Le coût écologique du porno en ligne

22 décembre 2017 à 13h57
0
La question de l'empreinte carbone des activités humaines est de plus en plus étudiée, alors que le réchauffement climatique ne cesse d'augmenter. Le Bitcoin, par exemple, a été fortement critiqué en 2017 pour la quantité d'énergie que le minage consomme. Mais dans un article publié sur le site The Atlantic le 13 décembre 2017, le journaliste Matt Kessler s'intéresse à une autre activité largement répandue sur Internet : le visionnage de vidéos pornographiques.

«  Internet was made for porn » (Internet a été créé pour le porno en anglais) dit l'adage. Malheureusement, cet usage consomme énormément d'énergie.

Une formule de Netflix pour calculer la consommation de porno

Matt Kessler rapporte, dans son article, une méthode de calcul utilisée par le chercheur Nathan Ensmenger pour estimer l'énergie nécessaire à Pornhub pour diffuser ses vidéos. La formule avait été publiée en 2015 par le géant Netflix, qui estime à 0,0013 kWh l'énergie nécessaire pour diffuser une heure de vidéos. Ensmenger fait le calcul pour le site Pornhub uniquement et trouve que le site aurait consommé 5,967 millions de kilowattheures en 2016, soit 5,967 térawattheures si les serveurs de Pornhub sont aussi performants et optimisés que ceux de Netflix, ce dont le chercheur doute.

Rapporté à la consommation énergétique de la France, ce nombre a de quoi étonner : selon les données officielles, la consommation de la France est de 150 TWh par an. Soit à peine 30 fois plus pour l'ensemble des activités du territoire, que ce soit au niveau des industries ou au niveau des ménages.

01F4000008393042-photo-pornhub-logo.jpg


Pornhub n'est qu'un site : quelle est la consommation de l'ensemble des sites porno ?

Comme le signale Matt Kessler, Pornhub n'est qu'un site et n'est même pas le plus gros : en 2016, en termes de nombre de visites, il n'est arrivé qu'à la deuxième place derrière Xhamster. Il est cependant impossible de connaître les données de l'ensemble des sites Internet pornographiques dans le monde, ni combien de temps les internautes y passent dessus.

Calculer l'impact du streaming pornographique sur Internet devient donc impossible, mais il est évident que l'ensemble de l'industrie consomme bien plus que la somme des deux premiers sites. Surtout que l'industrie de la pornographie en ligne est en pleine mutation, avec notamment la VR qui prend de l'importance.

Le Bitcoin, qui est ciblé par certains écologistes, consommerait 26 TWh d'énergie par an. Pornhub et Xhamster, en supposant une consommation similaire, consomment déjà près de 12 TWh par an à eux seuls.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla : Elon Musk a tranché, la Gigafactory 4 sera construite en Allemagne, préférée à la France
Le Japon va-t-il vraiment déverser de l’eau radioactive dans l’océan ?
BMW s'intéresse de près à la charge bidirectionnelle
Il faudrait 20 ans pour bâtir une ville habitable sur Mars, d'après Elon Musk
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Windows 10 : la mise à jour (1909) de novembre 2019 est là !
À Marseille, un radar en test mesure le niveau de pollution des véhicules
Pornhub blacklisté par PayPal, qui ne veut plus servir d’intermédiaire pour payer ses contributeurs
L'Assemblée adopte la surveillance des réseaux sociaux par l'administration fiscale
Plombé par son coût environnemental, le projet géant EuropaCity tombe à l'eau

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top