Facebook et la vie privée : nouvelle polémique autour des applications

18 octobre 2010 à 13h06
0
00C8000003199512-photo-vache-triste-farmville.jpg
Le débat concernant la politique de Facebook en matière de vie privée semblait perdre de l'ampleur ces dernières semaines, après les mesures en série prises par le réseau social pour faciliter la prise de contrôle du compte par son utilisateur, et ainsi lui permettre de mieux gérer ses paramètres de confidentialité. Malheureusement, la polémique vient d'être relancée par le Wall Street Journal, qui évoque aujourd'hui une faille dans le réseau social qui permet à une dizaine d'applications très utilisées d'envoyer des informations personnelles à des sociétés tierces, évoluant principalement dans le secteur publicitaire.

En cause, un problème déjà évoqué il y a plusieurs mois et qui avait alors cours sur plusieurs réseaux sociaux : la transmission de l'ID de l'utilisateur via le « referrer » d'un lien hypertexte créé par certaines applications. Cet ID, qui se révèle être une suite de chiffres unique, se retrouve ainsi dans le lien exploité par certaines applications les plus utilisées du réseau, comme Farmille ou Texas HoldEm Poker de l'éditeur Zynga. « Une ID Facebook peut être partagée par inadvertance par le navigateur Internet ou par une application » a expliqué un porte-parole du réseau social. « La connaissance de l'ID d'un utilisateur ne permet pas d'accéder à ses informations privées » a-t-il néanmoins ajouté. Mais les informations laissées souvent publiques, comme l'année de naissance, le lieu de résidence ou le genre de la personne, restent accessibles par une simple recherche.

Le Wall Street Journal explique par ailleurs qu'il est possible que les développeurs des applications concernées par le problème n'avaient peut-être pas conscience de la situation : reste que la plupart d'entres elles ont tout de même transmis les fameuses ID à de nombreuses sociétés tierces : le journal, qui a mené une enquête approfondie, évoque à ce titre la société de collecte de données Rapleaf Inc. qui aurait massivement lié les ID Facebook récoltées à ses bases de données d'utilisateurs Internet, pour les revendre ensuite. La société se défend aujourd'hui d'avoir agit sciemment.

Face à cette nouvelle affaire, Facebook a annoncé travailler activement sur le problème et l'avoir déjà réglé partiellement, en collaboration avec les éditeurs d'applications en cause. « Nous avons pris des mesures immédiates pour désactiver toutes les applications qui violent nos conditions » a déclaré un porte-parole du réseau social.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
Face à de très mauvais résultats financiers, EDF s'apprête à se serrer la ceinture
Pollution : un think tank britannique demande à interdire les publicités pour les SUV
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Depuis 2011, Hadopi c'est 87 000 euros d'amende pour... des dizaines de millions d'euros de subventions !
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
Les employés de Blizzard font la lumière sur d'inquiétantes disparités salariales
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
scroll top