Trump condamné pour avoir bloqué ses opposants sur Twitter

le 25 mai 2018
 0
Une fois de plus, le président américain Donald Trump fait parler de lui avec ses frasques sur Twitter. Cette fois-ci, il est attaqué en justice pour avoir bloqué certains de ses followers, ce qui va à l'encontre du premier amendement américain.

Depuis son entrée à la présidence américaine depuis le 20 janvier 2017, le milliardaire et entrepreneur Donald Trump a fait de Twitter l'un de ses canaux de communication préféré. Si ses propos virulents mènent souvent les internautes à se moquer de l'actuel POTUS - comme ce robot qui brûle ses tweets - il arrive parfois que certaines personnes ne les voient pas d'un œil aussi amusé.

twitter retweet fotolia


Nombre d'opposants au président US n'hésitent pas à répondre à ses tweets. Sauf que certains ont remarqué que leurs réponses n'apparaissaient pas, ou étaient à peine visibles, sur les threads présidentiels. Ils ont été nombreux à finir bloqués. Certaines rumeurs vont jusqu'à affirmer qu'ils sont des centaines d'opposants plus ou moins importants à avoir bénéficié de ce « traitement de faveur ».

Une plainte déposée pour non-respect du premier amendement



C'est l'association de défense de la liberté d'expression Knight Institute qui a déposé le dossier auprès de la justice américaine suite à la plainte commune de sept personnalités bloquées par Donald Trump. Bloquées par le Président américain sur Twitter, elles ne peuvent plus accéder à ses tweets - et encore moins y répondre.

drapeau américain fotolia


Suite à cette plainte collective, le jugement est tombé en faveur des plaignants grâce à l'invocation du premier amendement, cher aux américains. Pour rappel, cet amendement garantit la liberté d'expression et l'égalité de cette expression pour tous les citoyens. En bloquant les comptes concernés, Donald Trump est donc allé contre la constitution de son pays, ce que n'a pas manqué de relever la juge en charge de l'affaire, Naomi Reice Buchwald.

Le président des Etats-Unis a donc été sommé de débloquer les 7 comptes concernés. Mais faute d'injonction directe, rien ne dit que Trump respectera la décision de la juge. Auquel cas, l'association Knight Institute s'est dite prête à poursuivre son combat contre le Président américain.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
Finalement, Pepsi abandonne son idée de mettre de la publicité en orbite
MSI annonce que les cartes mères en chipset AMD 300 supporteront bien les Ryzen 3000
Mi 9 SE, trottinette électrique : Xiaomi signe une distribution exclusive avec Fnac Darty
Notre-Dame de Paris : Drones, robots... La technologie de plus en plus sollicitée par les secours
Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs
Les Furtifs, le dernier livre phénomène d'Alain Damasio, sort aujourd'hui
scroll top