Pollution automobile : l'UE fixe un objectif de -40% d'émissions de CO2 d'ici 2030

06 octobre 2018 à 15h02
0
pollution

Les législateurs de l'UE ont récemment soutenu une politique ambitieuse : réduire de 40% les émissions de dioxyde de carbone en provenance des voitures d'ici 2030.

Les débats auront été animés et se seront prolongés jusqu'au bout de la nuit. Mais c'est chose faite : mercredi dernier, les législateurs de l'UE ont officiellement soutenu une politique visant à réduire la pollution automobile de 40 % d'ici l'année 2030.

Ambition ou utopie ?


Pour Bernhard Mattes, président de l'association automobile allemande VDA, cet objectif est tout simplement inatteignable : « Le Parlement européen fixe des objectifs totalement irréalistes. Elle ne tient pas compte de la faisabilité technique et économique. Les objectifs ne peuvent pas être atteints dans ce laps de temps ».

On ne peut s'empêcher, en prenant connaissance de cet objectif, de penser à la politique mise en place par la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui souhaite la fin des véhicules thermiques dans sa ville d'ici 2030. Une volonté vivement critiquée par un grand nombre de Parisiens, qui ne voient pas vraiment comment ils pourraient tous se procurer une voiture électrique dans les dix prochaines années.

Le lobby de l'automobile s'inquiète lui aussi et a clairement indiqué qu'une telle politique conduira inexorablement à des suppressions d'emplois.

essence

Certains pays veulent aller encore plus loin


Mais si les objectifs fixés par Bruxelles semblent surréalistes pour certains, des pays - comme la France - souhaitent aller encore plus loin.

En effet, depuis la récente étude ayant mis en lumière le fait que les constructeurs automobiles tricheraient lors des nouveaux contrôles de pollution de leurs véhicules, les législateurs de l'UE ont également ajouté un amendement exigeant que les chiffres qu'ils annoncent soient désormais vérifiés par rapport aux essais sur route. Un amendement qui introduit également un système de crédit pour les constructeurs automobiles afin d'encourager le déploiement de véhicules électriques, ainsi que des amendes en cas de dépassement des limites de CO2.

Ainsi, dans le cadre de ce plan, les constructeurs automobiles seraient en mesure d'abaisser leurs objectifs de réduction des émissions de CO2 en atteignant un objectif de référence pour la vente de véhicules à émissions nulles ou faibles par rapport à leurs ventes totales de voitures neuves. Un objectif fixé à 20% dès l'année 2025, puis 35% à partir de 2030.

Une nouveauté contestée à son tour par le lobby de l'automobile, dont Erik Jonnaert, directeur de l'ACEA (European Automobile Manufacturers' Association), a déclaré : « Le vote d'aujourd'hui risque d'avoir un impact très négatif sur l'emploi tout au long de la chaîne de valeur automobile. Cela forcerait l'industrie à une transformation dramatique en un temps-record. »
34 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

7 400 gigatonnes de neige seraient nécessaires pour enrayer la fonte des glaces
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
L'Anses confirme l'impact du trafic automobile sur la santé et invite à promouvoir l'électromobilité
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
SFR dévoile sa Box 8, une box barre de son
Un timbre en édition limitée pour célébrer les 50 ans du premier pas sur la Lune
scroll top