Les contenus les plus partagés sur Twitter ne sont pas les plus lus

17 février 2014 à 12h04
0
Beaucoup d'articles partagés sur Twitter ne sont pas lus, à en croire une étude de Chartbeat. Une observation que les utilisateurs du réseau social ont d'ailleurs peut-être déjà réalisée eux-mêmes.

012C000007166652-photo-retweet.jpg
L'une des façons de mesurer la popularité d'un contenu en ligne, comme un article ou une vidéo, est de regarder le nombre de fois qu'il a été relayé sur les réseaux sociaux, et notamment Twitter. En réalité, pas tout à fait. Ce qui peut sonner comme une évidence pour les férus de données analytiques ne fait pas de mal d'être rappelé, ce que fait Tony Haile, PDG de Charbeat, spécialiste de la mesure du trafic en temps réel et cité par The Verge.

Ce dernier tweetait début février : « Nous n'avons effectivement constaté aucune corrélation entre le nombre de partages sur les réseaux sociaux et le fait que les internautes consultent réellement le contenu. » Selon lui, le même phénomène prévaut également sur Facebook et de façon générale sur les réseaux sociaux. S'il reconnaît évidemment un lien entre le trafic généré sur le site média et le nombre de mentions sociales dont il a bénéficié, il n'en va donc pas de même pour la consommation effective du contenu sur le site.

Ces affirmations, basées sur une étude et non une simple constatation au doigt mouillé, se basent sur plusieurs explications. Premièrement, explique Charbeat, un grand nombre de ces contenus partagés sur Twitter, mais aussi Facebook, sont consultés depuis un smartphone. À la fin 2013, l'audience mobile respective de ces deux réseaux sociaux était de 76% et 71% - des chiffres en constante augmentation.

Un tweet suffit à résumer l'info

« Les lecteurs sur terminaux mobiles passent généralement moins de temps sur un contenu que lorsqu'ils surfent sur un ordinateur », explique Tony Haile. Sans donner de chiffres plus précis sur ces pratiques, il ajoute que les utilisateurs des réseaux sociaux ont un certain appétit pour les sujets joyeux ou nostalgiques, qu'ils partagent plus généreusement que ceux ayant trait, par exemple, aux faits divers et aux crimes.

Une autre piste évoquée par cette étude est que finalement, la plupart des informations essentielles peuvent être contenues en 140 caractères. Dans la plupart des sujets « chauds », où le fait brut prime, et ne faisant donc pas appel à des éléments d'analyse ou de reportage, la concision d'un seul tweet suffirait. Autre raison de la non-lecture : la prolifération des informations, appelée « infobésité », ferait saturer le lecteur. Enfin, nombre de contenus seraient relayés sans même avoir été lus par la personne à l'origine du partage.

L'engagement plutôt que l'audience

De l'aveu même du community manager du Daily Mail, Taylor Lopez, cité par The Verge, « j'ai partagé des centaines d'articles tous les jours dans le cadre de mon travail mais je ne les ai pas tous lus. Je pense que ceux qui affirment lire scrupuleusement chaque article avant de le tweeter vous ment ». Selon BuzzFeed, la majorité des partages sont réalisés après 3,5 minutes passées sur une page, et 2 minutes sur mobile.

Alors, que reste-t-il pour mesurer le succès d'un contenu sur les réseaux sociaux ? À la manière de YouTube, l'une des premières bonnes résolutions à prendre est de ne plus tant se focaliser sur le volume de partages et de vues. La plateforme de streaming vidéo, qui milite par ailleurs activement contre les fausses vues, se concentre de plus en plus sur l'engagement des utilisateurs, mesuré dans les commentaires, likes, etc.


01E0000007166756-photo-engagement.jpg
Exemple de mesure du taux d'engagement


Face aux faux abonnés, une technique pour mesurer ce taux d'engagement peut être d'additionner le nombres de mentions « J'aime », de favoris, de commentaires et de partage durant une journée, de diviser le tout par le nombre de fans et de multiplier le résultat par 100. Le résultat, souvent inférieur à 1%, pourra paraître faible. C'est normal : plus le nombre de fans est important, plus il est dur de tous les engager.


À lire également :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Consommation de
Sans enquête antitrust, Windows Mobile aurait dominé Android... selon Bill Gates
Débat | YouTube change-t-il pour le pire ?
La Chine lutte contre l'addiction au jeu en imposant un couvre feu et une limite de temps quotidienne
Pick-up Tesla : cochez la date, le concurrent du Rivian R1S présenté dans deux semaines
Le Samsung Galaxy Fold en rupture de stock en cinq petites minutes en Chine
Un TER n’émet pas toujours moins de CO2 qu'une voiture ou un autobus !
Un bouton sur Netflix pour passer les blagues sur Donald Trump pendant un spectacle
Edge basé sur Chromium, aka Chredge, sera bien disponible sur Linux

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top