Roaming : le double jeu d’Orange

01 juin 2018 à 15h36
0
006E000005682052-photo-anicet-mbida.jpg
L'éditorial de Anicet Mbida, rédacteur en chef de Clubic Pro.
Comment amener ses clients du rire aux larmes en moins d'une semaine ? Simple : présentez-leur une application qui supprime les frais de roaming à l'étranger. Attendez quelques jours. Enfin, laissez les ministres repousser la fin du roaming Européen aux calendes grecques. Retour sur une semaine où j'ai nourri de fous espoirs sur l'abandon des frais d'itinérance.

Tout commence jeudi 26 février, quelques jours avant l'ouverture du Mobile Word Congress. Dans un communiqué, Orange annonce « Reach Me » une option inédite pour Libon, son application de VoIP. Avec celle-ci, l'abonné peut appeler et être appelé sur son numéro de mobile en utilisant le WiFi. En clair, si l'on bascule en mode avion, on peut quand même émettre et recevoir des appels sur son 06, si l'on est connecté en WiFi.

Plus de surcoût hors de son pays

L'option est évidemment très utile en cas de mauvaise couverture réseau. Mais elle prend tout son intérêt à l'étranger pour s'affranchir des frais de roaming. Plus besoin de s'arracher les cheveux à paramétrer un client SIP. Ni de bidouiller un renvoi vers un numéro Skype-in. L'accès WiFi suffit, et tous ses appels seront reçus, partout dans le monde, sans surcout, via l'application Libon. Une aubaine pour les globe-trotteurs.

Ne pas payer plus cher quand on téléphone hors de son pays. L'idée fait son chemin dans l'Union Européenne. Depuis quelques années, Bruxelles travaille à la suppression progressive des frais d'itinérance sur le Vieux Continent. Les appels et le surf mobile depuis plusieurs pays de l'Union commencent à être inclus dans les forfaits. En avril 2014, a même été voté le « Paquet Télécoms » qui fixait une date butoir pour la fin du roaming : le 15 décembre 2015. Il y avait donc de quoi être confiant.

Fin du roaming Européen en 2018... au mieux

Mais cette semaine patatras ! Les ministres des télécoms des états membres ont préféré ne pas valider le texte Européen pour préserver les marges de leurs opérateurs locaux (elles tournent autour de 60% sur les frais d'itinérance). Après des mois de tractations, un seul consensus : « évaluer, d'ici mi-2018, quelles mesures supplémentaires pourraient être nécessaires pour éliminer à terme les frais d'itinérance ».

Retour à la case départ et douche froide pour les globe-trotteurs ? Pas tout à fait diront certains, puisqu'on peut compter sur Libon. Sauf qu'avec le rétropédalage des États membres, je suis devenu pessimiste. Un exemple : pour pouvoir être appelé sur son mobile en WiFi, il faudra d'abord que l'option Reach Me soit activée dans le pays. Or pour l'heure, l'Italie est le seul pays à tenir la corde pour le lancement du service fin mars.

Pourquoi l'Italie ? Peut-être parce qu'Orange n'y est pas opérateur. Il peut donc y jouer les trublions comme Skype, Viber et consorts pour donner des migraines à ses homologues transalpins. Mais acceptera-t-il d'offrir Reach Me dans les pays où il est lui-même acteur ? Est-il prêt à mettre en péril ses juteux accords de roaming ? A la lumière des événements récents, j'en doute. Mais j'espère qu'Orange me donnera tort.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Comment Lego est devenu la marque la plus puissante du monde
Infos US de la nuit : Apple aux portes du Dow Jones
Live Japon : Sharp en danger
Sondage : que pensez-vous du service après-vente (SAV) des smartphones ?
On Refait le Mac : Samsung Galaxy S6, comme un air d'iPhone...
Gmail 4.0 pour iOS désormais presque aussi bien intégré que le client natif
Shazam va permettre d’acheter un objet en prenant une photo
Faille Freak sur SSL TLS : Windows et Internet Explorer aussi concernés
Qobuz : streaming 24 bits, nouvelles applications et Apple Watch pour bientôt
En plein recentrage, SAP va supprimer 2200 emplois
Haut de page