Comparatif ventirad 17 modèles en test

05 janvier 2011 à 18h30
0

Températures



Tester des ventirads, c'est avant tout mesurer leur capacité à refroidir le processeur. Pour ce faire, nous avons eu recours à la configuration suivante :

00310184-photo-ordinateur-de-bureau-dell-dimension-3100c.jpg
  • Carte-mère Asus P7P55D Deluxe,
  • Processeur Intel Core i5 750 2,66 GHz,
  • 4 Go de mémoire DDR3-1066,
  • Alimentation Corsair AX 850,
  • Carte graphique NVIDIA 8500GT (passive),
  • SSD Crucial C300 pour le système

Notez que le C300 élimine les nuisances sonores dues au disque dur, que notre alimentation est l'une des plus silencieuses qui soient, et que nous n'avons branché aucun des ventilateurs de notre boîtier durant les tests. Précisons également que nous avons testé le ventirad livré par Intel avec le Core i5 750, à titre de comparaison.

012C000003617632-photo-intel.jpg

La pâte thermique utilisée durant nos tests est celle fournie par les constructeurs, cet élément entrant en ligne de compte lorsqu'il s'agit d'évaluer la capacité des différents ventirads à dissiper la chaleur.

Les mesures relevées sont la moyenne des températures des 4 cœurs du processeur, valeurs relevées grâce à HWMonitor. Deux relevés ont été effectué : l'un au repos, l'autre en charge. Précisons que la température de la pièce a été maintenue constante à 19°C.

Ventilation minimale



Nous utilisons ici les ventilateurs au minimum de leur capacité, c'est à dire avec une ventilation la plus faible possible, grâce à l'utilisation du système PWM et/ou des adaptateurs et autres potentiomètres dont sont équipés certains ventirads.

Benchmark : 66-792

Le premier élément qui frappe ici est l'uniformité des valeurs trouvées. En excluant le rad Intel et le Cooler Master V10 (ce dernier fonctionne ici en mode passif, nous y reviendrons) l'écart maximal n'est que de 2,5°C. Ce n'est donc pas lorsque le processeur est au repos que les ventirads se départagent en terme de refroidissement.

Benchmark : 66-794

Après 3 itérations de Prime95 exécuté sur les 4 coeurs, les écarts se creusent. Sans surprise, c'est le ventirad Intel livré avec notre processeur qui donne les moins bons résultats, toujours suivi par le Cooler Master V8, décidément à la peine. Notez que la ventilation minimale utilisée ici suffit à conserver le processeur sous les 50°C dans les autres cas, ce qui est remarquable. Un bon point au trio de tête constitué des Silver Arrow, Noctua NH-C14 et Scythe Susanoo.

Ventilation maximale



Benchmark : 66-796

On prend les mêmes et on recommence, cette fois avec une ventilation maximale. Premier constat d'importance : les températures n'évoluent quasiment pas, voire pas du tout par rapport à celles observées avec la ventilation minimale. Preuve du bien-fondé du système PWM... Par ailleurs, on remarque encore une fois que ce n'est pas au repos que ces ventirads se démarquent.

Benchmark : 66-798

En charge, les valeurs diffèrent déjà plus significativement de celles observées en ventilation maximale. Il est intéressant d'observer que la taille du dissipateur n'est pas directement liée à la différence de température observée entre une ventilation faible et plus conséquente. Ainsi, l'Akasa Venom bénéficie-t-il d'un gain important contrairement au Corsair A50, et le Noctua NH-D14 perd 5°C alors que le Silver Arrow ne perd que 2°C. Et sur ce test, c'est l'impressionnant Scythe Susanoo qui tire son épingle du jeu.

Ventilation nulle



Pour ceux d'entre vous qui aiment changer les ventilateurs fournis avec les ventirads, nous avons voulu tester les performances des dissipateurs seuls, c'est à dire sans ventilateur. Pour ce test, nous avons donc déconnecté tout système de ventilation afin d'apprécier la capacité du dissipateur à accumuler de la chaleur. Nous avons relevé la température du processeur après 5 minutes de dissipation passive, puis avons lancé Prime95. Nous avons alors mesuré le temps mis par le CPU pour atteindre la température de 75°C.

Benchmark : 66-800

Encore une fois, on observe une certaine homogénéité des résultats, preuve que les contacts entre les ventirads et le processeur est performant la plupart du temps. Les résultats sont quelque peu faussés pour le tout petit ventirad d'Intel, alors que l'on attendait plus du Cooler Master V10.

Benchmark : 66-802

Assez peu de surprises sur ce test qui met en avant les plus gros modèles, ceux à même d'emmagasiner une grosse quantité de chaleur. Pour l'anecdote, le Noctua NH-D14 parvient à contenir la chaleur issue du processeur 10 fois plus longtemps que le ventirad Intel. Mais ce sont bien le Susanoo de Scythe et ses 1 600 grammes qui sortent largement vainqueur de ce test.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
DeepNude : les copies de l'app aussi se font bannir de Github
Windows 10 bientôt libéré de tout mot de passe ? C'est l'objectif de Microsoft
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
Voiture autonome : PSA franchit une étape supplémentaire dans la conduite
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Une
Contre-nature ou nécessité absolue ? Un ventirad pour Raspberry Pi fait son apparition
La taxe GAFA tout juste adoptée ne plait pas du tout à Trump
La Russie veut armer ses mini-drones de terrain... et ça ne fait pas vraiment rêver
scroll top