Un signal venu de l'espace toujours aussi mystérieux

02 décembre 2020 à 09h54
0

La semaine dernière, nous avons relayé cette annonce de l'observatoire de Parkes en Australie, qui assurait avoir découvert l'origine d'un flash radio. Selon les chercheurs, une fusion d'étoiles à neutrons, qui s'est déroulée dans une galaxie située à 6 milliards d'années-lumière de notre Terre, en était à l'origine.

Localiser, ne serait-ce que grossièrement, un tel phénomène, revêt un intérêt certain : analyser l'onde émise (sa dispersion dans le spectre, plus particulièrement) et connaître la distance parcourue permettent d'en apprendre plus sur la matière qu'a traversée le signal avant de nous parvenir. L'idée est ici de valider ou d'invalider ce que nous pensons savoir de la composition de l'univers, avec en ligne de mire la proportion de matière noire qu'il contient.

Problème : malgré le sérieux de l'étude, qui a été publiée dans le prestigieux Nature, de nombreux scientifiques mettent en doute les résultats présentés. Parmi eux, Peter Williams, astronome au centre d'astrophysique de la très réputée université de Harvard.

Selon lui, la fusion d'étoiles à neutrons mis en avant par l'équipe de Parkes ne peut être la source du flash radio. Ses propres études, réalisées en 2012 et menées sur un autre FRB (pour Fast Radio Burst), montrent qu'un tel phénomène ne peut trouver son origine dans la disparition d'un ou plusieurs astres.

Grâce aux instruments (plus précis que ceux de Parkes) de l'observatoire Arecibo de Porto Rico, Williams et Jason Hessels, coauteurs de la publication, ont mis en évidence une émission répétée d'un flash radio issu d'une unique source, car défini par son empreinte que représente sa dispersion. Autrement dit, ce FRB ne peut provenir d'une source en train de disparaître, puisqu'il peut se répéter.

Le mystère reste donc entier, puisque cette étude invalide manifestement les hypothèses de chercheurs de l'observatoire de Parkes... si l'on considère que les FRB n'ont pour origine qu'un seul et même phénomène. Car après tout, rien ne nous dit que c'est bel et bien le cas.

Si cette actualité vous donne envie de vous mettre la tête dans les étoiles, n'hésitez pas à voyager depuis votre PC grâce à quelques sympathiques logiciels comme Microsoft WorldWide Telescope, Stellarium ou NASA's Eyes.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Volvo : des poubelles qui se vident automatiquement avec un drone et un robot
Sur Android, Google Photos fait peau neuve
EA : Titanfall 2 en 2016, Mass Effect Andromeda début 2017
Face au virus de Zika, Google apporte son soutien à l'Unicef
Trophées de la vidéo Online : quand le Web se met à l’heure de la vidéo
Game of Thrones : la presse privée des épisodes pour éviter les fuites sur Internet
Toshiba va licencier 10 000 salariés
Google teste le paiement par reconnaissance faciale
Un astéroïde va frôler la Terre le 8 mars prochain
Développeur Java : les pays qui recrutent
Haut de page