Vos ampoules connectées disent beaucoup de votre vie à Google et Amazon

Ampoule connectée

Le fonctionnement de nos appareils connectés reliés aux assistants des deux géants du web peut apporter de nombreuses informations sur les habitudes quotidiennes. Certains acteurs de la domotique s'en inquiètent publiquement.

Des accessoires utiles pour l'utilisateur comme pour les GAFA

Les ampoules connectées font partie des objets les plus utilisés dans les foyers. Elles permettent de moduler la lumière et l'ambiance dans sa maison, et s'éteignent et s'allument à la voix grâce aux assistants connectés comme Google Assistant ou Amazon Alexa.

Les géants du web ont toujours récupéré des informations sur l'utilisation de ces accessoires, c'est d'ailleurs le cœur de leur business que de collecter et d'utiliser les données utilisateur. Mais les fabricants d'appareils domotiques et connectés commencent à s'inquiéter des demandes d'informations de plus en plus importantes exigées par Google ou Amazon.

Amazon ou Google demandent désormais à savoir en continu si les ampoules de la maison sont allumées ou éteintes, peu importe que vous ayez utilisé leurs services pour les commander ou non. Les téléviseurs équipés d'un assistant doivent indiquer les chaines regardées. Les serrures intelligentes également sont mises à contribution et doivent indiquer en permanence leur état de fonctionnement.

Des informations précieuses pour comprendre les habitudes quotidiennes

« Vous pouvez apprendre les comportements d'un ménage en fonction de leurs habitudes », explique Brad Russell, qui suit les produits domotiques pour le cabinet de recherche Parks Associates Inc. « L'occupation est l'une des choses les plus importantes. Ils pourraient faire beaucoup avec ça ». La seule indication d'allumage ou d'extinction de ces ampoules connectées permet de savoir quand un utilisateur part au travail et rentre chez lui, ou quand il quitte la maison avec sa famille le week-end pour ses hobbies. Ce sont également des informations précieuses pour les annonceurs, les principaux clients d'Amazon et Google.

Ces dernières expliquent récupérer ces informations pour améliorer l'expérience utilisateur et le traitement des commandes vocales. Les conditions de collecte de ces données sont particulièrement larges et ne permettent pas aux utilisateurs de réellement savoir ce qui est intercepté par Amazon et Google et de contrôler ce partage de données.

Les accessoiristes tentent de faire changer les choses, sans succès

Les constructeurs d'accessoires connectés eux-mêmes s'inquiètent de ces flux d'informations toujours plus importants récupérés par les géants du web. Ian Crowe, directeur chez Logitech déclare à ce propos : « Faire du sur-partage pour le sur-partager n'est probablement jamais une bonne chose. Nous devrions avoir une bonne raison pour récolter ces données et nos utilisateurs doivent confirmer que c'est une bonne raison ».

Logitech, comme d'autres constructeurs, a essayé de modifier les informations transmises, préférant indiquer si la TV est allumée plutôt que d'envoyer les contenus consommés par exemple, et d'anonymiser les données personnelles. Amazon et Google ont refusé pour l'heure ces compromis et continuent d'aspirer ces données sans proposer un vrai système de contrôle.

Source : Bloomberg
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
22
0
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Le World Rally Championship adopte les carburants
Cookies walls : la bourse ou la vie (privée) ?
Comparatif des meilleurs casques gamer sans fil (2021)
La justice US fait pression sur Facebook pour ne jamais voir Instagram Kids
Test du Legion 5 Pro : la machine démentielle qui prouve que Lenovo a tout compris
L'UFC-Que Choisir lance une action en justice contre SFR et ses forfaits RED
Sennheiser annonce les écouteurs très haut de gamme IE900 : le dernier grand produit de la marque ?
Comparatif des meilleures dashcam (2021)
Xiaomi sortirait cette semaine des écouteurs à réduction de bruit active
Le bitcoin consommerait plus d’électricité que la Norvège, plus qu'un tiers de la France
Haut de page