123people lance des outils de gestion de l'e-reputation

21 janvier 2013 à 16h04
0
Le « moteur de personnes » 123people, réputer pour centraliser les informations publiées publiquement par les internautes sur des pages de résultats qui leur sont dédiées, se tourne désormais vers la gestion de l'e-réputation. La plateforme vient de lancer deux services en ce sens, utilisables moyennant finance.

00FA000003020158-photo-capture-123people.jpg
Si vous êtes du genre à « semer » des informations publiques sur Internet, comme votre adresse email ou des photos de profils associées à votre vrai nom, alors il est fort possible que vous soyez référencé sur 123people : racheté par PagesJaunes en 2010, cet « annuaire de personnes » référence en effet les informations recueillies sur les internautes, et apparaît souvent en bonne place dans les résultats des moteurs de recherche. Une démarche qui se fait sans que l'internaute ait son mot à dire à la base, même s'il peut demander le retrait d'informations via une page présente sur le site.

Il est donc plutôt ironique de voir arriver 123people sur le secteur de la gestion de l'e-réputation, par le biais de 2 outils qui proposent aux internautes de garder la main sur son image diffusée sur Internet. D'un côté, on trouve Webcleaner, un service qui propose de gérer la suppression de photos et autres informations personnelles liées à un utilisateur. De l'autre, on trouve Social Network Monitor, qui se propose de « sonder » le compte Facebook de l'inscrit pour jauger son « niveau de protection ».

Dans les deux cas, les services sont payants : à l'acte pour Webcleaner, qui facture 19,90 euros pour chaque demande de suppression de contenu, qu'il s'agisse d'une photo, d'un numéro de téléphone ou d'un texte. « Webcleaner est de loin la solution la moins chère du marché » clame le service, qui réalise manuellement les démarches auprès des éditeurs de contenu pour faire supprimer les informations indésirables sous 3 mois, satisfait ou remboursé. Une procédure pas toujours simple pour l'internaute moyen.

De son côté, Social Network Monitor fonctionne sur la base d'un abonnement mensuel de 4,99 euros : pour ce prix, l'internaute peut suivre au quotidien le degré de protection de plusieurs comptes Facebook et s'informer sur les éventuelles publications problématiques - publications d'amis sur la Timeline, photos postées en public, etc. - et les corriger si besoin est.

01F4000005666986-photo-social-network-monitor.jpg

Actuellement proposé en bêta, le service demande un affinage important de la part de l'utilisateur, puisqu'il considère par défaut de nombreux contenus comme étant sensibles, alors qu'ils ne posent pas forcément de problème : une publication avec un mot jugé « fleuri » est, par exemple, automatiquement jugé comme étant problématique, même si la publication est limitée à un groupe d'amis. Il en va de même pour les statuts postés depuis une application mobile : bref, la démarche est peu claire à la base, ce qui est plutôt regrettable pour un service payant. A noter que Social Network Monitor peut être testé gratuitement pendant un mois.

01F4000005666984-photo-social-network-monitor-1.jpg

Des services qui se veulent éducatifs et qui cherchent à aider l'internaute à contrôler sa réputation en ligne, tout en ne refaisant pas les mêmes erreurs. Néanmoins, pour 123people, l'intérêt est tout de même que les particuliers adhèrent sur le long terme à ces outils, qui se veulent plus accessibles financièrement que les modèles disponibles pour les professionnels. A condition que ces derniers soient fiables à la base, ce qui est pour l'instant à voir en ce qui concerne SNM.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
La Lucid Air surpasse la Tesla Model S avec une autonomie annoncée supérieure à 800 km
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
scroll top