Facebook s’en prend aux fausses actus

01 juin 2018 à 15h36
0
Le réseau social expérimente un système de notation des actualités par les internautes eux-mêmes, espérant réduire le nombre de fausses informations qui y circulent.

Un effet de foule

Un mois après l'élection présidentielle américaine et au terme d'une campagne qui a vu des diffusions de mensonges sous couvert d'actualités, Facebook dévoile son système censé les éliminer. Seule une poignée de médias anglophones en ont bénéficié en ce premier jour de leur existence. Concrètement, il s'agit d'un module supplémentaire qui s'affiche sur Facebook, en-dessous d'une actualité partagée. La question, « Dans quelle mesure le titre de ce lien utilise des tournures trompeuses ? », s'accompagne de cinq réponses possibles : « absolument pas », « un peu », « dans une certaine mesure », « beaucoup » et « tout à fait ». Un autre type de question consiste à savoir si des faits importants ont été omis. Ce choix de Facebook confirme sa confiance en « l'effet de foule » : si une majorité des utilisateurs ont signalé un article comme étant faux, il devient effectivement faux pour Facebook.

01F4000008612506-photo-facebook-fausse-news.jpg

Une approche robotisée

Pour rappel, un pas similaire a déjà été fait fin août 2016, lorsque le réseau social a dit au revoir à son équipe éditoriale qui gérait la rubrique « Populaires », ou « Trending », dans sa version anglaise : elle est désormais confiée à un algorithme. Le prochain pas de Facebook ? À en croire Elliot Schrage, vice-président chargé des communications, le réseau social lancera un programme de sensibilisation de type « réfléchissez avant de partager » et renforcera son mécanisme de signalement d'actualités mensongères. Par ailleurs, les services publicitaires Facebook seraient désormais fermés aux créateurs qui, d'après l'entreprise de Menlo Park, diffuseraient des contenus mensongers.

En attendant, Mark Zuckerberg se défend, affirmant que les fausses actus représenteraient seulement 1 % des contenus circulant sur son réseau social. Il serait « fou », selon lui, d'affirmer que Facebook aurait pu influencer le cours de l'élection américaine.

Voir aussi :

Télécharger :
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Altice vend SFR Belgique et Luxembourg à Telenet
Une « boîte à colis » connectée débarque en France
Logitech complète sa famille de casques gamers sans fil avec le G533 Wireless
SFR : forfait RED 10 Go à 10 € / mois
SFR : 99 % de la population couverte en 4G fin 2018 ?
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
De Facebook... à Sexebook, réseau social coquin ?
Haut de page