Fedora 19 : le chat de Schrödinger est finalement bien vivant

La distribution GNU Linux Fedora passe cette semaine en version 19. Du gestionnaire d'installation aux outils dédiés au déploiement sur des infrastructures publiques, les mises à jour sont nombreuses.

03226854-photo-fedora-logo-clubic-mikeklo.jpg
Après une version 18 qui rendait hommage à la vache sphérique, l'équipe Fedora poursuit son exploration des mythes chers aux physiciens en mettant à l'honneur, pour la dernière édition de sa distribution, le fameux chat de Schrödinger, qui pour le coup paraît bien vivant. De nombreuses nouveautés sont en effet au programme de Fedora 19 « Schrödinger's Cat », livrée mardi 2 juillet en version finale.

Celles-ci sont sensibles dès l'utilitaire d'installation, Anaconda, dont l'interface graphique inaugurée avec la version 18 s'enrichit de nouvelles options de paramétrages. L'outil de configuration firstboot est également refondu, de façon à mieux s'intégrer à Anaconda et GNOME. Les environnements, justement, ne sont pas oubliés, puisque Fedora 19 signe le passage à la version 3.8 de GNOME, ainsi qu'à KDE 4.10 ou MATE 1.6. L'ensemble repose sur la base du noyau Linux 3.9, enrichi de la bibliothèque graphique libre mesa, qui assure la prise en charge des instructions d'OpenGL 3.0, 3.1 et OpenCL.

Fedora 19 se dote également de nouveaux outils dédiés à l'impression 3D en général, qu'il s'agisse de la modélisation, avec OpenSCAD qui rejoint Blender, de la traduction en instructions G-Code avec Skeinforge ou Slic3r ou du contrôle proprement dit de l'imprimante, assuré par Printrun, Cura ou RepetierHost.

0190000006097324-photo-openscad-dans-fedora-19.jpg
OpenScad dans Fedora 19

Pour les développeurs, la nouveauté la plus symbolique consistera sans doute en la bascule sur MariaDB, le fork de MySQL développé sans Oracle. L'équipe souligne également la mise à jour du serveur de gestion des DNS, BIND, qui inclut maintenant la gestion des serveurs DHCP et sait gérer les bases SQLite. Fedora se met également à la page en ce qui concerne Java (8), PHP (5.5), Ruby (2.0) ou le gestionnaire de paquets RPM (4.11).

Les outils dédiés à la supervision et à la virtualisation ne sont pas oubliés, avec une gestion des ressources allouées aux machines virtuelles étendue au stockage, sans indisponibilité, ou la prise en charge d'IPv6. Pour le déploiement sur des infrastructures distantes, Fedora 19 prévoit l'intégration OpenShift Origin et la mise à jour des composants dédiés à OpenStack, à commencer par l'arrivée d'une API d'orchestration dédiée, Heat.

On pourra consulter la liste exhaustive des améliorations proposées par Fedora 19 et accéder aux liens de téléchargement des différentes images (GNOME ou KDE, installation ou Live CD, 32 ou 64 bits) depuis le site de l'équipe française.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Marvel Cinematic Universe : le guide complet pour regarder (ou non) les films et séries du MCU dans le bon ordre
E3 2021 : des stands virtuels et d'autres animations dématérialisées au programme
Un revenu universel en crypto-monnaie : douce utopie ou vraie bonne idée ?
PS5 : Sony travaille en ce moment sur plus de 25 exclusivités
Test Sony Bravia XR-55X90J : une alternative intéressante aux téléviseurs OLED ?
FLoC : Brave, DuckDuckGo, GitHub, WordPress… Pourquoi une telle levée de boucliers contre Google ?
PS5 : Sony dévoile deux nouveaux coloris pour la manette DualSense
Cent ans après : la carte de crédit, produit d'une utopie
Test ASRock B560M Steel Legend : parce que le Z590 n'est pas forcément indispensable
Test de Mass Effect Édition Légendaire : une trilogie qui fait toujours son petit effet
Haut de page