Marini présente son plan de bataille contre les géants américains

le 24 octobre 2012 à 17h38
0
Philippe Marini (UMP, Oise) a présenté sa feuille de route sur le thème de la fiscalité du numérique. En matière de taxation de la publicité en ligne le sénateur donne rendez-vous dès le mois de janvier prochain.

00FA000005478679-photo-philippe-marini.jpg
En juillet dernier, le sénateur Marini avait présenté sa proposition de loi visant à taxer les géants du Net installés dans certains Etats européens où la fiscalité leur est plus avantageuse. Le choix d'Etats comme l'Irlande (Google) ou le Luxembourg (iTunes, Amazon) a alors été motivé par des considérations fiscales.

Par exemple, un titre acheté sur iTunes par un consommateur français ne sera pas taxé par la TVA française mais sera soumis aux règles du Luxembourg. Un manque à gagner pour la France de l'ordre de 600 millions d'euros par an, estime le sénateur. C'est pourquoi dès le 31 janvier prochain, les propositions de l'élu seront examinées au Sénat après avoir été préalablement décortiquées dans le cadre du projet de loi de finance.

Toujours est-il que Philippe Marini entend poursuivre 3 objectifs :

  • Faire une proposition de loi prévoyant un dispositif de déclaration fiscale applicable aux acteurs étrangers pour une série de taxations.

  • En appeler à l'Europe pour qu'elle raccourcisse le délai de mise en œuvre de la directive TVA relative aux services électroniques. Cette dernière prévoit que la TVA devra être prélevée dans le pays où l'achat est effectué et non plus dans celui où est installée la société. En principe, cette modification doit entrer en vigueur le 1er janvier 2015 mais sa perception effective n'arrivera qu'en 2019.

  • Demander qu'au niveau international, les règles d'imposition des bénéfices établies par l'OCDE soient modifiées. Le sénateur invite à mieux prendre en compte « la spécificité de l'économie numérique et de la dématérialisation des flux de richesses ».

Reste à connaître la position des acteurs du Web français. En juillet dernier, l'IAB France (Interactive Advertising Bureau), représentant des plus gros diffuseurs de contenus en France comme Dailymotion, Deezer ou encore Google, et la Fevad avaient affiché leur désaccord face à cette proposition fiscale visant à taxer à hauteur de 0,5% les régies publicitaires aux revenus compris entre 20 millions et 250 millions d'euros, et de 1% au-delà.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Mots-clés : E-business Google
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Audi se connecte aux feux de circulation en Europe, deux ans après les US
Le salaire médian d'un stagiaire chez Facebook est de... 8000 dollars par mois
Microsoft brevette un système automatisé de génération de carnet de voyage
Un nouveau kilo, Huawei, SFR, Parcoursup : les actualités tech' de la semaine
LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
scroll top