Facebook dédie un système de stockage "à froid" aux photos les moins consultées

01 juin 2018 à 15h36
0
Avec 350 millions de photos envoyées chaque jour sur sa plateforme, Facebook cherche actuellement à optimiser le stockage de tels fichiers, en particulier ceux qui sont peu consultés par ses membres. Le réseau social compte installer des serveurs dédiés aux photos « mal-aimées » dans son datacenter de Prineville, en Oregon.

Facebook stocke à ce jour plus de 240 milliards de photos, un nombre en évolution permanente puisque la plateforme en accueille 350 millions de plus chaque jour : de quoi donner le tournis aux plus fervents amateurs de soirées diapos. Mais pour le réseau social, une réelle problématique émerge de cette situation, car sur ces milliards de photos, un très grand nombre sont rarement consultés : en effet, 82% du trafic de la plateforme se concentre seulement sur 8% des photos qu'elle propose.

01F4000005737362-photo-facebook-datacenter-prineville.jpg
Source:The Oregonian

Tout l'enjeu pour Facebook est donc de privilégier l'accès aux clichés les plus populaires, sans faire disparaître les autres, mais en leur accordant malgré tout moins d'importance. Dans cette optique, le réseau social se prépare à expérimenter, au sein de son datacenter de Prineville, l'installation de plusieurs milliers de serveurs de stockage dans une « chambre froide » : ces derniers hébergeront donc les photos les moins consultées, et seront mis en veille. Le temps d'accès aux clichés seront un peu plus longs que pour des photos plus populaires, mais Facebook assure « qu'il n'y aura pas d'impact sur l'expérience utilisateur, ça sera une question de secondes ou de millisecondes. »

Le réseau social estime que ce système de stockage « à froid » lui permettra d'économiser un tiers de ce que coûte une méthode de stockage standard. Ces nouvelles installations prennent moins de place, malgré des baies qui peuvent accueillir davantage de serveurs que dans une installation « à chaud », et consomment 5 fois moins d'énergie.

Au cours de ses 9 premiers mois d'activité, le datacenter de Prineville, situé en Oregon, a consommé 71 millions de kilowatts de puissance, soit l'équivalent de la consommation de 6 000 foyers. On comprend mieux pourquoi Facebook cherche à limiter cette énorme consommation, alors que la quantité de fichiers envoyée sur sa plateforme augmente quant à elle de manière exponentielle.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Qobuz lance son application Windows 8 et Windows RT
Michel Combes prend la direction d'Alcatel-Lucent
Intel rachète AppMobi, spécialiste du HTML5
Recyclage de fréquences pour la 4G : une autorisation contre une redevance ?
Windows Phone : Nokia s'attaquerait désormais à l'entrée de gamme
Linux 3.8 abandonne l'architecture i386, tout un symbole
Micromega MyZic : un ampli casque abordable 100% français
3Doodler : un stylo pour dessiner en 3D s'arrache sur KickStarter
Qualcomm RF360 : un chipset 4G qui marche partout
Orange annonce 3 smartphones Android
Haut de page