Loi transport 2019 : Waze, Coyote (et consort) toujours autorisés à signaler les contrôles routiers

29 novembre 2018 à 13h20
0
Logo turbo 1280 assurance auto police

Le projet de loi transports a été présenté lundi dernier, en Conseil des ministres. Et contrairement à sa précédente version, il n'inclut pas d'interdiction de signaler les contrôles de police sur les systèmes de navigation.

L'annonce avait soulevé les polémiques. Le gouvernement entendait empêcher les applications comme Waze ou Coyote de signaler la présence de contrôles routiers, dans le cadre d'opérations antiterroristes ou de recherche de criminels.

Mesure reportée sine die


En fin de compte, cette disposition a tout simplement été supprimée du projet de loi d'orientation des mobilités. D'après une source proche du dossier, le gouvernement aurait craint une ambiguïté au sujet de cette mesure, qui aurait pu laisser penser que les contrôles de vitesse étaient également concernés par l'interdiction (ce qui n'était pas le cas). L'État préférerait donc se laisser davantage de temps. Et vraisemblablement éviter de prendre une décision potentiellement impopulaire, dans le contexte actuel.

Cette annonce est donc une nouvelle qui ravit les associations d'automobilistes. Pas sûr que cet enthousiasme soit partagé par les organisations souhaitant renforcer les mesures pour lutter contre les conduites dangereuses.

Source : Le Figaro
1 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Peugeot 3008 Hybrid : tout ce que l’on sait du futur SUV de la firme sochalienne
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
Que se passerait-t-il si Stadia disparaissait ? Un ponte de Google répond
scroll top