Le programme de crowdsourcing SETI@Home prend fin après 21 ans d'existence

05 mars 2020 à 08h51
4
Radiotelescope de Parkes, Australie

Clap de fin pour le projet SETI@Home, qui exploitait la puissance de calcul offerte par des volontaires du monde entier dans l'espoir de trouver des signes de vie extraterrestre. Les chercheurs responsables du projet affirment vouloir à présent se concentrer sur l'analyse des résultats obtenus.

SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) désigne un ensemble de projets scientifiques dont le but est de détecter l'existence de civilisations extraterrestres dans l'Univers. Parmi eux, le plus célèbre est sans doute SETI@Home.


Un superordinateur mondial

Celui-ci a été lancé en mai 1999, à l'université de Californie à Berkeley (États-Unis). Son objectif : analyser les signaux captés par les radiotélescopes, toujours à la recherche de témoignages de vie extraterrestre. Mais étant donné la quantité de données recueillies, un tel travail nécessite une puissance de calcul colossale. D'où l'idée de faire appel au public.

SETI@Home tirait ainsi profit d'une plateforme de calcul distribué, conçue à l'université américaine. Le programme proposait donc à des volontaires du monde entier de mettre à disposition la puissance de leur ordinateur, alors utilisée pour analyser l'énorme volume de données. Il s'agissait donc, en quelque sorte, de recourir à un supercalculateur géant, composé de multiples machines reliées par Internet.


D'autres projets collaboratifs sur le même principe

SETI@Home a fonctionné ainsi durant près de 21 ans. Mais l'aventure touche à sa fin. Les responsables du projet ont en effet annoncé qu'ils arrêteraient de demander la contribution du public à compter du 31 mars prochain. Sur le forum officiel du programme, ils expliquent premièrement « avoir analysé toutes les données nécessaires pour le moment ». De plus, la gestion du traitement distribué leur prendrait beaucoup de temps, alors qu'ils préfèrent se « concentrer sur l'analyse finale des résultats déjà obtenus ».


Cependant, les scientifiques n'écartent pas l'idée de redémarrer SETI@Home. En attendant, ils tiennent à remercier les volontaires et les encouragent à consacrer la puissance de leur ordinateur à d'autres projets reposant sur la plateforme de calcul distribué, recensés sur le site de l'université de Californie à Berkeley.

Source : Engadget
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
Ioda06
Pas que sur ordinateurs, les consoles étaient aussi concernées, du moins la PlayStation
orionb1
l’idée du calcul distribué reste une bonne idée<br /> parfois je fais tourner mon PC uniquement pour contribuer à la recherche (via BOINC pour ma part)
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

La Smart TV TCL 4K UHD à prix cassé chez Fnac
Samsung : après les écrans courbés pour le gaming, les écrans courbés pour le bureau !
Google Stadia fonde un nouveau studio et débauche chez Sony
Prix Bestial pour l'aspirateur balai Dyson V8 Animal Plus
Rakuten, Vodafone et Samsung lancent le premier réseau mobile diffusé dans le monde entier
Logitech G se lance dans le mobilier gaming via un partenariat avec la luxueuse marque Herman Miller
Xbox Game Pass : un mois de mars chargé avec Ori, NBA 2K20 et Halo
Bon plan forfait mobile : une nouvelle offre 50Go à 7,99€ seulement
Coronavirus : Google et Twitter demandent à leurs salariés de privilégier le télétravail
Project Maverick, un nouveau jeu Star Wars, fuite via le PSN
Haut de page