Au Royaume-Uni, le stockage de l’électricité se fait sur « cryo-batteries »

Aymeric Pontier
Spécialiste environnement
26 octobre 2019 à 16h01
0
Usine

Highview Power, spécialiste du stockage cryogénique à grande échelle, annonce la création de plusieurs installations commerciales au Royaume-Uni, et la construction du plus grand système de stockage d'Europe pouvant alimenter jusqu'à 50 000 foyers pendant cinq heures.

Le développeur britannique affirme utiliser « uniquement des matériaux inoffensifs qui ne dégagent aucune émission et qui ont un impact nul sur l'eau ». Sa technologie propriétaire serait capable de stocker de l'énergie renouvelable pendant des semaines voire des mois, là où les solutions lithium-ion existantes ont un horizon de stockage de quelques jours.

Une technologie mâture développée depuis 15 ans

Cette annonce fait suite à la réalisation d'un premier projet pilote de 350 kW en 2014 puis d'une installation de démonstration de 5 MW, inaugurée dans la ville de Bury l'année dernière, grâce au financement de l'agence de l'innovation britannique (Innovate UK).

Ayant prouvé la faisabilité et les capacités techniques de cette technologie émergente, basée sur des recherches menées depuis 2005 à l'Université de Leeds, l'entreprise Highview Power passe maintenant à la vitesse supérieure avec la création d'une installation (à vocation commerciale cette fois) de 50 MW / 250 MWh.

Bientôt installée au nord de l'Angleterre, à l'emplacement d'une ancienne centrale électrique thermique, elle interviendra en soutien au grid électrique. Le dispositif de stockage pourra fournir entre 50 et 250 MWh sur une période de libération de 5 h selon le développeur, et sera « le plus grand projet d'Europe capable de stocker de l'énergie à long terme ».

Highview Power entend également construire d'autres projets de stockage au Royaume-Uni, avec sa technologie propriétaire de « cryo-batterie » qui coûterait environ 110 £ par MWh d'électricité, en recourant à un système de 200 MW / 2 GWh.


Comment fonctionne ce « stockage cryogénique » ?

L'idée de base d'Highview Power est d'utiliser l'électricité excédentaire du grid britannique, issue de source renouvelable de préférence, pour refroidir de l'air jusqu'à -196 °C. Un processus qui a pour effet de le transformer en liquide pouvant être stocké dans de grands réservoirs isolants à basse pression, spécifiquement adaptés à cet usage.

Une fois sorti de son réservoir et soumis à haute pression, l'air liquide absorbe rapidement la chaleur ambiante et retrouve son état gazeux, cette nouvelle transformation est utilisée pour actionner des turbines et produire de l'électricité sans émettre la moindre émission. Afin de maximiser l'efficacité de l'installation, des réservoirs additionnels sont installés pour capturer le « froid » et le « chaud » perdus au cours du processus, et les ré-utiliser lors des prochains cycles.

Les équipes d'Highview Power conçoivent leur stockage cryogénique comme une solution de remplacement aux ex-centrales à combustibles fossiles : « De plus en plus de centrales vont être mises hors service et notre solution peut utiliser la même infrastructure énergétique et les mêmes connexions réseaux afin de donner une nouvelle vie à ces sites ».

Source : The Guardian.
16
8
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
La dernière mise à jour de Windows 10 provoque une fois de plus pannes et ralentissements
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Confinement : le gouvernement durcit les restrictions
Coronavirus : le traçage numérique
Des Macbook propulsés par des processeurs ARM prévus pour l'an prochain
scroll top