VLC et Blu-ray commerciaux : les libbluray et libaacs mises à jour

01 juin 2018 à 15h36
0
La lecture de Blu-ray commerciaux au travers de logiciels libres tels que VLC media player ou MPlayer a fait un pas en avant vendredi dernier avec des mises à jour des bibliothèques « libbluray » et « libaacs ».

00F0000001523110-photo-le-logo-blu-ray-disc.jpg

Les Blu-ray vidéo exploitent des codecs audio et vidéo répandus, le VC-1 ou le H.264, le Dolby Digital ou le DTS, que même les logiciels libres savent décoder, mais ils implémentent aussi quelques spécificités, ainsi que des verrous numériques.

libbluray

La « libbluray » est une bibliothèque multiplateforme assurant la prise en charge des listes de lecture spécifiques et des menus en Java des Blu-ray.

Publiée vendredi dernier, la nouvelle version 0.2.3 de cette bibliothèque, la troisième en date, corrige un problème de fuites de mémoire et améliore la gestion des langues : lorsque la langue par défaut du logiciel n'est pas disponible, la première langue disponible est désormais sélectionnée (souvent l'anglais), et les sous-titres sont désormais automatiquement désactivés s'ils sont de la même langue que la bande son (sauf s'il s'agit de sous-titres pour malentendants).

libaacs

Le cas échéant, la bibliothèque susmentionnée fait appel à la bibliothèque « libaacs » pour déchiffrer les disques protégés contre la copie, soit la quasi-totalité des Blu-ray commerciaux.

La version 0.5.0 sortie simultanément, la quatrième en date, inaugure la prise en charge d'OS X, au travers d'I/O Kit, qui permet de communiquer avec les périphériques. Elle corrige également un problème empêchant la détection du chiffrement AACS avec certaines versions 32 bits de Windows.

000000BE04111784-photo-logo-vlc.jpg

Associée à une base de données de clés, que les utilisateurs peuvent calculer puis s'échanger sur des forums, « libaacs » déchiffre de manière plus ou moins détournée les films protégés par le DRM AACS. Son utilisation est donc illégale dans les pays qui interdisent les contournements, y compris pour des raisons d'interopérabilité.

En France, le contournement des DRM est interdit par la loi DADVSI. VideoLAN, éditeur de VLC et hébergeur de ces bibliothèques développées par les équipes du célèbre forum Doom9, a ainsi demandé une dérogation à l'Hadopi au mois d'avril. Mais ce dossier ne sera présenté qu'à la rentrée.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Chrome OS sait maintenant sauvegarder en ligne dans Google Drive
Dell s'attend à un second semestre décevant
Google Octane, un nouveau benchmark JavaScript
Logitech dévoile un clavier entièrement lavable
Nikon Coolpix S800c : un compact digne de ce nom sous Android
Marvell et Sandisk collaborent pour des micro-serveurs de stockage
RapidShare s’en prend aux sites de liens
Samsung investit 4 milliards dans son usine de semi-conducteurs au Texas
TomTom 1.11 : retour des alertes radars et intégration de Foursquare
AMD baisse les prix de ses Radeon HD 7000 (màj)
Haut de page