Disneyland Paris va installer 67 500 panneaux solaires sur ses parkings : quels résultats attendus ?

23 octobre 2020 à 17h25
69

La destination entend produire 31 GWh par an d'ici 2023, grâce à ses 17 hectares d'ombrières photovoltaïques.

Disneyland Paris, en souffrance face à une pandémie de coronavirus qui plombe ses finances, préfère garder le sourire en se penchant sur l'avenir. Comme il l'a annoncé le 22 octobre, le parc d'attractions a récemment lancé le chantier de ce qui sera l'une des plus grandes centrales en ombrières photovoltaïques d'Europe.

Une centrale pleinement opérationnelle d'ici 2023

Disneyland Paris a indiqué avoir entamé la construction de la future centrale depuis le mois de juillet. Celle-ci verra progressivement l'installation de 67 500 panneaux solaires, qui couvriront le parking visiteurs de la destination, avec deux étapes : rendre en partie opérationnelle l'exploitation de la centrale au printemps 2021, et achever la construction globale de celle-ci en 2023.

Au total, ce sont 17 hectares d'ombrières photovoltaïques qui vont prendre place sur les parkings Disney, soit l'équivalent de 24 terrains de football. À partir de 2023, les panneaux permettront de produire 31 gigawatt-heures-par-an (GWh/an). Cela correspond en théorie à 17% de la consommation électrique de Disneyland Paris et équivaut à la consommation énergétique annuelle d'une ville de 14 500 habitants, selon les estimations du partenaire du projet, la société française spécialisée dans le photovoltaïque Urbasolar, qui s'est basée sur la méthodologie prônée par l'Agence de la Transition Écologique (ADEME).

Disneyland Paris précise que l'énergie produite ne se destine pas nécessairement à l'autoconsommation, et qu'elle permettra de contribuer à la réduction des émissions de gaz à effet de serre à hauteur de 750 tonnes de CO2, chaque année, sur le territoire de Val d'Europe.

Disneyland Paris centrale photovoltaïque © Disney
L'installation sera visible depuis le ciel, grâce à la tête de Mickey qui apparaîtra au milieu des panneaux (© Disney - Concept art)

Énergie solaire, plastique, géothermie… les efforts de Disneyland Paris en matière environnementale

Une fois la construction de la centrale achevée, 9 600 places de parking seront finalement couvertes de panneaux solaires, ce qui permettra, outre la production énergétique, de protéger les visiteurs et leurs véhicules du soleil et des aléas climatiques, comme la pluie ou la neige.

« En tant qu’entreprise et leader du tourisme, nous devons miser sur le développement durable de notre destination et de ses alentours en optant pour des pratiques écoresponsables », a déclaré la présidente de Disneyland Paris, Natacha Rafalski. « Cette centrale solaire, initiée par Disneyland Paris, est sans précédent en Europe. Il s’agit d’un projet réalisé sur mesure, totalement intégré à la stratégie d’innovation d’Urbasolar en matière de surveillance des systèmes et de gestion de l’énergie sur site », ont pour leur part réagi Stéphanie Andrieu et Arnaud Mine, respectivement directrice générale et président d'Urbasolar.

Depuis plusieurs années maintenant, Disneyland Paris s'est donné pour ambition de mettre en place une stratégie environnementale. Outre la suppression des plastiques et des pailles, on peut citer la centrale géothermique construite dans le complexe partenaire Villages Nature Paris (porté par le groupe Pierre & Vacances-Center Parcs) qui permet déjà, grâce à une boucle de 25 kilomètres, de répondre à 40% des besoins énergétiques des deux parcs de Disneyland Paris.

Modifié le 23/10/2020 à 17h38
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
69
27
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Airbus dévoile la nouvelle version de CityAirbus, son avion à décollage vertical 100% électrique
Le monde générera 23 fois plus de téraoctets de données par an en 2030 qu'en 2020
Avion zéro-émission : easyJet appelle à une collaboration entre les gouvernements et le secteur aéronautique
Des chercheurs ont découvert comment mieux détecter des deepfakes (et c’est une bonne nouvelle)
Pour les 40 ans du TGV, la SNCF dévoile son projet de train à grand vitesse du futur
Aviation électrique : le
L'ONU appelle à un moratoire sur certains usages de l'intelligence artificielle
La Wikimedia Foundation organise une compétition pour améliorer le légendage des images Wikipédia
Lynx R-1 : le casque de réalité mixte d'une jeune start-up française pourrait faire de l'ombre au Quest 2
L’armée de l’Air et de l’Espace se lance dans le prêt-à-porter et accessoires, avec sa propre marque
Haut de page