AndroidOS.Switcher : ce virus attaque votre Wi-Fi

07 janvier 2017 à 11h40
0
La créativité des développeurs de malwares pour Android est sans limite. Un nouveau cheval de Troie contaminant les smartphones Android prend le contrôle des réseaux Wi-Fi auquel le smartphone se connecte.

Ce sont les ingénieurs de Kaspersky Labs qui ont découvert ce nouveau virus. AndroidOS.Switcher, un cheval de Troie, une fois installé sur le smartphone de l'utilisateur imprudent, ne fait rien sur le smartphone en lui-même. En revanche, dès que celui-ci se connecte à un réseau Wi-Fi, AndroidOS.Switcher essaye d'en prendre le contrôle en lançant toute une série de tentatives de connexion à l'interface d'administration, dont il faut bien dire qu'elle n'est bien souvent pas très protégée.

AndroidOS.Switcher prend le contrôle des Wi-Fi



L'interface d'administration de bien des routeurs Wi-Fi est en effet ultra facile d'accès, leurs utilisateurs ne pensant pas à changer les identifiants et mot de passe par défaut, du type "admin" "password" ou parfois encore "admin" admin", quand ce n'est pas tout simplement "admin", sans mot de passe. Quant aux url d'accès à cette interface, elles apparaissent le plus souvent derrière 192.168.0.1, ou 192.168.0.100, ou encore derrière le nom du fabricant du routeur avec une url du type http://marquemodem.web.

0258000008126494-photo-android-virus-hero.jpg


Que se passe-t-il ensuite ? Une fois que le cheval de Troie est entré dans l'interface d'administration du routeur Wi-Fi, il modifie les réglages des DNS de celui-ci, afin de rerouter l'intégralité des requêtes des utilisateurs du réseau sans fil vers des serveurs contrôlés par les hackers.

Toutes les données du réseau Wi-Fi piraté sont surveillées



Ce qu'il arrive aux données transitant par ces serveurs est évident : elles sont systématiquement analysées en temps réel par des routines, à la recherche de logins, mots de passe, numéros de comptes, numéros de cartes, bref, tout ce qui peut avoir une valeur et donc être revendu sur Tor ou des sites Internet underground. Ou encore permettre aux hackers d'opérer le désormais fameux chantage aux données (ransomweb).

Le problème, avec l'infection par AndroidOS.Switcher, c'est qu'elle est difficile à déceler par les utilisateurs, qui ne vont que très rarement sur l'interface d'administration de leur routeur, et ne décèleront pas le changement des DNS. Et un redémarrage du routeur ne résoud rien, puisque les réglages sont mémorisés. Pour se prémunir de AndroidOS.Switcher, il faut modifier les login-mot de passe par défaut de son routeur Wi-Fi (et des répéteurs !), et vérifier que les DNS utilisés par ceux-ci sont ceux de son FAI...

Voir aussi : les logiciels de sécurité pour Android
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top