Comparatif des meilleurs PC portables à -500€ (2021)

Nathan Le Gohlisse
Spécialiste Hardware
14 janvier 2021 à 17h15
0

Tout le monde n'a pas les moyens de dépenser 700, 800, voire plus de 1000 euros dans un ordinateur portable... et surtout, tout le monde n'en a pas l'utilité. Si vous cherchez un ordinateur accessible, proposé à moins de 500 euros, vous êtes au bon endroit. Nous vous avons préparé une sélection de quelques modèles intéressants, et qui auront le mérite de ne pas (trop) vous mettre sur la paille.

Le plus équilibré

Acer Swift 1 (SF114-32-P8FR)

Le plus équilibré

  • Rapport qualité / prix proprement imbattable
  • Bel écran IPS Full HD
  • Châssis en aluminium
L'option Chromebook

HP Chromebook 15

L'option Chromebook

  • Un écran Full HD tactile de 15,6 pouces
  • ChromeOS, sa légèreté, sa souplesse en bureautique
  • Bonne autonomie (environ 10 heures)
Le plus nomade

Microsoft Surface Go 2

Le plus nomade

  • Windows 10 et ses millions de logiciels disponibles
  • D'excellentes finitions
  • Une belle autonomie

Acheter un ordinateur portable à moins de 500 euros, n'est pas nécessairement chose aisée. Et pour cause, à ce prix, il faut faire des concessions et donc savoir quels sont les éléments de votre future machine sur lesquels vous êtes prêts à rogner pour réduire la facture finale. En général, une partie du problème est réglée d'office par les constructeurs, qui font ces concessions à votre place en réduisant bien souvent la voilure sur les mêmes composants : le processeur, la capacité de stockage et dans une moindre mesure la mémoire vive. Et pour cause, ce sont ces trois éléments qui ont tendance à coûter le plus cher sur un ordinateur.

Pour les besoins de ce comparatif, nous avons choisi des machines qui pourront, malgré des concessions faites sur plusieurs point, servir au quotidien et pour plusieurs années. Cette sélection exclut donc volontairement les marques chinoises méconnues que l'on trouve par palettes sur Amazon, mais aussi les modèles faisant trop l'impasse sur la qualité d'affichage, d'assemblage... ou qui se limitent à des composants vraiment trop pantouflards.

Car en 2020, acheter un PC portable à bas prix n'est plus systématiquement synonyme d'acquérir de la camelote... et nous comptons bien vous le prouver avec un échantillon (par essence non-exhaustif) d'appareils que nous considérons comme valables pour des étudiants, des lycéens, ou des personnes ayant besoin d'un ordinateur qu'elles réserveront à des tâches simples et peu demandeuses en performances (bureautique et multimédia, notamment). Bien entendu, ce comparatif a pour vocation d'être mis à jour régulièrement pour ajouter de nouveaux produits intéressants, ou remplacer ceux choisis par des modèles de nouvelle génération.

Sans plus attendre, voici les PC portables à moins de 500 euros qui ont retenus notre attention en 2020.

1. Acer Swift 1

Acer Swift 1 (SF114-32-P8FR)
  • Rapport qualité / prix proprement imbattable
  • Bel écran IPS Full HD
  • Châssis en aluminium

Pour une entrée de gamme, Acer livre une machine fort bien équipée. Si ses composants modestes le limitent avant tout à un usage bureautique, son autonomie, sa dalle 1080p et sa compacité pourraient faire de ce terminal le compagnon idéal de vos voyages.

Pour une entrée de gamme, Acer livre une machine fort bien équipée. Si ses composants modestes le limitent avant tout à un usage bureautique, son autonomie, sa dalle 1080p et sa compacité pourraient faire de ce terminal le compagnon idéal de vos voyages.

Abordable, correctement équipé et soigné sur le plan esthétique, le Swift 1 d'Acer n'est pas équipé de processeurs de toute première fraîcheur, mais l'appareil a les armes pour convaincre toute une frange d'utilisateurs soucieuse de mettre la main sur une machine élégante et bien assemblée... pour moins de 500 euros.

Il s'agit probablement d'une des machines (très) abordables les plus intéressantes du marché, notamment pour les étudiants. Mais bien plus qu'une simple « machine à écrire », l'appareil se montre efficace en multimédia grâce à une dalle IPS 14 pouces Full HD de bonne facture. Un point relativement rare à moins de 500 euros.

Le PC portable entrée de gamme qui ne vous fera pas honte en public !

Mais au delà de sa qualité d'affichage très correcte au regard d'un tarif de départ affiché à 399 euros, le Swift 1 fait aussi très fort sur la question du design, de l'assemblage et des matériaux choisis. À l'exception d'une charnière recouverte d'une plaque de plastique, l'ensemble du châssis est en aluminium brossé. Décliné en quatre coloris (noir, rose, or et bleu), le Swift 7 fait la part belle à des lignes épurées et convaincantes, avec en prime des bordures relativement amincies pour l'écran (en tout cas pour la nouvelle version de l'appareil : « SF114-32 »).

La qualité d'assemblage est aussi au rendez-vous, en compagnie d'une connectique très convenable, axée sur 2 ports USB Type-A (USB3.2 Gen 1 et USB 2.0), 1 port USB Type-C, 1 sortie HDMI et 1 sortie casque Jack 3,5 mm. Seul problème en la matière : le connecteur réservé à l'alimentation que nous trouvons fragile. Il faudra veiller à brancher son ordinateur à son (petit) bloc d'alimentation avec précaution pour garantir la longévité dudit connecteur. Pour compenser, Acer intègre une connectivité Wifi 6, rare, là aussi, à ce niveau de prix.

Pour le reste, l'appareil est de ceux que l'on peut emmener partout avec soi, grâce à un format très compact (comptez peu ou prou sur les mensurations d'un MacBook Air d'ancienne génération), mais aussi à une autonomie généreuse. Sur la fiche technique du produit, Acer l'estime à un maximum de 16 heures... nous serons pour notre part plus réservés, mais vous pourrez sans nul doute tenir toute une journée de cours avant de recharger l'appareil. En clair, visez sur 8 à 10 heures sur batterie. Quant à l'adaptateur secteur en lui même, il est à peine plus volumineux qu'un chargeur de smartphone. Parfait pour le glisser dans la poche d'un sac à dos ou même d'une simple veste.

Un processeur limité dans ses capacités... et une quantité de stockage rabotée

Pour proposer son laptop entrée de gamme à partir de 399 euros (tarif recommandé, il est possible de le trouver moins cher chez certains revendeurs), Acer a toutefois été contraint de se limiter à des composants abordables. Il faut ainsi se contenter d'un processeur Intel Pentium Silver N5000. Lancée en 2017, cette puce se dote de 4 coeurs et 4 threads cadencés entre 1,10 et 2,70 GHz. Autant dire que nous n'avons pas là un foudre de guerre, mais pour de la bureautique, de la lecture vidéo et du surf sur le web (ce que l'on fera 90% du temps avec un appareil de ce type), ce CPU fera l'affaire.

À ses côtés, il faut par ailleurs se satisfaire de seulement 4 Go de mémoire vive (DDR4 SDRAM, soudée à la carte mère), pour 64, 128 ou 256 Go de SSD (512 Go de stockage sont aussi disponibles en option, mais sur une variante difficile à trouver de l'appareil). Selon nous, le meilleur rapport équipement / prix se situe sur le modèle équipé de 128 Go de SSD puisqu'il s'agit d'un modèle proposé aux environs de 420 euros. Une quantité de stockage limitée mais suffisante pour de la bureautique et du multimédia léger. Le modèle équipé de 256 Go est pour sa part disponible à 499 euros, ce qui reste honnête.

L'avis de Clubic :

Proposé à 500 euros en version 256 Go, voire beaucoup moins si vous être prêt à faire une concession sur le stockage, le Swift 1 est tout simplement l'un des appareils entrée de gamme offrant le meilleur rapport équipement prix du marché. Acer ne se moque jamais du consommateur avec ce produit qui, en dépit d'un tarif de départ d'à peine 400 euros, propose une expérience très convaincante pour une utilisation légère, complétée d'une belle autonomie et d'un design soigné. On regrette quand même que le manque de puissance du processeur et la fragilité du connecteur d'alimentation. Ce dernier pourra poser problème sur le long terme aux utilisateurs pas assez délicats...

2. HP Chromebook 15

HP Chromebook 15
  • Un écran Full HD tactile de 15,6 pouces
  • ChromeOS, sa légèreté, sa souplesse en bureautique
  • Bonne autonomie (environ 10 heures)

Très appréciés aux États-Unis, encore assez méconnus en France, les Chromebooks proposent une expérience bureautique et multimédia convaincante. Ces appareils ciblent les étudiants, mais aussi certains professionnels intéressés avant tout la bureautique, en misant massivement sur les services de Google offerts par leur système d'exploitation : ChromeOS, basé sur l'environnement Linux..

L'intérêt de ChromeOS est de permettre une bonne fluidité et de belles performances même sur des composants entrée de gamme, qui suffiraient parfois tout juste à animer Windows 10 et ses logiciels dans de bonnes conditions. En clair, visualisez une expérience proche de ce que propose Android, mais sur un ordinateur portable, avec une interface différente car travaillée spécialement pour ce type d'appareil.

Si vous souhaitez avant tout travailler en bureautique sur votre PC portable et regarder des films le soir en rentrant chez vous, ChromeOS est une très bonne solution, d'autant plus grâce à l'accès ultra simplifié à toute la palette d'applications de Google (dont l'excellente suite Google Doc), et à l'ensemble des services que vous pourriez trouver sur votre smartphone Android — avec un accès complet au Play Store. Retrouver des plateformes comme Netflix, mais aussi vos réseaux sociaux, votre application boîte mail, ou une multitude par de jeux, se fait ainsi en quelques clics.

Une machine efficace sous ChromeOS

Maintenant que les présentations avec ChromeOS sont faites, revenons au HP Chromebook 15. L'appareil est proposé en lige à un peu plus de 400 euros dans sa version de base, qui embarque l'essentiel. HP mise en effet sur un écran IPS Full HD tactile de 15,6 pouces et sur un processeur Intel Pentium Gold 4417U couplé de 4 Go de RAM. Ce processeur, modeste, dispose de seulement 2 coeurs et 4 threads cadencés à 2,30 GHz. Autant dire qu'il ne faudra pas faire de folies avec l'appareil, mais ChromeOS saura sans problème se contenter de cette puce pour proposer une expérience tout à fait fluide et efficace pour des activités légères.

Notez que HP propose une déclinaison plus musclée de l'appareil, qui peut en effet se doter d'un Core i5 de huitième génération. Un processeur plus performant, certes, mais dont l'utilité reste discutable sur un OS aussi sobre et minimaliste que ChromeOS. En clair, cette configuration nous paraît assez superflue au regard de l'utilisation ciblée par un Chromebook.

Autonomie généreuse et assemblage soigné

Nous n'en avons pas encore parlé, mais le HP Chromebook 15 embarque une quantité de stockage bridée à 64 Go sur le modèle de base. Il sera toutefois possible d'hériter de 128 Go sur les variantes un peu plus coûteuses du produit, mais pour une machine surtout pensée pour l'installation d'applications tout droit issues du Google Play Store, 64 Go suffiront à l'essentiel des utilisateurs.

Pour le reste, HP nous propose un châssis bien conçu, armé d'un clavier convaincant et d'un trackpad que l'on aurait aimé plus précis. Une lacune compensée par la présence d'un écran tactile, fort pratique dans le cas présent. Côté connectique, on retrouve deux ports USB Type-C, un port USB 3.0 Type-A et un lecteur de carte SD, tandis que l'autonomie est annoncée à 13 heures par HP. Une estimation un peu élevée, même si le cap des 10 heures sur batterie est souvent atteint, ce qui est plus qu'appréciable.

L'avis de Clubic :

Il n'est certes pas le seul Chromebook à proposer une expérience très intéressante pour à peine plus de 400 euros, mais le HP Chromebook 15 a le mérite de ne pas afficher de grosses lacunes, tout en proposant une diagonale de 15,6 pouces plutôt appréciable. Si votre utilisation se limite à des activités bureautique, complétées d'un peu de lecture vidéo, la piste ChromeOS est à étudier. Elle vous permettra de trouver de performances au point même sur une configuration matérielle modeste, grâce à un système d'exploitation très léger et parfaitement optimisé.

Reste qu'il vous faudra par contre faire l'impasse sur l'environnement applicatif de Windows pour vous tourner vers les (nombreuses) applications disponibles sur le Google Play Store. Ce point pourra rebuter certains utilisateurs, d'autant plus ceux ayant déjà leurs habitudes sur l'OS de Microsoft et ses outils.

3. Asus VivoBook S14

Asus VivoBook S14 (S412UA)
  • Très bon rapport qualité/prix
  • Bordures NanoEdge très fines
  • Pavé NumPad original et pratique

En fait, on a beau chercher, il est difficile de trouver de gros reproches à faire à l'ultraportable d'Asus. Une personne qui cherche un petit appareil taillé pour la bureautique, facile à transporter, y trouvera largement son bonheur. Quant aux plus fortunés, ils se tourneront vers le ZenBook 14 dans le haut de gamme.

En fait, on a beau chercher, il est difficile de trouver de gros reproches à faire à l'ultraportable d'Asus. Une personne qui cherche un petit appareil taillé pour la bureautique, facile à transporter, y trouvera largement son bonheur. Quant aux plus fortunés, ils se tourneront vers le ZenBook 14 dans le haut de gamme.

Un peu mieux équipé que l'Acer Swift 1, que nous avons abordé plus haut, le VivoBook S14 d'ASUS a le mérite d'embarquer un processeur légèrement plus musclé et de dernière génération qui pourrait s'avérer utile si vous souhaitez avoir un petit surplus de puissance supplémentaire pour vous livrer à vos activités quotidiennes. Le prix, lui, augmente par conséquent pour se situer aux environs de 500 euros. Le modèle que nous avons retenu pour cette sélection se négocie ainsi à 499 euros sur le net.

Pour ce tarif, Asus nous délivre un appareil très convenable, qui ne souffre d'aucun défaut majeur pour l'utilisation bureautique et multimédia. Attention par contre, nous revenons sur un format ultraportable de 14 pouces, qui pourrait ne pas convenir à tous les utilisateurs. Cette diagonale est la même que celle du Swift 1... et vous allez voir que les deux appareils partagent un certain nombre de particularité, surtout en matière de configuration.

Une configuration très décente pour le prix

Le VivoBook S14 (S413FA) embarque, dans sa version la plus récente et la plus abordable, un Core i3-1035G1. Il s'agit d'une des puces les plus modestes du lineup Intel « Comet Lake-U », lancé l'année dernière et toujours très présent sur PC portable. Ce processeur dispose de 2 coeurs et 4 threads cadencés entre 1,20 et 3,40 GHz et s'invite souvent à bord des ultraportables entrée de gamme. Le choix d'Asus n'a donc rien d'une surprise, mais il s'agit d'une assez bonne décision pour une utilisation marquée avant tout par du traitement de texte, de longues sessions Excel, du surf sur le net, et de la lecture vidéo.

N'espérez pas, par contre, vous livrer à du montage vidéo, de la retouche photo ou des tâches plus demandeuses encore : le Core i3-1035G1 aurait en la matière bien du mal à vous donner pleine satisfaction.

Notez cependant que le modèle que nous avons retenu dispose de 8 Go de mémoire vive (DDR4 2400 MHz). Un bon point, même si les 4 Go proposés sur les déclinaisons plus abordables de l'appareil suffisent encore en 2020 pour des activités légères. Côté stockage, on retrouve enfin un SSD de 256 Go (au format M.2, il sera donc possible de le remplacer en cas de besoin) couplé à 16 Go de mémoire Intel Optane, capables de donner un petit coup de fouet supplémentaire aux transferts. Une bonne surprise là aussi.

Un écran Full HD qui risque de vous faire plisser les yeux

Le VivoBook S14 embarque pour le reste un écran Full HD IPS dont la luminosité est malheureusement limitée à 200 nits maximum. C'est peu, trop peu. Il s'agit là d'un des principaux défauts du produit, au même titre que son autonomie plus restreinte que celle du Swift 1 d'Acer, ou du Chromebook 15 de HP. Comptez entre 6 et 8 heures sur batterie en fonction de votre utilisation (la batterie se contente en effet d'une capacité de 42 Wh). Ce sera donc un peu juste pour tenir toute une journée sans sortir le chargeur.

Dans la même veine, le Wifi 6 est disponible, mais seulement en option sur certaines variantes. Il faudra donc se contenter de Wifi 5 sur le modèle que nous retenons ici. La connectivité reste pour sa part plutôt généreuse, avec 2 ports USB 2.0, 1 port USB-A 3.1 Gen 1, 1 port USB-C 3.1 Gen 1, 1 lecteur de cartes SD, 1 sortie HDMI pleine taille et 1 prise casque Jack 3,5 mm.

Asus a par ailleurs le bon goût de nous proposer son désormais célèbre NumPad, qui permet pour rappel de transformer le trackpad en pavé numérique (pratique pour donner une utilité au trackpad quand une souris est branchée en USB), et d'installer un clavier chiclet rétroéclairé. L'ensemble est donc très convenable pour une machine dont les dimensions sont réduites à 324.9 x 215 x 19.1 mm, et le poids limité à 1,45 kg.

L'avis de Clubic :

Malgré un écran auquel on reprochera très vite son manque de luminosité, et une autonomie nettement plus restreinte que sur le Swift 1 d'Acer, l'Asus VivoBook S14 offre un excellent rapport équipement / prix, avec en prime un châssis soigné et une connectique généreuse. Pour tout juste 500 euros (et parfois moins avec les soldes régulièrement d'actualité sur ce modèle), l'expérience délivrée n'a dans l'absolu pas grand chose à envier à celle permise par des modèles lancés à 200 ou 300 euros de plus.

4. Microsoft Surface Go 2

Microsoft Surface Go 2
  • Windows 10 et ses millions de logiciels disponibles
  • D'excellentes finitions
  • Une belle autonomie

La Surface Go 2 s'adresse aux utilisateurs cherchant un PC portable complet mais également une machine de divertissement élégante et très mobile. Et pour ces deux cas de figure, la tablette sait y faire !

La Surface Go 2 s'adresse aux utilisateurs cherchant un PC portable complet mais également une machine de divertissement élégante et très mobile. Et pour ces deux cas de figure, la tablette sait y faire !

Avec sa Surface Go 2, Microsoft améliore légèrement une recette mise au point il y a deux ans. Fin 2018, le géant de Redmond nous proposait en effet une petite soeur de la Surface Pro, dotée de mensurations plus restreintes et d'une fiche technique allégée. L'idée ? Reprendre le concept de tablette convertible, mais à un tarif nettement plus accessible : moins de 500 euros. Deux ans plus tard, la Surface Go revient donc au moyen d'une nouvelle mouture, à peine remaniée mais suffisamment pour intégrer une nouvelle fois nos sélections.

Il nous faut le confesser dès à présent, si la Surface Go 2 se négocie à 459 euros dans sa déclinaison la plus abordable, la nouvelle tablette entrée de gamme de Microsoft est une nouvelle fois livrée sans son clavier « Type Cover ». Ce dernier, indispensable pour utiliser la tablette en tant que PC portable ultra-compact, est disponible dès 80 euros chez certains revendeurs, mais s'affiche à partir de 129,99 euros sur la boutique en ligne de Microsoft. Avec cet accessoire, on dépasse donc de quelques dizaines d'euros au moins notre budget initial de 500 euros. Mais vous allez voir que la chose est justifiée si vous souhaitez miser sur l'ultraportabilité, sans avoir à choisir entre PC et tablette.

Une fiche technique minimaliste

Sur son Store, Microsoft propose sa Surface Go 2 à partir de 459 euros. Quelle configuration doit-on espérer pour ce prix ? Eh bien le strict nécessaire pour lancer des applications de bureautique, surfer sur le net dans de bonnes conditions, et écumer jusqu'à plus soif le catalogue de Netflix en ces temps troublés de crise sanitaire mondiale. En clair, il faut se satisfaire d'un petit processeur Intel Pentium Gold 4425Y et de ses 2 coeurs / 4 threads cadencés entre 1,70 et 2,00 GHz. Loin d'être un monstre de puissance, ce CPU fait du bon boulot sur les activités basiques évoquées plus haut et aura le mérite de se montrer économe en énergie.

À ses côtés, on retrouve 4 Go de mémoire vive et un espace de stockage de 64 Go. C'est peu, certes, mais suffisant sur un appareil que l'on utilisera au moins la moitié du temps en guise de tablette. La Surface Go 2 n'a d'ailleurs pas vocation à stocker de nombreux documents lourds. Le concept n'est pas là, il se s'axe plutôt vers le streaming, le cloud et le stockage occasionnel de documents bureautique pour l'essentiel.

En termes de connectivité on peut compter sur du Wifi 6, tandis que la connectique reste minimaliste car restreinte à 1 port USB-C, 1 lecteur de cartes micro-SD et 1 prise Jack 3,5. Là encore, le strict nécessaire, rien d'autre. On regrette toutefois l'absence de port USB-A, mais la chose est en partie justifiée par les dimensions très réduites de l'appareil, qui ne dépasse pas les 245 x 175 x 8,3 mm. Nous sommes avant tout sur une (petite) tablette, ne l'oublions pas !

La tablette qui veut vous faire voyager (et travailler) léger...

Mais le grand avantage de la Surface Go 2 est sans conteste son écran. La tablette entrée de gamme de Microsoft se pare en effet d'une dalle IPS 1080p de haute volée, lumineuse et capable d'une chouette restitution colorimétrique. De ce côté, on sent que la firme de Redmond a voulu proposer aux utilisateurs une expérience très proche, en terme de rendu, de celle que l'on trouve sur une Surface Pro... mais en plus petit. Car oui, l'écran de la Surface Go 2 se restreint à une diagonale de 10,5 pouces. C'est petit, et c'est très bien comme ça, puisque l'appareil est ainsi très facile à transporter et à glisser dans un sac. L'avantage est aussi de profiter d'une bonne densité de pixel, calculée à 220 pixels par pouces. Vous ne verrez donc aucun pixel en y diffusant de vos contenus.

Microsoft a aussi tenu à délivrer un châssis léger (la tablette, hors clavier, ne pèse que 553 grammes) et parfaitement assemblé. Sou cet angle, la Surface Go profite ainsi de la même qualité de fabrication que les autres appareils de la gamme Surface. C'est donc un produit au feeling haut de gamme que l'on a entre les mains, ce qui est naturellement un bel atout de l'appareil. Enfin, l'autonomie de l'ensemble se situe aux environs de 10 heures, ce qui permettra de passer toute une journée à travailler sur la Surface Go 2 sans avoir à s'encombrer d'un quelconque chargeur. Un point positif en plus. La recharge, pour sa part, est en revanche assez lente : comptez environ 2h30 sur secteur pour retrouver une batterie chargée à bloc.

L'avis de Clubic :

Avec la Surface Go 2, tout est une affaire de compromis. La tablette entrée de gamme de Microsoft sacrifie sa fiche technique en proposant un processeur peu performant et une quantité de stockage limitée pour faire primer son concept : une petite tablette de 10,5 pouces facile à transporter, capable d'une autonomie costaude et dotée d'un très bel écran pour mettre en valeur tous vos contenus. Les sacrifices de la partie purement technique, qui ont fatalement un impact sur les performances de l'appareil, sont compensés sur cette Surface Go 2 par une qualité d'assemblage et de conception digne des autres machines de la lignée Surface. Dommage que la connectique soit par contre réduite à sa plus simple expression.

Comment bien choisir son ordinateur portable ?

Quels composants ?

Bonne nouvelle : l'essentiel des composants actuellement en circulation permet dans l'absolu une expérience satisfaisante en bureautique, multimédia léger, surf ou encore lecture vidéo ; en clair, les tâches auxquelles on se livrera le plus souvent sur une machine abordable. Car il n'y a pas de secret, ce n'est pas sur un appareil à 500 euros, ou moins, que vous pourrez vous livrer à des activités plus demandeuses en puissance de calcul. Il suffit d'ailleurs de jeter un oeil aux machines que nous avons intégré à ce comparatif pour s'en convaincre. Aucune d'entre elles ne serait vraiment à l'aise en retouche photo lourde, en jeu, ou en montage vidéo.

Reste que si l'essentiel des composants permettent maintenant une bonne expérience pour des activités légères sur PC portable, il vaut mieux réfléchir un peu avant de se jeter sur le premier PC à 400 euros que vous trouverez dans les rayons d'un supermarché local ou en soldes sur les web-marchands.

Les constructeurs ont en effet tendance à intégrer des composants un peu vieillots sur l'entrée de gamme et certains d'entre eux peuvent ternir le ressenti général à l'utilisation. Nous vous recommandons ainsi de privilégier les SSD aux disque dur... et ce, même sur l'entrée de gamme. Les fabricants mettront souvent en avant la capacité de stockage des HHD, mais en 2020, à l'heure de Netflix, Amazon Prime Video, Spotify et des multiples services de Cloud pour stocker ses documents, a-t-on encore besoin de 512 Go ou 1 To de stockage sur un PC portable essentiellement axé bureautique ? Nous en doutons fortement.

128 ou 256 Go de SSD vous suffiront ainsi amplement si vous savez stocker sur votre appareil avec une parcimonie relative. En fonction de votre utilisation, 64 Go peuvent suffire, mais il vous faudra alors consacrer cet espace de stockage très réduit à la seule installation d'applications pour éviter qu'il ne soit saturé en moins de deux.

Côté processeur, vous pouvez raisonnablement vous contenter d'un Intel Pentium ou d'un Core i3 pour de la bureautique. Chez AMD, vous trouverez souvent en entrée de gamme des puces Ryzen d'ancienne génération, ou encore des APUs de série « A » (notamment sur certains Chromebook). Si votre budget vous le permet : optez pour les Ryzen, plus aboutis et récents de conception. Notez d'ailleurs qu'en matière de Chromebooks, AMD a récemment annoncée l'arrivée de puces Ryzen et Athlon sur les machines ChromeOS. Une bonne option si vous en trouvez.

Enfin, côté RAM, l'essentiel des machines à moins de 500 euros se limitent actuellement à 4 Go de RAM. Une quantité modeste, mais qui s'avère encore suffisante pour de la bureautique, du surf sur le net et de la lecture vidéo, par exemple. 8 Go de mémoire vive restent tout de même préférables si vous souhaitez conserver votre appareil plus longtemps. Heureusement, certaines machines permettent de rajouter soi-même de la RAM en changeant les barrettes installées sur la carte mère.

Quel écran ?

Dans la même logique que ce que nous évoquions plus haut, de nombreux constructeurs écoulent encore des écrans HD+ sur leurs modèles d'entrée de gamme. Si ces derniers peuvent encore faire l'affaire sur de petites diagonales, nous les déconseillons en 2020. Misez plutôt d'emblée sur un appareil équipé d'une dalle Full HD, la différence tarifaire (de plus en plus négligeable) sera vite amortie après quelques heures passées sur Netflix.

Veillez aussi à opter pour un écran lumineux. Sous la barre des 300 nits, vous aurez parfois du mal à bien voir vos contenus dans des pièces bien éclairées, et vous n'y verrez plus rien en extérieur. Pour le reste, l'entrée de gamme s'illustre par une grande diversité de qualité en termes d'image, malgré des écrans rattachés le plus souvent à la grande famille des dalles IPS. D'une machine à l'autre, l'expérience pourra donc, malheureusement, être très variable.

Les appareils que nous avons sélectionnés dans ce comparatif sont équipés de bons écrans (voire très bons dans le cas de la Surface Go 2) pour leur prix.

Quels composants privilégier ?

Si votre budget se limite à 500 euros maximum, la question mérite clairement d'être posée. Si l'on vous déconseille l'achat d'une tablette Android (autant prendre un Chromebook, qui vous reviendra probablement à moins cher et sera plus efficace), vous tourner vers une tablette Windows comme la Surface Go 2, est une excellente idée si vous vous destinez vraiment à une utilisation légère et très axée sur la mobilité. Comme nous l'avons indiqué plus haut, il faudra par contre prendre en compte le surcoût engendré par l'achat du clavier... pas nécessairement donné.

L'achat d'un iPad (proposé à partir de 389 sur la boutique officielle d'Apple en version 32 Go) peut aussi être une bonne solution. D'autant plus que depuis l'introduction d'iPadOS, ces derniers se montrent plus à l'aise en bureautique qu'auparavant. En septembre dernier, Apple a par ailleurs mis à jour ses iPad sur le plan matériel en leur ajoutant une puce A12 Bionic nettement plus performante que l'A10 à laquelle ils se limitaient il y a encore quelques mois. Pour rappel, ce SoC équipait les iPhone XS, XS Max et XR en 2018.

Le support du clavier est par ailleurs d'actualité depuis quelques temps sur l'iPad entrée de gamme. Il faudra par contre faire attention à la quantité de stockage : pour avoir un peu de place, le passage au modèle 128 Go est inévitable, et ce dernier implique un surcoût de 100 euros par rapport au modèle de base. Il n'en reste pas moins une bonne alternative à la Surface Go 2, qui conserve toutefois pour avantage toute la richesse de l'écosystème Windows. Un environnement que certains utilisateurs risquent d'avoir du mal à abandonner pour tenter m'aventure iPadOS, un peu plus dirigiste il est vrai.

Notre processus de sélection des produits

Nous réalisons chaque comparatif avec la même minutie et la même méthodologie. Nous passons 4 à 5 heures à analyser les caractéristiques et avis des produits disponibles en France.

À la suite de cela, nous sommes en possession d'une liste d'une quinzaine de produits. Nous les testons ou, lorsque ce n'est pas possible, étudions les avis argumentés de sites faisant autorité.

Les meilleurs produits ayant un atout à faire valoir sont ainsi présentés dans ce comparatif.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
0
0
Haut de page