Facebook annonce une révision de sa politique de lutte contre les discours haineux

29 mai 2013 à 10h24
0
Accusé de laisser des discours de haine et de violence envers les femmes circuler sur ses pages, Facebook a répondu aux demandes d'associations américaines dans un billet de blog. Le réseau social annonce qu'il va lutter contre le « sexisme ordinaire ».

06003974-photo-facebook-haine-sexisme.jpg
Exemple de publication incitant au viol affichée sur Facebook.
La semaine dernière, plusieurs associations américaines, dont Women Action and the Media et Everyday Sexism Project, demandaient à Facebook de réagir concrètement aux discours sexistes, voire haineux à l'encontre des femmes, qui circulent sur le réseau social. La campagne menée par ces différents organismes a entraîné plus de 60 000 tweets et plus de 5 000 emails, en plus d'attirer l'attention des médias. Une situation face à laquelle Facebook ne pouvait rester insensible, d'autant plus que de nombreux annonceurs, dont Dove, avaient décidé de ne plus acheter d'encarts publicitaires sur la plateforme face à cette situation.

La plateforme vient donc d'annoncer avoir reçu le message, et travailler pour résoudre le problème. Dans un long billet, le réseau social tente de justifier sa démarche actuelle par la nécessité de respecter la liberté d'expression de ses utilisateurs. Une situation qui provoque parfois un « problème d'équilibre » par rapport au respect de la communauté. « Nous interdisons le contenu qui est directement préjudiciable à une réputation, mais nous laissons le contenu qui est offensant ou controversé » explique le service. « Nous définissons le contenu préjudiciable par l'organisation événements violents dans le monde réel, le vol ou la destruction de biens, ou encore le contenu qui inflige directement une détresse émotionnelle à une personne spécifique. » Un discours qui n'est pas sans rappeler celui affiché dans l'affaire d'une vidéo très violente ayant circulé pendant plusieurs jours sur Facebook, avant d'être finalement retirée.

Facebook met ensuite en avant que si sa politique d'utilisateur interdit le « discours haineux », certaines catégories de contenu n'entre pas dans cette case selon le réseau social, ce qui inclut notamment « l'humour de mauvais goût ». Un élément pourtant pointé du doigt par les associations. « Nous nous rendons compte que notre défense de la liberté d'expression ne devrait jamais être interprétée comme une autorisation d'intimider, harceler, maltraiter ou menacer » ajoute la plateforme, qui s'engage à « travailler pour que cela ne se produise plus au sein de la communauté Facebook. »

« Des critères obsolètes »

Le réseau social continue de faire amende honorable, admettant que ses « systèmes pour identifier et éliminer les discours de haine n'ont pas fonctionné aussi efficacement que souhaité, en particulier concernant les discours haineux fondés sur le sexe. » Facebook n'hésite pas à qualifier certains de ses critères de contrôles d' « obsolètes », et promet de « faire mieux » pour améliorer la situation.

La plateforme annonce enfin qu'une équipe de juristes sera mise à contribution, ainsi que des « représentants d'associations de femmes et d'autres groupes historiquement victimes de discriminations ». La responsabilité des personnes postant du contenu haineux sur le service devrait également être renforcée.

Le discours de Facebook a été salué par les associations ayant participé à cette campagne de mobilisation. « Nous atteignons un point de basculement international dans les attitudes envers le viol et la violence contre les femmes. Nous espérons que cet effort soit pris comme le témoignage de la puissance de l'action collaborative » a notamment déclaré la responsable de Women Action and the Media, Jaclyn Friedman. Les changements dans la politique du réseau social devraient apparaître prochainement sur la plateforme.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
Plus de 700 km d'autonomie annoncés pour la Mercedes EQS
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
scroll top