La concurrence américaine enquête sur Google+

01 juin 2018 à 15h36
0
0078000003522072-photo-google-logo-sq-gb.jpg
L'intégration du réseau Google+ au sein du moteur de recherche de Google a poussé la FTC à étendre davantage son enquête sur la firme de Mountain View.

Depuis juin 2011, Google fait l'objet d'une enquête menée par la FTC (Federal Trade Commission), l'organisme américain chargé de superviser les pratiques commerciales aux Etats-Unis. La procédure, motivée par un soupçon d'abus de position dominante, vise notamment à étudier la façon dont Google positionne ses propres services dans les pages de résultat de son moteur de recherche.

La semaine dernière le géant de la Silicon Valley dévoilait une nouvelle version de son moteur avec un affichage présentant des « résultats personnalisés » issus de ses publications sur Google+ ou de celles de ses contacts. Cette initiative n'a pas laissé les internautes indifférents et notamment Twitter. Alex Macgillivray, conseiller général de Twitter et ancien avocat de Google, expliquait que Twitter était devenu une source primaire pour les flash infos et méritait donc d'être mieux intégré à Google. « Nous craignons qu'avec les changements opérés sur Google l'information soit plus difficile à trouver. Nous pensons que cela est mauvais pour les internautes, les éditeurs, les agences d'actualités ainsi que les utilisateurs de Twitter », déclarait ainsi M. Macgillivray.

Le magazine Bloomberg rapporte les propos de Adam Kovacevich, porte-parole de Google qui affirme : « nous pensons que les améliorations du moteur de recherche rendront service aux consommateurs. Les lois permettent d'aider les consommateurs en tirant parti des innovations, pas d'aider la compétition ».

00C8000004445268-photo-logo-google-iphone-mobile.jpg
Reste que comme le souligne le blog spécialisé Search Engine Land, l'intégration de Google+ ressemble davantage à une stratégie visant à promouvoir son propre service. Pour une requête de type "musique" sans être connecté à Google et en ayant activé le mode de navigation privée, le moteur suggère tout de même de suivre sur Google+ certains artistes comme Britney Spears, Snoop Dogg ou Mariah Carey. Ces suggestions apparaissent dans la barre de droite bien que la requête soit totalement anonyme et pour laquelle il n'est donc pas pertinent de retourner des résultats extraits de Google+ si ce n'est pour encourager les internautes à créer un compte. Par ailleurs, bien que ces artistes disposent de profils sur Facebook ou Twitter et aient rattachés ces derniers à leur compte Google+, ces services tiers ne sont pas recommandés par le moteur de recherche. Aussi, une requête de type "Facebook" propose de suivre le profil du fondateur Mark Zuckerberg sur Google+, bien que ce dernier n'ait publié aucune mise à jour.

La FTC devra donc déterminer les réelles motivations de Google pour la mise à jour de son moteur annoncée la semaine dernière. Une fois de plus le débat vis-à-vis des résultats de recherche est relancé. Si l'on pourrait s'interroger sur les obligations de Google à rester objectif sur les résultats de son moteur, la firme doit cependant libre place à la concurrence. Reste à savoir si la Commission Européenne, qui mène également une enquête sur la société californienne, se penchera sur la question.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Skype, bientôt sur Windows Phone 7 ?
CES 2012 : SSD TLC chez OCZ, Everest 2 et projet Kilimanjaro
CES 2012 : Gigabyte présente sa Radeon HD 7970 maison
SIM+ lance un forfait voix illimité à 14,90 euros par mois, mais n'innove pas
SAP affiche de très bons résultats pour 2011
Pascal Nègre :
Rupert Murdoch, patron de News Corp, qualifie Google de
Présidentielles : éditeurs et artistes interpellent les candidats
CES 2012 : Alimentations et X79 watercoolé chez EVGA
Mozilla collectera davantage de données pour ses services web
Haut de page