Google : le blocage de la pub sur les sites de piratage se précise

Google s'apprête à mettre en place une nouvelle initiative visant à « couper les vivres » des sites encourageant le piratage. La firme de Mountain View envisage de bloquer l'affichage des publicités AdSense sur ce type de domaines, et ça ne sera pas la seule entreprise engagée.

00FA000005899688-photo-google-ios-recherche-search-logo.jpg
Selon le Guardian, le géant américain compterait passer prochainement un nouveau cap dans la lutte contre le piratage, en collaboration avec les majors du cinéma, du disque et d'autres industries créatives, mais aussi avec l'aide de régies publicitaires. Après la désindexation des sites enfreignant les droits d'auteurs, ce sont les revenus de ces derniers qui se seront ciblés, via le blocage des affichages publicitaires.

Google planifie donc de bloquer l'affichage des publicités Adsense sur les sites signalés par les ayants-droit. L'initiative n'inclurait d'ailleurs pas uniquement l'entreprise américaine : le média signale que la British Phonographic Industry (BPI), le principal regroupement des professionnels de l'industrie du disque en Grande-Bretagne, travaille en ce sens avec l'Internet Advertising Bureau (IAB) britannique. L'objectif : empêcher les gestionnaires de sites favorisant le piratage de vivre de leurs activités illégales.

La volonté d'appliquer une telle action n'est pas nouvelle : en février dernier circulait déjà une rumeur autour d'une initiative de Google, qui cherchait à rassembler certaines sociétés de paiement, comme PayPal ou Visa, autour d'un projet de blocage des transactions liées au piratage. En mai dernier, Theo Bertram, l'un des responsables de Google en Angleterre, expliquait qu'attaquer ce type de sites sur leur dimension financière serait nettement plus efficace que les autres manœuvres en place, et pourrait même venir des annonceurs eux-mêmes. « Je ne pense pas que le blocage de sites Web soit efficace » avait-il déclaré, évoquant la démarche de désindexation des sites pirates par Google. « Ce n'est pas à Google d'aller sur le Web pour décréter que tel ou tel site est légal ou pas, mais si Coca-Cola vient et nous dit : voici une liste de 500 sites sur lesquels nous ne voulons pas que vous placiez nos annonces, c'est différent. C'est presque du marketing pour eux » déclarait-il alors.

L'initiative, dont la mise en place s'avère imminente, inclurait Google, Microsoft, Yahoo, 24/7 Media, Adtegrity, Condé Nast et SpotXchange. « Nous pensons que c'est une étape positive, et que ces efforts peuvent avoir un impact important sur la réduction du piratage en ligne et la contrefaçon » a déclaré Victoria Espinel, en charge des questions de propriété intellectuelle à la Maison Blanche. Reste, que, pour l'heure, la manière dont une telle démarche sera appliquée s'avère floue : si le bureau assure que le procédé sera réfléchi et respectera la vie privée, difficile de ne pas penser aux ratés de la procédure de désindexation automatique mise en place par Google en 2012.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

D'après Bureau Veritas, OVH aurait aussi des travaux incendie à faire sur le datacenter de Roubaix
Ethereum : tour d'horizon et chiffres clés sur l'écosystème de la deuxième cryptomonnaie mondiale
Test des AirTags : l'accessoire Apple indispensable des têtes en l'air ?
FLoC : Brave, DuckDuckGo, GitHub, WordPress… Pourquoi une telle levée de boucliers contre Google ?
Des chercheurs ont réussi à pirater une Tesla à l'aide d'un drone (et Tesla a déjà patché la faille)
Saliout-1 : la première station spatiale, et pas la plus heureuse
Test de Resident Evil Village : une balade à la campagne qui tourne mal
Idéal pour le télétravail, cet ordinateur HP Chromebook passe à moins de 300€ !
Mini-LED à l’assaut de l’OLED ? On fait le point sur cette ambitieuse technologie LCD
Portal : un fan du jeu a transformé son Alexa en une GLaDOS plus vraie que nature
Haut de page