Play Store : une app qui cliquait automatiquement sur la pub a été découverte

le 25 avril 2019 à 07h47
0
Google Play Store ban

Une enquête de BuzzFeed News vient d'épingler six applications d'un seul et même éditeur chinois accusé de pratiques frauduleuses sur le Play Store.

Les chefs d'accusation ont été assez lourds pour entraîner la suppression de six applications de l'éditeur chinois DO Global sur le Play Store. Une enquête de BuzzFeed News a en effet révélé que six des applications de DO Global ont non seulement enfreint toutes les politiques de transparence et d'utilisation des données des utilisateurs, mais étaient également programmées pour cliquer machinalement sur les publicités, qu'elles soient ouvertes ou non.

DO Global mentait sur l'origine de ses applications


Selfie Camera, Total Cleaner, Smart Cooler, Ram Master, AIO Falshlight et Omni Cleaner : si vous avez installé ces applications, courrez donc les désinstaller. Ces applications de la griffe de l'éditeur DO Global ont amassé « plus de 90 millions de téléchargements » sur le Play Store, rapporte AndroidPolice, avant d'être retirées par Google. Et pour cause, l'éditeur a été incriminé pour deux fraudes principales.

D'une part, DO Global aurait eu recours à une entreprise américaine apparentée pour faire croire aux utilisateurs que les applications étaient « made in America ». D'autre part, ces applications étaient programmées de sorte à cliquer sur des publicités sans l'accord de l'utilisateur, même lorsque les applications étaient fermées.

Cheetah Mobile, Kika Tech et maintenant DO Global : les éditeurs chinois ont mauvaise presse


DO Global n'est pas le premier éditeur chinois à se faire épingler pour ses pratiques frauduleuses. Cheetah Mobile et Kika Tech avaient déjà fait l'objet de telles accusations. Ceci est loin d'être anecdotique, ces éditeurs cumulent une base d'utilisateurs actifs à neuf chiffres dans le monde entier. DO Global revendique ainsi plus de 800 millions d'utilisateurs actifs par mois, comme le rapporte BuzzFeed News.

Pour Mark Warner, sénateur de Virginie, « les éditeurs chinois d'applications mobiles posent un risque de sécurité nationale » à cause de leur politique de collecte des données, elles-mêmes exposées « aux yeux du Parti communiste ».

Si ce lien politique reste à prouver, Google a annoncé travailler sur une nouvelle approche de mesures et de permissions pour « empêcher des développeurs de mauvaise foi d'exploiter le système à leur avantage ».

Modifié le 15/05/2019 à 13h56
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
Guacamelee! Super Turbo Championship Edition est gratuit sur le Humble Store
VivaTech 2019 - AMY (RATP), l'appli qui utilise les ultrasons pour alerter les piétons d'un danger
scroll top