L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile

15 septembre 2020 à 07h30
69

La Commission européenne semble décidée à renforcer un peu plus sa politique concernant les émissions de CO2 dans le secteur automobile, avec un objectif de réduction finalement fixé à 50 % en 2030.

La précédente mesure adoptée par l'Union Européenne à ce sujet visait une réduction de 37,5 % des émissions de CO2 d'ici à 2030.

Un objectif à moins de 50 g CO2/km ?

D'après un rapport interne de la Commission européenne cité par Electrive, la législation européenne sur l'automobile et la pollution qui en découle pourrait changer, avec des objectifs plus restrictifs pour 2030. Les normes actuelles prévoient de limiter les émissions des voitures neuves à 95 gramme de CO2 par km parcouru, avec une réduction de ce chiffre sur les dix années à venir.

Pour le moment, d'après la loi votée en 2019, les marques devront réduire leurs émissions moyennes de 15 % en 2025 par rapport aux chiffres de 2021, puis de 37,5 % en 2030, toujours par rapport au référentiel de l'an prochain. Seuls les véhicules utilitaires légers seront moins restreints, avec une diminution des émissions de 31 %, demandée entre 2021 et 2030.

Mais la volonté de l'Union Européenne serait de réduire encore davantage ces chiffres, en imposant une réduction des émissions de 50 %, soit 47,5 g CO2/km.

L'urgence climatique plus que jamais au centre des inquiétudes

En demandant une réduction de 50 % des émissions de CO2 entre 2021 et 2030, Bruxelles montre que l'urgence climatique est de plus en plus présente dans l'agenda des dirigeants et partis politiques.Ce, alors même que les Accords de Paris sont loin d'être respectés, notamment en raison du contexte actuel, et avec les restrictions prévues pour le moment.

Si l'Union Européenne est bien consciente qu'un tel renforcement des contraintes demanderait des efforts et des investissements supplémentaires aux constructeurs, elle se retrouve aujourd'hui dans l'obligation d'agir face au secteur automobile.

Un rapport commandé par Greenpeace à l'Institut belge de recherche sur le climat et au NewClimate Institute a en effet révélé que, pour respecter ce que les Accords de Paris prévoient pour cette industrie, aucune voiture à moteur thermique, y compris hybride, ne devrait sortir d'usine après 2028. Pour le moment, la majorité des pays prévoient une interdiction de ces moteurs thermiques en 2040, avec quelques exceptions comme l'Irlande, qui envisage un arrêt des voitures à moteur thermique en 2030.

Source : Electrive

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
69
28
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Amsterdam a inauguré le tout premier pont en acier imprimé en 3D
Face au blocus des communications à Cuba, les USA envisagent de déployer Internet via des ballons
La Défenseure des droits s'oppose aux caméras de reconnaissance des individus dans l'espace public
Voici CAPS, la capsule volante française autonome, passe-partout et monoplace (Vidéo)
Végétaliser les villes ? Google veut cartographier les quartiers prioritaires
Les chasseurs d’ondes de l’ANFR à la recherche des fréquences suspectes (Vidéo)
Après le supersonique, United Airlines veut des avions à propulsion électrique
Elon Musk réserve chez Virgin Galatics quand Bezos dézingue son concurrent
Une IA appréhende les politiciens qui passent trop de temps sur leur smartphone durant les sessions au parlement
Haut de page