Amazon veut que les fermes éoliennes offshore puissent produire plus que de l'électricité

Maxence Glineur
Publié le 17 février 2023 à 14h19
© Amazon
© Amazon

Le géant américain souhaite occuper l'espace disponible entre les turbines pour faire pousser... des algues.

Le secteur de l'énergie éolienne connaît une croissance importante, et la tendance devrait se poursuivre dans les années à venir, au regard de l'actualité et des discours politiques. L'espace occupé par les parcs offshore est conséquent, et certains ont trouvé une idée bien pratique pour en faire un double usage.

Un projet qui coche plusieurs cases

Le projet North Sea Farm 1, mené par un collectif de producteurs d'algues et d'entreprises néerlandaises, sera une ferme d'algues de 10 hectares qui aura la particularité d'être située entre des éoliennes. Elle devrait être opérationnelle d'ici fin 2023 et produira au moins 6 000 kg d'algues fraîches la première année.

Amazon subventionne le projet à hauteur de 1,5 million de dollars, mais n'a pas donné de détails sur le part éolien en lui-même. Les images de synthèse que l'entreprise a fournies laissent penser qu'il s'agirait d'un parc éolien flottant. Ce type de parc semble avoir un avenir prometteur en affichant de bons rendements tout en étant relativement facile à installer.

La culture d'algues paraît, elle aussi, promise à un bel avenir, car elle remplit plusieurs critères qui lui confèrent des avantages considérables. Ces plantes marines ont une capacité d'absorption du CO₂ très élevée, parfois même bien supérieure à celle du milieu terrestre pour une même unité de surface. En outre, elles peuvent constituer un habitat important pour la vie marine et contribuer ainsi à la biodiversité locale. Enfin, les algues sont tout à fait comestibles et leur culture ne nécessite ni pesticides, ni engrais, ni eau douce.

© Amazon
© Amazon

Un avenir prometteur

Les porteurs du projet voient les choses en grand et espèrent que celui-ci deviendra un modèle de culture d'algues en mer qui pourrait être reproduit à grande échelle en mer du Nord et dans d'autres endroits. Selon eux, si tout l'espace occupé en Europe par les parcs éoliens offshore était partagé avec des cultures d'algues, il serait possible d'absorber des millions de tonnes de CO₂ par an.

En outre, les algues peuvent être collectées toute l'année et utilisées non seulement dans le secteur alimentaire, mais également dans le domaine cosmétique, celui des biocarburants et comme engrais. Ainsi, Eef Brouwers, directeur de North Sea Farmers, déclare : « On pourrait potentiellement créer jusqu'à 85 000 emplois à temps plein dans le secteur européen des algues en reproduisant la North Sea Farm 1 dans toute la mer du Nord ». Éleveur d'algues, un métier d'avenir ?

Source : Electrek

Par Maxence Glineur

Geek hyper connecté et féru de podcasts, je suis toujours en train de lire ou écouter des points infos en tout genre. Entre histoire, tech, politique, musique, jeux-video et vulgarisation scientifique : toute l'actualité (ou presque) attise ma curiosité. Sinon, j'aime le rock et le lofi, les game-nights toujours trop longues, les bons films et les nanards.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !

A découvrir en vidéo

Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (2)
eric957

Quand les moteurs thermiques seront interdits, que fera-t-on des biocarburants ?

xXInfernoXx

Les moteurs thermiques existeront encore pendant plusieurs siècles il ne faut pas se leurrer .
La question principale est : va t’on les récolter avec des bateaux électrique ou polluer encore plus… des algues c’est l’invasion suivant où sur les côtes… voir le désastre en Bretagne dû à la concentration des porcheries géantes…