USA : Google voudrait proposer sa technologie de voiture sans pilote "dans les 5 ans"

11 février 2013 à 16h21
0
Testée depuis 2010 par Google, la voiture à pilotage automatique de l'entreprise pourrait arriver sur les routes américaines dans les prochaines années selon son chef de produit Anthony Levandowski. Une perspective que les autorités fédérales du pays ne voient pas forcément d'un très bon œil.

010E000005344266-photo-google-voiture-pilotage-automatique.jpg
En août 2012, Google se félicitait des performances de ses voitures à pilotage automatique, qui avaient alors parcouru 500 000 kilomètres sans jamais avoir d'accident. Peu de temps avant, l'entreprise avait marqueé les esprits en mettant au « volant » de l'un de ses véhicules Steve Mahan, un Américain malvoyant qui pouvait alors effectuer des trajets programmés.

Pour Google, ce type de voiture représente un système suffisamment fiable pour être proposé sur les routes d'ici à 5 ans. « Je ne peux pas vous dire que vous serrez en mesure d'avoir une voiture de Google dans votre garage l'année prochaine » a expliqué Anthony Levandowski, ajoutant cependant « nous prévoyons de proposer la technologie au cours des cinq prochaines années. La forme sous laquelle elle sera présentée reste encore à déterminer. »

Si la démarche est ambitieuse, tout reste néanmoins à faire pour Google : car si la technologie fait ses preuves depuis 2010, le nombre d'Etats américains qui a d'ores et déjà ouvert la porte aux voitures sans pilote sont limités. A ce jour, seuls le Nevada et la Californie ont autorisé Google à tester ses voitures sur certaines de leurs routes.

Par ailleurs, pour la National Highway Transportation Safety Administration (NHTSA) qui surveille l'aspect sécuritaire des véhicules aux USA, donner une fenêtre de mise sur le marché de telles voitures s'avère prématuré. Pour Dan Smith, directeur principal adjoint de cette branche, le gouvernement américain va devoir repenser la manière dont les véhicules sont testés, en créant de nouveaux scénarios. « Une partie de cette démarche va concerner les éventuels problèmes électroniques » explique-t-il.

Néanmoins, le fait que Google envisage de proposer la technologie dans les 5 ans ne sous-entend pas que des véhicules seront proposés immédiatement dans la foulée. Cette perspective inclut également le fait qu'à l'heure actuelle, comme le rappelle le site ExtremeTech, une telle technologie coûte aussi cher que la voiture sur laquelle elle est installée. Ainsi, même si la technologie peut être opérationnelle dans les 5 ans, les observateurs estiment qu'elle pourrait n'être viable et accessible sur des voitures qu'à partir de l'horizon 2020. D'ici là, il faudra également que les différents pays du globe se penchent sur la question.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le paiement sur Internet s'arme d'un nouveau système antifraude fonctionnel dès demain
La dernière mise à jour de Windows 10 causerait des pannes de carte réseau
Maladies pulmonaires : les enquêteurs américains n'écartent aucune cigarette électronique
Un démantèlement des GAFA ?
La Suisse veut forcer les compagnies aériennes à renseigner les émissions CO2 sur les billets d'avion
Renault : son crossover électrique K-ZE lancé en Chine, à partir de 8 500 €
Le trou noir au centre de notre galaxie semble avoir de plus en plus faim
Des chercheurs remettent sur la table la solution de l'ascenseur vers la Lune
Le saviez-vous ? Un Game Boy, meurtri, a survécu à la guerre du Golfe
Un son pour avertir les piétons va être ajouté à la Tesla Model 3

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top