Le Conseil scientifique de l’Afnic relativise la portée du filtrage DNS

04 janvier 2013 à 18h27
0
Alors qu'une partie du Web réagit à la mise à jour de Free bloquant certaines publicités, le Conseil scientifique de l'Afnic rend son rapport portant sur le filtrage par DNS. Le bureau d'enregistrement précise que le contournement de ce type de mesures est « techniquement simple », ses effets sont donc limités.

00FA000005476473-photo-logo-afnic-new.jpg
Actualité oblige, le Conseil scientifique de l'Afnic a légèrement avancé la publication de son rapport (.pdf) portant sur les conséquences du filtrage par DNS (Domain Name System). Pour rappel, ce service établit le lien entre une adresse IP et un nom de domaine. Les FAI se chargent en général de ce service, toutefois d'autres prestataires comme Google ou OpenDNS peuvent également s'en occuper.

De son côté, l'Afnic note que cette technique a déjà été abordée nombre de fois dans des décrets ou projets de lois comme ceux mettant en place l'ARJEL, la LOPPSI 2 en France ou encore les SOPA et PIPA outre-Atlantique. Toutefois, le Conseil scientifique du bureau d'enregistrement qualifie cette méthode de filtrage de « peu efficace » et en énumère les défauts.

« Tant que le contenu demeure en ligne, le filtrage d'un nom de domaine n'atteint pas totalement son objectif. L'utilisateur peut toujours accéder au contenu visé, soit en tapant directement l'adresse IP du serveur, soit en mettant la correspondance nom-adresse dans un fichier sur sa machine. Le site peut également créer des noms alternatifs ne faisant pas partie de la liste des sites bloqués », explique-t-il. De même, l'utilisation de proxys, de VPN ou de résolveurs DNS « alternatifs » peut mettre à terre la mise en place de ce type de filtrage.

En outre, le recours au blocage entraîne généralement de nombreuses redirections. En conséquence, l'internaute « perd un des repères de confiance lorsqu'il consulte un site web ou reçoit du courrier électronique [...] le blocage expose donc l'utilisateur à de nouvelles menaces ». De même, les risques de surblocage peuvent intervenir en cas de filtrage de plusieurs sous-ensembles de pages.

L'Afnic conclut son propos en rappelant que le DNS « n'a pas été conçu pour filtrer les contenus ». Il s'avère portant le moyen le plus rapide utilisé pour éviter temporairement la diffusion de contenus.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La centrale nucléaire de Fessenheim va cesser définitivement ses activités cette nuit
Convention citoyenne pour le climat : Macron promet 15 milliards d'euros et des réponses
Vraiment efficace le toit solaire de Tesla ? Une famille fait le bilan après trois mois d'utilisation
Amazon : des hackers auraient réussi à contourner la double authentification
Les émissions de CO2 dues à l'automobile ont encore augmenté en 2019, la faute aux SUV
LDLC : l'e-commerçant high tech Lyonnais annonce officiellement la semaine de 32 heures dès 2021
L’iPhone 12, livré sans chargeur ni écouteurs ?
Reddit bannit un forum pro-Trump, accusé de promouvoir la haine, Twitch suspend sa chaîne
Selon Epic Games, la PS5 est
Pour Steve Sinofsky, ex boss de Windows, le Mac sous ARM sera
scroll top