Le FBI fait fermer Silk Road, la place de marché dédiée aux drogues

le 03 octobre 2013
 0
Les autorités américaines ont annoncé mardi l'arrestation de « Dread Pirate Roberts », administrateur présumé du site Silk Road, une place de marché qui permettait depuis 2011 et sous couvert d'anonymat d'acheter de la drogue et d'autres produits illégaux, payés via la monnaie virtuelle Bitcoin.

La route de la soie ne convoiera plus de substances illégales. Le site Silk Road, qui depuis 2011 fonctionne comme une place de marché dédiée aux produits illégaux, affiche désormais un avertissement signé du FBI, indiquant que le site et ses actifs ont été saisis. Les autorités américaines ont dans le même temps traduit devant un tribunal de San Francisco Ross William Ulbricht, 29 ans, plus connu sur Internet sous le pseudonyme « Dread Pirate Roberts », administrateur et fondateur présumé du site. Il est accusé d'avoir engrangé l'équivalent de 80 millions de dollars grâce aux commissions touchées sur les ventes réalisées via Silk Road.

01CC000006680640-photo-silk-road-ferm-par-le-fbi.jpg
En arrière plan, le dromadaire qui servait de logo à Silk Road

Silk Road, ou la vente de drogues par correspondance

Lancé début 2011, Silk Road a toujours fait sien le credo de l'anonymat. Le site n'était accessible que par l'intermédiaire du réseau décentralisé TOR (The Onion Router), sans URL publique, de façon à garantir, en théorie du moins, l'anonymat de ses utilisateurs. Il fonctionnait comme un banal site de petites annonces, mettant en relation des vendeurs et des acheteurs, à ceci près qu'il s'était fait une spécialité de toutes les marchandises illégales ou réglementées : entre autres armes ou composants entrant dans la confection domestique de stupéfiants, le catalogue Silk Road se composait pour l'essentiel d'un vaste panorama de drogues, allant du cannabis à l'héroïne en passant par tous les produits de synthèse du marché.

Début 2012, ses pages d'information expliquaient que les seuls produits interdits à la vente sur Silk Road étaient les contenus relevant de la pornographie infantile et les armes dites de destruction massive. Les transactions s'y réglaient en Bitcoin, cette fameuse monnaie virtuelle échangeable en dollars, et les envois de marchandise étaient effectués par la poste, le site livrant d'ailleurs force conseils quant à la façon de correctement dissimuler un sachet de cocaïne au sein d'un colis ordinaire. Silk Road opérait à l'échelle internationale (lors de notre dernière visite, quelques annonces proposaient par exemple l'expédition de drogues en Europe depuis les Pays-Bas), mais le gros des annonces se concentrait sur les Etats-Unis et le Canada.

Dans la plainte (PDF) officiellement déposée par l'agent du FBI en charge de l'enquête, celui-ci indique avoir procédé ou fait procéder à plus de cent transactions sur Silk Road et s'être ainsi procuré plus d'un kilogramme de drogues diverses, dont il souligne d'ailleurs la pureté générale. Il livre surtout une estimation du volume d'affaires généré par Silk Road, parlant d'un total de 1,2 milliard de dollars de ventes qui se seraient traduits par environ 80 millions de dollars de commission prélevés par l'administrateur du site, des chiffres toutefois difficiles à valider dans la mesure où les échanges étaient réalisés en Bitcoin, monnaie dont le cours fluctue allègrement selon les jours.

Tentative de meurtre en réponse à un chantage ?

A partir de l'analyse de ses conversations en ligne, l'administrateur présumé du site est également accusé d'avoir fomenté l'assassinat d'un des membres du site, qui l'aurait fait chanter. Celui-ci lui réclamait 500 000 dollars, faute de quoi il rendrait publique une liste de noms et d'adresses d'utilisateurs de la plateforme, qu'il aurait obtenue en hackant l'ordinateur de certains vendeurs (Silk Road promettait l'anonymat mais l'acheteur devait logiquement transmettre au vendeur ses coordonnées afin de pouvoir recevoir sa marchandise). Bien que la suite des échanges laisse entendre que le contrat a été exécuté, en échange de l'équivalent en Bitcoins de 150 000 dollars, l'accusation de meurtre n'a pour l'instant pas été conservée, la victime n'ayant pas été identifiée.

Ross William Ulbricht, logiquement soucieux de protéger son anonymat à plus d'un titre, a quant à lui été localisé grâce aux premiers messages qu'il a postés en ligne pour faire connaître Silk Road, en janvier 2011.

L'annonce de la fermeture du site, dont le volume d'affaires quotidien est estimé par le FBI à deux millions de dollars, a rapidement entraîné une chute du cours de la monnaie virtuelle Bitcoin. D'autres places de marché, moins médiatisées que ne l'a été Silk Road, se proposent toutefois déjà de prendre la relève.

0190000006680642-photo-bitcoin-fermeture-silk-road.jpg
Le graphique traduit une subite augmentation du volume d'échanges et la baisse du cours


Pour aller plus loin, voir aussi :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Avast déploie Aspen, un navigateur web sécurisé basé sur Chrome 73
Voiture électrique : Casino va installer des bornes recharge ultra-rapides dans ses magasins
Jour de la Terre : des images qui montrent la beauté de notre planète (mais aussi notre impact)
Technologies numériques : l'UE adopte un plan d'investissement à 9,2 milliards
Comparatif 2019 : Quel est le meilleur chargeur sans fil ?
Des pirates publient les données personnelles de milliers de policiers et d'agents du FBI
XIII, le shooter d'Ubisoft lancé en 2003, se paye un remake !
Oui.sncf marche fort et reste le premier site de e-commerce français
Des chercheurs ont réussi pour la première fois à
Une entreprise récupère les trottinettes de Lime et Bird... pour les leur
Un astronaute devenu différent de son jumeau après un voyage d’un an dans l’espace
Game of Thrones : HBO annonce l'ouverture d'un studio à visiter en 2020 en Irlande du Nord
Microsoft assure que ses data centers utiliseront 60% d'énergie renouvelable d'ici 2020
Auchan, Carrefour, Casino... les tests de magasins 100% automatiques se multiplient
Notre sélection des meilleurs films et séries à voir en avril sur Netflix et Amazon
scroll top