Vos ampoules connectées disent beaucoup de votre vie à Google et Amazon

le 13 février 2019 à 15h00
0
Ampoule connectée

Le fonctionnement de nos appareils connectés reliés aux assistants des deux géants du web peut apporter de nombreuses informations sur les habitudes quotidiennes. Certains acteurs de la domotique s'en inquiètent publiquement.

Des accessoires utiles pour l'utilisateur comme pour les GAFA


Les ampoules connectées font partie des objets les plus utilisés dans les foyers. Elles permettent de moduler la lumière et l'ambiance dans sa maison, et s'éteignent et s'allument à la voix grâce aux assistants connectés comme Google Assistant ou Amazon Alexa.

Les géants du web ont toujours récupéré des informations sur l'utilisation de ces accessoires, c'est d'ailleurs le cœur de leur business que de collecter et d'utiliser les données utilisateur. Mais les fabricants d'appareils domotiques et connectés commencent à s'inquiéter des demandes d'informations de plus en plus importantes exigées par Google ou Amazon.

Amazon ou Google demandent désormais à savoir en continu si les ampoules de la maison sont allumées ou éteintes, peu importe que vous ayez utilisé leurs services pour les commander ou non. Les téléviseurs équipés d'un assistant doivent indiquer les chaines regardées. Les serrures intelligentes également sont mises à contribution et doivent indiquer en permanence leur état de fonctionnement.

Des informations précieuses pour comprendre les habitudes quotidiennes


« Vous pouvez apprendre les comportements d'un ménage en fonction de leurs habitudes », explique Brad Russell, qui suit les produits domotiques pour le cabinet de recherche Parks Associates Inc. « L'occupation est l'une des choses les plus importantes. Ils pourraient faire beaucoup avec ça ». La seule indication d'allumage ou d'extinction de ces ampoules connectées permet de savoir quand un utilisateur part au travail et rentre chez lui, ou quand il quitte la maison avec sa famille le week-end pour ses hobbies. Ce sont également des informations précieuses pour les annonceurs, les principaux clients d'Amazon et Google.

Ces dernières expliquent récupérer ces informations pour améliorer l'expérience utilisateur et le traitement des commandes vocales. Les conditions de collecte de ces données sont particulièrement larges et ne permettent pas aux utilisateurs de réellement savoir ce qui est intercepté par Amazon et Google et de contrôler ce partage de données.

Les accessoiristes tentent de faire changer les choses, sans succès


Les constructeurs d'accessoires connectés eux-mêmes s'inquiètent de ces flux d'informations toujours plus importants récupérés par les géants du web. Ian Crowe, directeur chez Logitech déclare à ce propos : « Faire du sur-partage pour le sur-partager n'est probablement jamais une bonne chose. Nous devrions avoir une bonne raison pour récolter ces données et nos utilisateurs doivent confirmer que c'est une bonne raison ».

Logitech, comme d'autres constructeurs, a essayé de modifier les informations transmises, préférant indiquer si la TV est allumée plutôt que d'envoyer les contenus consommés par exemple, et d'anonymiser les données personnelles. Amazon et Google ont refusé pour l'heure ces compromis et continuent d'aspirer ces données sans proposer un vrai système de contrôle.

Source : Bloomberg
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités

Un nouveau kilo, Huawei, SFR, Parcoursup : les actualités tech' de la semaine
LG veut être neutre en émissions carbone d'ici à 2030 et explique comment
Star Wars : après l'échec de Solo, Lucasfilm abandonne les spin-off
Comparatif 2019 : quels processeurs pour jouer et travailler ?
Où en est la législation française sur les travailleurs d'Uber, Deliveroo et consorts ?
Des capteurs inspirés des araignées pour permettre aux drones de réagir plus vite
Chine : une sonnerie de téléphone pour stigmatiser les citoyens endettés
Google lance la livraison de repas directe depuis Search, Maps et l'Assistant
AIDA64, l'outil de bench et de diagnostic, disponible en version 6.0
La transition écologique de l'industrie chimique va demander beaucoup d'énergie renouvelable
scroll top