eCall : nos voitures lanceront des SOS et seront géolocalisables à tout moment

30 avril 2015 à 11h16
0
Le système d'appel d'urgence automatique sera obligatoire sur les véhicules neufs à partir d'avril 2018. Il promet de sauver des vies, mais soulève des questions en matière de surveillance de masse.

Le Parlement européen a adopté cette semaine un projet de loi relatif à la sécurité routière. À partir du 1er avril 2018, tous les véhicules neufs disposeront en série du service eCall, qui préviendra automatiquement les secours en cas d'accident.

Intervenir deux fois plus rapidement pour sauver des vies

eCall est le nom d'un service public paneuropéen interopérable qui permet de lancer l'alerte plus rapidement et plus efficacement. Il se matérialise d'une part, par un équipement dans la voiture, comprenant un GPS et une carte SIM gratuite, et d'autre part, par la plateforme du numéro d'urgence unique européen.

En cas d'accident sérieux (c'est-à-dire pas pour un petit accrochage en ville), si aucun passager ni aucun témoin n'appuie sur le bouton SOS, la voiture appelle automatiquement le 112 et transmet l'heure de l'accident, sa localisation, sa direction (primordial sur autoroute), le type de véhicule, le type de carburant et surtout le nombre de passagers (souvent déjà connu par le biais du système d'alerte des ceintures de sécurité).

Les secours peuvent ainsi dépêcher aussitôt les moyens appropriés, et gagner un temps souvent précieux, en intervenant en 40 à 50 % moins de temps. En prenant en charge les blessés plus rapidement, les défenseurs du projet de loi estiment que le dispositif permettrait de réduire de 1 à 10 % le nombre de tués sur la route, qui était d'un peu plus de 25 000 en 2014 dans l'Union européenne.

03E8000008022404-photo-citro-n-etouch.jpg

Rentabilité et vie privée

Le projet compte néanmoins quelques détracteurs.

La ministre des Transports du Royaume-Uni estime que le dispositif n'est « pas rentable ». Elle a déclaré à la BBC que « le bénéfice d'eCall ne justifie pas le coût d'implantation », qui est d'environ 100 euros par véhicule.

D'autres, y compris la Cnil qui a rendu un avis dès 2010, craignent des abus en matière de confidentialité et de surveillance de masse. Le texte de loi garantit que seules les informations absolument nécessaires (celles précitées) seront transmises et qu'elles ne seront pas conservées au-delà de l'intervention. Pour autant, techniquement les voitures pourront transmettre leur géolocalisation à un serveur distant, et il sera quasi impossible de vérifier si c'est le cas ou non.

0320000008022414-photo-infographie-ecall.jpg

Contenus relatifs
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
Coronavirus : le traçage numérique
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
Folding@home dépasse l'ExaFLOP pour lutter contre le Coronavirus
ESET commercialise un antivirus dédié aux terminaux Linux
Covid-19 : Dyson (aussi) va produire des respirateurs durant la crise
scroll top