Facebook : nous n'épions pas les conversations des mobinautes

04 juin 2014 à 12h51
0
Trois semaines après avoir dévoilé une fonction de reconnaissance d'écoute de musique et de programmes télé prochainement intégrée à ses applications mobiles, Facebook cherche à rassurer les plus perplexes. Non, les app n'épient pas les conversations des utilisateurs à leur insu.

00FA000007374179-photo-facebook-shazam.jpg
Facebook se la joue Shazam : aux Etats-Unis, les applications mobiles du réseau social sont capables d'identifier ce que visionne ou écoute l'utilisateur, pour lui permettre de partager ces informations sur la plateforme. Une extension des actions prédéfinies qui a poussé les mobinautes à s'interroger sur ce que Facebook a à gagner avec une telle fonctionnalité : plus de ciblage, certes, mais est-ce tout ? Et si la plateforme se servait du microphone pour espionner les internautes ?

Gregg Stefancik, le responsable de la sécurité de l'infrastructure chez Facebook, vient de répondre à ce qu'il qualifie de « mythes » autour de cette nouvelle fonction. Il explique à CNET que le réseau social ne cherche absolument pas à espionner les utilisateurs : « Cette fonction doit être activée, elle n'est pas utilisée sans le consentement du mobinaute. Le microphone ne se met pas en marche tout seul, il demande la permission pour le faire. Comme il n'est pas toujours à l'écoute, il est très limité dans ce qu'il enregistre ».

Lorsqu'elle est activée, la fonction d'écoute réalise une empreinte audio de ce qui est capté, et la compare avec la base de données de Facebook. « Si une association est effectuée, elle est envoyée à l'utilisateur qui a la possibilité de la partager. L'utilisateur a un contrôle complet, et l'empreinte audio est immédiatement utilisée. Le fichier audio ne quitte jamais le téléphone » ajoute Gregg Stefancik, qui va dans le sens de ce que Facebook avait précédemment annoncé : rien n'est stocké.

« Je ne voudrais pas avoir ça dans ma poche si ça enregistrait tout ce qui se passe autour de moi » conclut le représentant de Facebook. On s'en doute bien, mais après toutes les révélations en lien avec PRISM et la NSA, il n'est pas étonnant que les internautes s'interrogent sur l'arrivée de telles fonctionnalités au sein d'applications très utilisées.

Pour aller plus loin

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top