Transformer plastiques et déchets alimentaires en graphène "vert" : une piste en béton !?

31 janvier 2020 à 14h26
0
graphene

Un nouveau procédé pourrait transformer l'industrie du bâtiment, et réduire fortement les émissions de CO2.

À Houston, le professeur James Tour a mis le doigt sur une découverte à fort potentiel environnemental : la transformation de matériaux contenant du carbone en graphène.


Le graphène flash : un procédé rapide et peu coûteux

Contrairement aux méthodes actuelles de fabrication de graphène, le procédé mis au point par James Tour pour fabriquer du graphène est ultra-rapide : en 10 millisecondes, n'importe quel matériau contenant du carbone chauffé à très haute température (3 000 degrés kelvin) se transforme en graphème turbostratique.



Sur la liste des matériaux-sources : déchets, énergies fossiles (charbon, pétrole) ou bois. « La technique du "graphène flash" permet de transformer une tonne de charbon, de déchets alimentaires ou de plastique en graphène, pour une fraction du coût utilisé par d'autres méthodes de production de graphène en vrac », affirme le professeur Tour.


Un double avantage écologique

Selon le chercheur américain, la fabrication ultra-rapide de ce graphène est une double aubaine pour l'environnement. D'une part, ce procédé permet de transformer les déchets alimentaires et le plastique en ressources.

« Parce qu'elle se dégrade, 30 à 40 % de la nourriture produite dans le monde est jetée. De même, les déchets plastiques sont une préoccupation majeure pour la planète. Néanmoins nous avons prouvé que toute matière solide à base de carbone, y compris les déchets plastiques mélangés et les pneus en caoutchouc, pouvait être transformée en graphène ».

Encore mieux : mélangé à très faible dose (0,1 %) avec du ciment, le graphène permet de lier le béton de construction. Une méthode qui permettrait de réduire la quantité de ciment utilisée lors d'une construction et, par la même occasion, les émissions de dioxyde de carbone issues de la fabrication de béton, soit 8 % des émissions humaines de CO2.

Finalement, le procédé agit doublement pour la planète : en se transformant en graphène, le CO2 et le méthane contenus dans les matériaux de base sont « fixés », et donc non relâchés dans l'atmosphère. Et pour sa part, le graphène permet de réduire la consommation de CO2 dans la construction de bâtiments, favorisant un modèle d'économie circulaire.

D'ici deux ans, le professeur James Tour et son équipe espèrent fabriquer un kilo de « graphène flash » par jour. Premier projet à l'horizon : valoriser du charbon du Département américain de l'énergie... En le transformant en graphène donc.

Sources : Science Daily, Rice University
Modifié le 31/01/2020 à 14h26
4
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va être arrêtée ce samedi en vue de son démantèlement
L'éolien a, en 2019, fourni 15% de l'électricité consommée en Europe
Le Cybertruck aurait passé le cap des 500 000 précommandes
Uber ferme son bureau de Los Angeles, écarte des dizaines de salariés et délocalise aux Philippines
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
La France et l'Allemagne s'associent pour travailler sur le successeur du Rafale et de l'Eurofighter
Windows 10 : de nouvelle icônes plus colorées font leur apparition
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Galaxy Z Flip : notre prise en main vidéo du nouveau smartphone à écran pliable de Samsung
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top