste le prix ». Selon lui, « les concessions que cela implique au niveau de l'expérience consommateur ne disent en revanche pas si ce dernier y trouvera son compte sur le long terme ». L'argument du prix est particulièrement fort chez Amazon et Google qui vendent leurs tablettes à prix coûtant, sans réaliser de bénéfices liés à la vente. De quoi proposer des prix planchers.

Ces tarifs, situés parfois sous la barre des 200 euros, n'auraient pas non plus été possibles sans les avancées « considérables » de l'outil de production asiatique, note GfK. Ces tablettes positionnées sur le low-cost - à un prix de 271 euros en moyenne -, combleraient sur ce segment le recul des netbooks de 40% en 2012. D'après l'institut, la grande distribution a ainsi « plus que compensé par les tablettes pour générer du trafic ».

Un autre levier de la baisse des prix est la tendance à des tailles d'écran plus basses. Apple s'y est mis également avec l'iPad Mini introduit en octobre 2012. Et le succès se vérifie : au premier trimestre, le terminal de 7,9 pouces a cannibalisé les ventes de son grand frère de 9,7 pouces, commercialisé 170 euros de plus.

Sur ce premier trimestre, la croissance en France reste malgré tout inférieure à ce qui est observé à l'international. IDC relevait début mai une progression de 142%, avec plus de 49 millions d'unités.


01F4000005966890-photo-tablettes-france-2012.jpg
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires

Haut de page