Pour que Winamp vive, une pétition appelle AOL à rendre le logiciel open source

Un groupe de développeurs appelle NullSoft et AOL à publier le code du lecteur audio Winamp et s'engage à en poursuivre le développement pour la communauté. Leur pétition en ligne a d'ores et déjà recueilli quelque 17 000 signatures.

00A0000004088346-photo-winamp-android-logo-mikeklo.jpg
Winamp continuera-t-il à faire bouger le cul des lamas ? (*) Une semaine après que la fin programmée du fameux lecteur audio a été fixée au 20 décembre prochain, un groupe de développeurs se dit prêt à assurer la relève. Ils appellent l'éditeur du logiciel à en rendre public le code source, de façon à pouvoir poursuivre sa maintenance et, pourquoi pas, le développement de nouvelles versions.

Articulée autour du site SaveWinamp.com, leur démarche s'accompagne d'une pétition lancée via Change.org. Baptisée AOL: Keep Winamp alive or let it go open source (« AOL : gardez Winamp en vie ou laissez-le devenir open source »), celle-ci comptait plus de 17 000 signatures mardi matin.

« Winamp est le meilleur lecteur multimédia jamais créé. S'il y avait d'autres alternatives, tout irait bien. Mais il n'y a rien qui fasse ce que Winamp peut faire », affirme Peter Zawacki, un développeur Web à l'origine de cette pétition. « Si AOL l'autorise à devenir open source, il vivra pour toujours et sera placé entre les mains de ceux qui l'aiment et l'utilisent tous les jours. S'il vous plait, aidez en demandant à AOL de le garder en vie ou d'autoriser le logiciel à passer en open source ».

AOL, propriétaire de Winamp depuis le rachat de Nullsoft, n'a pas encore réagi à cette pétition. Le 20 novembre dernier, le groupe américain avait annoncé que le site de Winamp et les services Web associés seraient fermés le 20 décembre prochain, ce qui prononce l'arrêt du lecteur, même si le logiciel en tant que tel fonctionnera toujours chez ceux qui l'ont téléchargé et installé.

Winamp, dont la première version a été lancée en 1997, a fait les belles heures des amateurs de MP3 à la fin des années 90 et au début des années 2000, à une époque ou Windows Media Player souffrait de bien des lacunes. Son interface aisément personnalisable (via des skins à télécharger, comme ce thème un brin old school aux couleurs de Clubic), ses nombreuses fonctionnalités et le très riche catalogue de plugins dédiés à la gestion de sa bibliothèque, à la conversion de fichiers ou à la synchronisation avec les baladeurs iPod en ont longtemps fait un incontournable avant que ne déferlent iTunes puis les services de musique en ligne.

Passé entre les mains d'AOL, le logiciel a fait l'objet de développements jusqu'en 2011, avec la sortie d'un client Android puis d'une version Mac. Depuis cette date, il apparaissait toutefois de façon évidente que les développements étaient au point mort. D'après une source interne à AOL citée par Techcrunch le 21 novembre dernier, Microsoft aurait exprimé son intérêt pour le rachat de Winamp.

0168000005590191-photo-winamp-os-x.jpg
Winamp a fini par arriver sur OS X


(*) la mascotte de Winamp est un lama, baptisé Mike. Le logiciel s'ouvre encore aujourd'hui sur un son de quelques secondes qui dit « Winamp, it really whips the llama's ass ! », soit quelque chose comme « Winamp, ça fait vraiment bouger le cul du lama ! ».
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

Test Days Gone PC : la meilleure façon de profiter du jeu de zombies en monde ouvert
AMD : les spécifications des Radeon 6600 et 6000 XT ont fuité !
Revolut partenaire d’Elliptic pour proposer le retrait et le transfert de Bitcoin (BTC)
Call of Duty: Warzone : plus de 500 000 joueurs ont été bannis depuis le lancement du jeu
Google I/O 2021 : qu'attendre de la conférence de ce mardi 18 mai ?
Poco X3 Pro : chute de prix impressionnante sur l'excellent smartphone Xiaomi
Twitch annonce une baisse mondiale des prix sur les abonnements aux chaînes
Amazon attaque en justice les SMS d'arnaques transmis en son nom
Essai DS9 E-Tense 225 : la plus luxueuse des françaises, future star des ministères
Le gouvernement dévoile sa stratégie nationale pour le cloud avec un label de confiance
Haut de page