Amplificateurs home cinema : Le comparatif des meilleurs modèles en 2020

Alban Amouroux
Spécialiste Audio Vidéo
03 juillet 2020 à 16h25
0
Le top du top
Le choix de la rédac
Le rapport qualité/ prix
+ Immersion totale
+ Puissance suffisante
+ Sorties pré-amplifiées
+ Facile à intégrer
+ 7 canaux
+ Connectivité HEOS
+ Compact
+ Ambiance volubile
+ Calibration efficace

Le home cinema est apparu il y a une trentaine d'années. Tout à coup, les amplificateurs qui avaient toujours été stéréo, donc accompagnés de deux enceintes, embarquaient quatre ou cinq canaux pour autant d'enceintes. Les amplificateurs home cinema étaient nés en accueillant les technologies de diffusion du son utilisées dans les salles de cinéma. C'est le Dolby Surround qui a contribué à leur naissance.

Ensuite, les formats sonores multicanaux ont évolué au cinéma, les amplificateurs home cinema ont suivi : Dolby Digital, DTS, Dolby Atmos, etc. L'objectif principal de l'amplificateur home cinema est donc de reproduire les bandes son des films en les distribuant sur plusieurs enceintes. Lié autant au son qu'à l'image, ce type d'amplificateur est équipé d'une connectique importante afin de gérer de multiples sources, du lecteur CD au Blu-ray en passant par la platine vinyle ou le lecteur de fichiers multimédia. L'amplificateur home cinema est une centrale audiovisuelle à lui tout seul. Un vrai rassembleur connecté à la fois aux sources, aux enceintes et à l'écran. Que nous offrent ces amplificateurs actuellement ? Des décodages sur de plus en plus d'enceintes, des prises acceptant les meilleurs formats vidéo et des possibilités de réglages toujours plus nombreuses. Voici nos conseils pour sélectionner le meilleur modèle dans votre budget.


1. Pioneer VSX-534, l'immersion sonore vraiment accessible

01-pioneer-vsx-534.jpg



Les plus
+ Compact
+ Ambiance volubile
+ Calibration efficace
Les moins
- Pas de connexion réseau
- Pour de petits espaces

Pioneer a toujours pris soin d'étaler sa gamme d'amplificateurs home cinema dans une fourchette tarifaire la plus large possible. Le VSX-534 est un modèle d'entrée de gamme vraiment accessible. Et pourtant, cela ne rime pas du tout avec des performances au rabais. Bien au contraire.

Format ramassé

Le VSX-534 est un amplificateur assez court sur pattes et vraiment très peu profond. Ceux qui ont peu de place derrière leur meuble vont apprécier. La façade et les potentiomètres sont en plastique, mais il faut bien faire des économies quelque part. Il est disponible uniquement en noir, contrairement à ses grands frères proposés également en version argent.

La face avant est plutôt sobre avec un afficheur indiquant le mode en cours et le nombre de canaux utilisés. Des présélections bien pratiques combinent entrées et modes d'écoute. La télécommande est simplifiée, elle aussi plus petite que les modèles habituels.

Connectivité limitée mais suffisante

A l'arrière, on retiendra la présence de quatre entrées HDMI 4K HDR et d'une sortie ARC. Le port d'alimentation USB est le bienvenu pour alimenter en courant un Chromecast vidéo par exemple. Il y a quelques entrées audio et un tuner FM.

Les borniers d'enceintes principales sont classiques tandis que ceux des autres enceintes sont simplifiés, c'est-à-dire à baïonnettes. Le VSX-534 est vraiment dédié à l'audio/vidéo. Il n'a pas de liaison réseau pour la musique, seulement le Bluetooth.

Idéal pour un premier home cinema

Le VSX-534 développe 5x135 Watts. Ils peuvent être utilisés en mode 5.1 classique, mais aussi en mode 3.1.2, c'est-à-dire sans enceinte arrière mais avec des enceintes de plafond. Tous les modes de virtualisation sont présents pour compenser.

La calibration MCACC s'effectue en quelques minutes. Le résultat est très intéressant, avec une bonne gestion du caisson. Le Pioneer reproduit une très belle ambiance sonore, sans être ultra précis, il nous englobe dans l'action et c'est bien ce que l'on demande à un appareil home cinema avant tout.

En conclusion

Ce que le Pioneer VSX-534 est capable de délivrer est inattendu à ce niveau de tarif. Bien sûr, et heureusement, les produits plus haut de gamme conservent leur supériorité. Mais pour qui veut commencer dans le home cinema en obtenant réellement de bons résultats, le VSX-534 est tout indiqué. Il fait le job, vous transporte dans l'action en créant une ambiance réaliste. Inutile de vous ruiner pour les enceintes, de petits modèles ou des satellites lui iront très bien. Mettez plutôt le budget sur un bon petit caisson de basse dynamique et vous n'aurez plus rien envie de changer pour de longues années.

2. Sony STR-DN1080, le géant japonais discret mais toujours performant

02-sony-str-dn1070.jpg



Les plus
+ Connectivité complète
+ Virtualisation maison
+ AirPlay et Chromecast
Les moins
- Esthétique pas assez vendeuse
- Réglages complets mais complexes

Sony ne fait pas beaucoup de bruit dans le home cinema multi enceintes, mais la marque poursuit sa route. Moins bien côtés en France, ses amplificateurs home cinema sont très utilisés outre-Atlantique. Et cela pour trois raisons simples : ils sont simples d'accès, fiables et performants.

Design sobre, connectivité complète

Par le passé, les générations précédentes d'amplificateurs home cinema Sony ont pu être plutôt exubérantes d'un point de vue esthétique. C'est terminé depuis qu'un design très sobre a été retenu et appliqué aux modèles actuels comme ce STR-DN1080. Deux potentiomètres, quelques touches, un petit écran : l'essentiel est là.

Comme pour le Pioneer, la télécommande de ce modèle est simplifiée. Toutefois, les fonctions principales sont directement accessibles. On trouve d'ailleurs pour la musique le Bluetooth, avec le codec Hi-Res LDAC, mais aussi le réseau avec un fonctionnement multi-pièces si besoin. Le port USB offre la lecture directe de fichiers audio.

Double sorties HDMI indépendantes

L'arrière est un peu plus rempli que le Pioneer avec six entrées HDMI 4K et deux sorties indépendantes pour deux pièces. Elles sont compatibles HDR10 et Dolby Vision. Il y a six entrées audio différentes ainsi qu'un tuner FM. Tous les borniers sortent sur des prises acceptant les bananes.

Le STR-DN1080 est équipé des décodeurs Dolby TrueHD, DTS HD, Dolby Atmos et DTS:X. En revanche, il fait l'impasse sur les modes Dolby et DTS virtuels. En l'absence d'enceintes pour certains canaux, Sony applique son traitement maison afin de simuler un son immersif complet.

Un spécialiste des effets virtuels

Cet ampli Sony développe 7x100 Watts. Les canaux peuvent être configurés en 7.1 ou en 5.1.2. Il est même possible de faire du 5.1 et d'affecter deux enceintes à une autre pièce. Mais ce serait dommage. La calibration audio ADCAC utilise un double micro stéréo pour une meilleure captation des limites de la pièce.

Même si les fonctionnalités sont complètes, voire complexes, la superbe interface graphique à l'écran vous aide à en tirer le meilleur. Le Sony est axé sur la précision de la restitution, sans en rajouter, sans coloration ou réverbération excessive, il vous place de façon naturelle au centre de l'action. Le résultat est toujours très bon, même sur des bandes son un peu éteintes que le Sony vient rebooster.

En conclusion

Sony est un acteur majeur dans les amplificateurs home cinema depuis longtemps. Ses modèles actuels ne déméritent pas, bien au contraire, grâce au traitement de spatialisation appliqué aux enceintes maîtrisé par le constructeur japonais. C'est le même système que l'on retrouve avec la même réussite sur ses barres de son. De plus, le STR-DN1080 est hyper connecté avec la diffusion multipièces, mais aussi AirPlay et Chromecast audio intégrés.

3. Onkyo TX-NR696, un ampli puissant et chaleureux

03-onkyo-tx-nr696.jpg



Les plus
+ Puissance perçue
+ Effets sonores englobants
+ Lecture audio réseau
Les moins
- Assez imposant

Dans sa gamme intermédiaire, la référence débutant par un 6 est un véritable succès depuis de nombreuses générations chez Onkyo. La marque arrive à réaliser un condensé de son savoir-faire dans un appareil puissant à prix maîtrisé.

Un tableau de commande complet en façade

En milieu de gamme, avec le TX-NR696 nous avons déjà affaire à un produit imposant avec ses 17 cm de hauteur. Cela lui permet d'être complet en termes de connectique. Il est proposé en finition noire ou argentée. Il repose sur de gros pieds amortissants.

La face avant faire la part belle à un afficheur visible de loin au lettrage vert. Elle n'est pas avare en boutons donnant un accès à chaque source en direct et à tout un tas de fonctions comme le menu de paramétrage. L'un des deux petits potentiomètres en bas à gauche sert aux correcteurs de tonalité, ce qui est devenu rare.

Vidéo et audio, une connectivité maximale

A l'arrière se trouvent six entrées HDMI et deux sorties indépendantes, toutes 4K et HDCP2.2. Il y a même une entrée supplémentaire en façade. On a également droit à cinq entrées audio analogiques, dont une pour platine vinyle. Elles sont complétées par deux entrées numériques et un tuner FM.

Le TX-NR696 est hyper connecté avec le WiFi et l'Ethernet. Cela lui donne accès à de multiples solutions d'écoute de la musique dématérialisées comme le Chromecast, l'AirPlay, le DTS Play-Fi ou encore le FlareConnect qui fonctionne entre les produits Pioneer et Onkyo.

Tous les traitements audio multicanaux au rendez-vous

Onkyo annonce 7x100 Watts. Il se répartissent en 7.1 ou en 5.1.2 avec deux enceintes de plafond pour les effets Atmos et DTS:X. Il y a aussi les upmixeurs Dolby Surround et DTS Neural:X pour utiliser toutes les enceintes quelle que soit la bande son d'origine, même à partir de la stéréo.

La calibration AccuEQ est plutôt bien menée. Elle ne dénature pas les timbres des enceintes qui restituent une ambiance chaleureuse et englobante. Sans avoir un effet de murs qui disparaissent, on se retrouve plutôt au cœur de l'action, entouré d'effets toujours lisibles et réalistes.

En conclusion

La restitution proposée par l'Onkyo TX-NR696 devrait plaire au plus grand nombre car elle vous plonge dans les films sans que n'ayez à vous poser de question sur tel ou tel détail de réglage. Une fois la calibration effectuée, ça fonctionne, vous n'avez plus qu'à profiter. Cet amplificateur est également parfait pour les écoutes musicales grâce à ses multiples méthodes de lecture depuis un smartphone.

4. Marantz NR1710, l'ampli slim prêt pour l'Atmos

04-marantz-nr-1710.jpg



Les plus
+ Facile à caser
+ 7 canaux
+ Connectivité HEOS
Les moins
- Puissance limitée
- Une seule sortie HDMI

Marantz est l'un des derniers à croire aux amplificateurs home cinema au format slim. Des produits à la hauteur limitée mais embarquant quasiment les mêmes fonctionnalités que leurs grands frères classiques. Le NR1710 est le mieux équipé, il est même très bien équipé.

10,5 cm de hauteur

Si l'on enlève les antennes, le Marantz NR1710 mesure à peine plus de 10 centimètres de haut. La plupart des lecteurs CD sont plus imposants ! Il arbore le style Marantz connu depuis de nombreuses années, avec ses côtés lisses et arrondis et les deux gros potentiomètres encadrant l'écran.

Cet écran est suffisamment informatif pour indiquer le mode et la source en cours. Les boutons sont en nombre restreint, il vaut mieux se rabattre sur la télécommande et l'affichage OSD sur le téléviseur. Néanmoins, on trouve tout de même une entrée auxiliaire HDMI, un port USB de lecture audio et une sortie casque.

Un panneau arrière rempli

Malgré le format ramassé, Marantz a voulu proposer un maximum de connectique. Elle est bien plus complète que celles des Pioneer, Sony et Onkyo précédemment cités. Jugez plutôt : sept entrées et une sortie HDMI, deux entrées numériques, quatre entrées analogiques dont une phono, des entrées video analogiques composite et YUV, des sorties lignes et sept borniers pour autant d'enceintes.

Vous aurez du mal à en venir à bout. Et pour ce qui concerne la musique dématérialisée, le NR1710 est doté du protocole HEOS pour l'accès aux services musicaux et aux webradios. Il est aussi compatible AirPlay 2.

Une restitution convaincante

Le NR1710 développe 7x50 Watts. C'est plus limité que ses concurrents, format slim oblige. Vous aurez le choix de le limiter à de petites pièces ou de l'associer à des enceintes avec un excellent rendement. La calibration automatique Audyssey est pertinente avec une bonne correction des accidents dus à l'acoustique.

Ce Marantz développe un espace sonore en trois dimensions convaincant. Il ne fait pas dans l'esbroufe, plutôt sur la retenue, cela permettant de profiter des détails des bandes son reproduits tout autour de vous. Le résultat est donc plutôt porté sur la création d'une ambiance réaliste que sur des effets à gogo.

En conclusion

Le Marantz NR1710 réussit l'exploit d'occuper un minimum de place tout en proposant un maximum de fonctions. Il décode les Dolby Atmos et DTS:X en ajoutant les upmixers Dolby et DTS. Il possède de multiples entrées pour toutes les sources possibles. Sa connectivité réseau lui permet de jouer le rôle d'amplificateur HiFi. Enfin, il sait reproduire un environnement sonore en 7.1 ou en 5.1.2 ultra défini pour reproduire une ambiance palpable.

5. Yamaha MusicCast RX-A880, le roi de la bulle sonore

05-yamaha-rx-a880.jpg



Les plus
+ Immersion totale
+ Puissance suffisante
+ Sorties pré-amplifiées
Les moins
- Réglages complexes
- Pas de HDMI en façade

Avec le RX-A880, on entre dans la gamme Aventage de Yamaha, c'est-à-dire les amplificateurs home cinema les plus performants de la marque. Il possède sept canaux et de nombreux réglages pour adapter précisément la restitution à votre pièce et à vos goûts.

A cheval sur cinq pieds

Dans la série Aventage, les amplificateurs home cinema reposent sur cinq pieds, avec un pied central servant à limiter les vibrations mécaniques. La construction est on ne peut plus sérieuse. En façade, deux gros potentiomètres encadrent une trappe cachant quelques boutons et connexions secondaires.

L'afficheur de bonne taille indique un certain nombre d'informations importantes pour toujours savoir où l'on en est. Les quatre touches de scènes permettent de rappeler rapidement une configuration combinant source en entrée et réglages audio. On retrouve ces mêmes touches sur la télécommande infrarouge.

Connectique complète et évolutive

Le RX-A880 peut être au centre d'un système simple comme complexe. Il dispose de sept entrées et de deux sorties HDMI, de quatre entrées numériques et de quatre entrées analogiques. Les sorties pré-amplifiées couvrent les 7.1 canaux pour s'appuyer sur des modules de puissance externe si besoin.

Cet amplificateur est équipé du MusicCast, le protocole de lecture et de diffusion audio multipièces Yamaha. Il offre l'accès aux principaux services musicaux sur abonnement, aux webradios ou encore à votre musique en local. Ce même protocole peut également servir à associer deux enceintes WiFi Yamaha MusicCast en guise de surround si jamais vous ne pouvez passer aucun fil.

Le spécialiste incontesté des effets réalistes

Les 7x100 Watts du RX-A880 peuvent être affectés selon deux configurations comme souvent : en 7.1 ou en 5.1.2. Dans un cas comme dans l'autre, vous pouvez sonoriser une pièce de bonne taille. La calibration YPAO est un modèle du genre avec une bonne gestion de chaque canal, même s'il faudra retoucher un petit peu les réglages appliqués au caisson.

Les retouches, ça le connaît le RX-A880. Par défaut, il sait agrandir la pièce et faire tomber les murs. Les effets surgissent de partout et vous englobent dans une avalanche de son. En rentrant dans les réglages hyper détaillés, vous allez pouvoir jouer sur chaque paramètre afin de régler cette bulle sonore au millimètre.

En conclusion

Le Yamaha RX-A880 est un amplificateur à grand spectacle. On reconnaît bien là le savoir-faire du fabricant japonais, l'un des principaux instigateurs du home cinema. C'est l'un des seuls à proposer des réglages pointus s'appliquant aux effets sonores et à l'ambiance globale. Le MusicCast vous permet en plus de profiter de la musique dématérialisée en toute simplicité. En bonus, le Bluetooth bidirectionnel vous laisse utiliser un casque sans fil directement avec l'ampli.

6. Denon AVR-X3600H, la plénitude de l'immersion cinéma

06-denon-avr-x3600h.jpg



Les plus
+ Le son cinéma
+ 9 canaux
+ Connectivité ultra complète
Les moins
- Télécommande bas de gamme

L'AVR-X3600H de Denon se place en milieu de gamme. C'est l'amplificateur à 9 canaux le plus accessible. Il reprend l'esthétique des modèles plus haut de gamme à l'exception de la trappe en façade sur laquelle il fait l'impasse. Pour le reste, tout est là.

Une présentation sobre

Cet amplificateur est assez conservateur. Sa façade est plutôt simple avec deux potentiomètres, un afficheur classique et exactement dix touches de fonctions, pas une de plus. Un port USB audio, une entrée HDMI et une prise casque complètent le tout.

La télécommande est aussi basique, même si elle va à l'essentiel. Cette simplicité apparente du 3600H cache à l'intérieur des composants de haut niveau repris des modèles supérieurs, avec seulement moins de puissance.

Difficile de faire plus complet

Mais c'est surtout la face arrière qui tranche avec l'avant. Elle a tout d'un d'amplificateur au tarif bien plus élevé. Les sept entrées HDMI sont associées à trois sorties HDMI. Les entrées audio sont au nombre de dix, les numériques sont quatre à l'appel. Il y a aussi un tuner FM et des entrées vidéo analogiques, pour des consoles de jeu vintage par exemple.

Denon a prévu un jeu de sorties pré-amplifiées en 11.2. Il y a vraiment de quoi faire. Le 3600H a également accès à la musique en ligne via le protocole HEOS. Cela lui offre la possibilité de transmettre la musique, dont les sources reliées à l'amplificateur, vers d'autres pièces équipées.

Une véritable cohérence sonore

Le Denon développe 9x105 Watts que vous pourrez répartir en configuration 7.1.2 ou 5.1.4. Dans tous les cas, cet appareil est fait pour alimenter des enceintes Atmos, que ce soit des modèles à poser ou des enceintes fixées au plafond. L'Audyssey MultEQ XT32 s'occupe de calibrer tout cela correctement.

Le 3600H surprend par son aisance à reproduire les bandes son en 3D, sans forcer. La restitution reste naturelle, jamais colorée, avec une jonction naturelle de la scène frontale et des enceintes surround. Il n'y a jamais de rupture, l'ensemble fait un tout qui vous immerge tout naturellement dans le film.

En conclusion

Le Denon AVR-X3600H justifie totalement son positionnement milieu de gamme. Il vous fait même gouter à ce que savent délivrer les modèles supérieurs. Sa connectique est amplement suffisante pour relier toutes vos sources et même pour évoluer vers des blocs d'amplification externes. Le protocole HEOS vous permet d'écouter la musique facilement, tout comme l'AirPlay 2 intégré. La restitution cinéma se rapproche au mieux d'une vraie salle, avec une ambiance précise et réaliste tout autour et au-dessus de vous.

Comment choisir le meilleur amplificateur home cinema ?

  • De combien d'enceintes a-t-on besoin avec un amplificateur home cinema ?

    Un amplificateur home cinema est bien plus évolué qu'un amplificateur tel qu'on l'entend habituellement. L'amplificateur dit stéréo fonctionne de façon assez simple : d'un côté on branche des sources comme un lecteur CD ou une platine vinyle, de l'autre on raccorde deux enceintes. Différence de taille, l'amplificateur home cinema alimente forcément plus de deux enceintes, jusqu'à 16 pour les modèles les plus haut de gamme.

    Il faut pouvoir les caser dans son salon ! Plus il y aura d'enceintes, plus le besoin d'une pièce dédiée s'imposera de lui-même. Mais de combien d'enceintes a-t-on vraiment besoin dans une pièce de vie normale ? Un home cinema classique, c'est 5 enceintes et un caisson de basses. Ces enceintes s'installent de la façon suivante : trois à l'avant (gauche, centre, droite) et deux sur les côtés (surround). Cette configuration permet déjà de reproduire le son cinéma à la maison. Si elles sont correctement installées et que le système est bien réglé, vous obtiendrez un home cinema performant.

    Cinq enceintes, ce n'est pas un hasard. Cela correspond aux formats sonores multicanaux développés par Dolby et DTS. Les bandes son cinéma sont conçues pour distribuer du son sur toutes ces enceintes, avec des effets de déplacements entre elles. Le placement exact a aussi été édicté par Dolby et DTS pour que le résultat chez vous corresponde à l'intention du réalisateur.

    Comme dans tout domaine, l'évolution technologique a amené son lot d'améliorations. Dans le cas du home cinema, les enceintes se sont multipliées. Se sont d'abord ajoutées les enceintes surround arrières (surround back) puis plus récemment les enceintes de plafond pour ajouter une troisième dimension et reproduire des effets au-dessus de la tête pour encore plus d'immersion. Là encore, cela nous vient des salles de cinéma, avec les formats Dolby Atmos et DTS:X adapté à la maison et disponibles sur les disques Blu-ray ou via les services de vidéo à la demande.

    Si vous décidez de mettre en place un système 7.1 (enceintes arrières), 5.1.2 (2 enceintes de plafond), 5.1.4 (4 enceintes de plafond) ou 7.1.4 (enceintes arrières et 4 enceintes de plafond), assurez-vous d'avoir le volume de pièce nécessaire et d'installer correctement toutes les enceintes en suivant les règles. Si cela n'est pas possible, rappelez-vous qu'il vaut mieux un bon système 5.1 qu'un mauvais système 7.1.4 !

  • Quelle importance accorder aux puissances des amplificateurs home cinema ?

    La puissance est souvent un critère de choix. On pense qu'un modèle avec 200 Watts par canal sera sûrement meilleur qu'un autre avec 75 Watts par canal. Ce qui est une fausse croyance. Ce qui importe, c'est l'adéquation entre la puissance de l'amplificateur et le rendement de l'enceinte. Plus celui-ci est bas, plus l'amplificateur devra être puissant, et vice-versa. A enceintes équivalentes, plus de puissance donnera plus de réserve au système, sans que l'on ait besoin de tirer sur l'amplificateur. C'est du confort, ce n'est nullement obligatoire.

    Un amplificateur home cinema 7x165 Watts n'est donc pas qualitativement supérieur à un modèle 7x105 Watts. C'est un fait. De plus, il ne faut pas vraiment tenir compte des puissance annoncées qui sont surévaluées. En effet, cette puissance correspond dans la majorité des cas à un seul canal sur les sept fonctionnant seul. Lorsque l'on a besoin de puissance sur les sept canaux simultanément, celle-ci diminue fortement.

    La raison est simple. Dans un amplificateur stéréo, l'alimentation a deux canaux à servir. Dans un amplificateur home cinema 7.1 par exemple, il n'y a pas trois alimentations mais toujours une seule pour sept canaux. On comprend tout de suite le goulot d'étranglement que cela peut entraîner. Ce n'est pas pour autant que le résultat est mauvais, rassurez-vous. Il faut simplement être conscient de cette limitation.

    Si vous utilisez des enceintes d'un bon rendement, au-dessus de 92 dB, un amplificateur home cinema avec 50 ou 80 Watts réels sur tous les canaux simultanés suffira pour un usage domestique. Si les enceintes ont un faible rendement, autour de 85-86 dB par exemple, alors il faut passer sur un modèle plus puissant pour conserver une bonne réserve afin d'encaisser la dynamique des bandes son à grand spectacle.

  • Comment bien régler son installation home cinema ?

    Comme nous l'avons vu, le premier point à respecter avant toute chose concerne le positionnement des enceintes respectant les règles. Si certaines enceintes ne peuvent pas être positionnées correctement, il est préférable de s'en passer. Une fois les enceintes installées, il faut leur appliquer un certain nombre de réglages. Ceux-ci vont dépendre de votre position d'écoute par rapport aux enceintes.

    Aujourd'hui, tous les amplificateurs home cinema sont équipés d'un système de calibrage automatique. Un micro fourni avec l'ampli se raccorde à celui-ci afin d'effectuer des mesures. Le calibrage vous est proposé dès la phase d'installation initiale de l'appareil. Durant cette procédure, l'ampli envoie du son sur chaque enceinte pendant que le micro relève les résultats. Une fois cela fait, l'amplificateur connaît cotre installation et il applique des réglages tout seul : distance, niveau, coupure, égalisation, phase... Autant de choses à régler qui ne sont pas à la portée de la plupart des utilisateurs. Il est donc raisonnable de laisser l'amplificateur se calibrer tout seul pour un résultat souvent optimal.

    Les experts vous diront que le résultat n'est pas vraiment optimal en réalité. Mais lorsque l'on est simplement un passionné et non pas un professionnel, sans les connaissances ni les outils nécessaires, est-il vraiment possible de faire mieux ? Ou ne vaut-il mieux pas utiliser son temps libre à profiter de sa nouvelle installation home cinema plutôt que de passer des heures à bricoler pour faire plus de mal que de bien au final ?

    Les systèmes de calibrage audio sont différents d'un fabricant à un autre : MCACC chez Pioneer, Audyssey chez Denon, YPAO chez Yamaha... Chacun effectue son travail à sa sauce. Ces systèmes sont de plus en plus évolués lorsque l'on monte en gamme chez un même fabricant. Au lieu d'une unique mesure par le micro sur un amplificateur d'entrée de gamme, le modèle premium va effectuer neuf relevés différents par exemple. Les résultats ne seront donc jamais identiques. Car de ce calibrage découle également la signature sonore d'une marque.

    Sans devenir un expert du domaine, les amplificateurs vous laissent tout de même prendre la main sur les réglages effectués. Au minimum, nous vous conseillons de vérifier les paramètres de base. Vous pouvez tout d'abord vérifier que les distances relevées sont correctes, avec un simple mètre à ruban. Ensuite, est-ce que les fréquences de coupures sont bonnes ? L'amplificateur aura décidé si vos enceintes sont « petites » (satellite, bibliothèques) ou « larges » (de grandes colonnes). Des fois le résultat est faux, il est nécessaire de le corriger. Enfin, restent les niveaux relatifs de chaque enceinte. Dans les menus, vous pouvez lancer une procédure qui fait tourner un son sur chaque enceinte, l'une après l'autre. Faites-le et vérifier à l'oreille qu'il ne semble pas y avoir une enceinte beaucoup plus forte ou beaucoup plus faible que les autres. Une fois que vous aurez vérifié et validé ces trois critères, votre système est prêt à l'emploi. Si vous souhaitez aller plus loin, il faudra vous équiper au minimum d'un micro à relier au PC et d'un logiciel de mesure pour pouvoir intervenir sur les réglages d'égalisation et de phase appliqués par l'amplificateur. Bien entendu, ne vous lancez que si vous savez ce que vous faites.



Notre processus de sélection des produits

Nous réalisons chaque comparatif avec la même minutie et la même méthodologie. Nous passons 4 à 5 heures à analyser les caractéristiques et avis des produits disponibles en France.

À la suite de cela, nous sommes en possession d'une liste d'une quinzaine de produits et nous les testons tous.

Les meilleurs produits ayant un atout à faire valoir sont ainsi présentés dans ce comparatif.
7
5
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Pourquoi nous faire confiance ?

Pour vous, Clubic sélectionne puis teste des centaines de produits afin de répondre aux usages les plus courants. De la qualité pour tous et à tous les prix, voilà notre objectif ! En savoir plus

scroll top