Hydrogène en poudre : cette invention a tout pour devenir le carburant du futur

22 juillet 2022 à 09h10
27
raffinerie pétrole © shutterstock.com
© Shutterstock

Les chercheurs de l’université de Deakin en Australie ont fait une découverte qui pourrait bel et bien révolutionner l’industrie énergétique. Le sujet de cette expérimentation : la combinaison étonnante entre l’hydrogène et la poudre de nitrure de bore.

Cette avancée scientifique permettrait ainsi de stocker de l’hydrogène sous forme de poudre, un état plus stable qui facilite ainsi son transport. Une innovation qui arrive à point nommé pour l’État australien, qui connaît une pénurie de gaz historique.

Un procédé chimique et mécanique à la fois

Cette découverte se base sur une réaction chimique induite par l’absorption d’énergie mécanique, on parle alors de mécanochimie. En pratique, le nitrure de bore sera placé sous forme de poudre dans un réservoir rotatif, à cela, on ajoute des billes de métal. Puis, le réservoir pivotera à grande vitesse, permettant le stockage de gaz dans la poudre placée au préalable. Voici un schéma décrivant ce procédé, aussi nommé « ball-miling ».

procédé ball milling © Universite Deakin
© Université de Deakin

Les chercheurs australiens ont découvert qu’en se reposant sur ce procédé et en y ajoutant les bonnes conditions de pression, il était possible de stocker l’hydrogène dans le nitrure de bore, le tout à température ambiante.

Pour récupérer le gaz, les scientifiques vont venir chauffer sous aspiration la poudre obtenue, clôturant ainsi le cycle. Une révolution pour le stockage de ce gaz, comme l’affirme le professeur Chen, Directeur du secteur de nanotechnologie à Deakin : « La méthode actuelle de stockage de l'hydrogène consiste à utiliser un réservoir à haute pression ou à refroidir le gaz jusqu'à sa forme liquide. Ces deux méthodes nécessitent de grandes quantités d'énergie, ainsi que des processus et des produits chimiques dangereux ».

Un rendement intéressant pour l’industrie

Au-delà de l’hydrogène, cette réaction mécanochimique pourrait remplacer le processus de cryogénie actuellement utilisé dans l’industrie du pétrole. Le rendement énergétique serait sur le papier 90 % inférieur à cette méthode. Des résultats stupéfiants, qui ont poussé les chercheurs à valider des dizaines de fois supplémentaires les résultats obtenus.

Un nouvel horizon serait donc possible pour l’industrie pétrolière. Pour rappel, le processus de cryogénie représente environ 15 % de l’énergie utilisée dans le monde.

Et ensuite ? Il s'agit de trouver une application fonctionnelle pour l’industrie, comme le montrent les paroles du Dr. Chen : « Pour passer du laboratoire à une échelle industrielle plus grande, nous devons vérifier que ce processus est économique, plus efficace et plus rapide que les méthodes traditionnelles de séparation et de stockage des gaz ». Une affaire à suivre.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
27
21
crush56
15% de l’énergie mondiale rien que pour la cryogénie ?<br /> Wow ça file le vertige.
Kriz4liD
J ai du mal à y croire aussi !<br /> Il y a une erreur quelque part c’est impossible
vidarusny
J’ai pas bien compris a quoi servait la cryogénie en question.
Gloumouf
Que devient le nitrure de bore et les billes métalliques ensuite? Nouvelle pollution?
cid1
Apparemment il y a plusieurs utilisations de la cryogénie, dans le pétrole pour décaper les surfaces des restes de pétrole, bitumes, reste de fuel.<br /> Et il est utilisé dans le domaine du gaz et de l’air liquide pour les liquéfier les gaz.<br /> Mais je te conseille de jeter un œil sur Wikipédia ou de faire d’autres recherches.
FLO4
Vis à vis de l’hydrogéne ? C’est pour refroidir le gaz et le passer dans un état liquide .<br /> C’est une méthode pour le transport actuellement
tommythefreak
Refroidir un gaz jusqu’à sa forme liquide pour le transporter
phoenix206
La bonne question est : qu’elle est la densité énergétique ? Quel est le rapport volume/quantité d’énergie et également le rapport masse / quantité d’énergie.<br /> Évidemment l’article ne le précise pas, donc impossible de juger ce procédé. Un peu de rigueur messieurs les journalistes de Clubic!
vidarusny
merci
Phlogistos
Si vous lisez la source fournie et que vous vous contentez de lire l’abstract de 20 lignes de la publication, ça n’a plus grand chose à voir avec l’article de Clubic. Attention aux extrapolations pour faire du clic…<br /> Si on va sur la source de la source (sciencedirect), on se rend compte que le mot « hydrogène » n’est pas évoqué une seule fois dans l’abstract, et pas utilisé une fois dans les keywords. La publication est avant tout un processus de séparation des gaz lourds.<br /> En l’absence d’accès à la publication complète, impossible d’en savoir plus. Mais si c’était une révolution dans le monde du stockage de l’hydrogène qui est sous les projecteurs, j’imagine que les auteurs l’aurait évoqué dans le titre ou l’abstract…<br /> Bref, un peu d’esprit critique
fg03
Y a pas de raison. Le nitrure de Bore sert uniquement de support pour séparer l’hydrogèner de l’atome auquel il est lié sous forme naturelle. Une fois stockée sous forme de poudre logiquement en chauffant la poudre on libère à nouveau l’hydrogène mais là ce sera du dihydrogène parfaitement utilisable comme tel.<br /> C’est prometteur ! Plus que l’hydrolyse de l’eau<br /> A voir les rendements mais clairement l’hydrogène a plus d’avenir que les batteries lithium qu’on essaie de nous refourguer et qui créeront inmanquablement des pénuries et des tensions commerciales et politiques sur les terres rares… un non sens que l’industrie se soit engouffrée dedans<br /> C’est typiquement ce genre de découverte dont le monde a besoin
xryl
Exactement!<br /> L’article parle de séparation de la paraffine (qui sont des chaînes carbonées d’au moins 20 atomes de Carbone), et pas du tout d’hydrogène.<br /> La cryogénie, c’est 15% de l’énergie requise par l’industrie pétrochimique, pas de toute l’industrie (mais c’est quand même énorme). La cryogénie est requise pour séparer des gaz, car ils utilisent la distillation sélective pour les séparer, il faut donc les liquéfier (dans un premier temps en les refroidissant), puis les faire vaporiser (chaque gaz ayant sa propre température d’ébullition, on est sûr de ce que l’on récupère ainsi).<br /> L’étude n’empêche pas la deuxième étape, voire demande plus d’énergie vu qu’il faut faire monter la poudre à 800°C pour libérer le gaz là où on avait des gaz à température ambiante avant. Mais comme il est beaucoup plus facile de chauffer que de refroidir, il est possible que sur l’ensemble du cycle, ce soit plus rentable.<br /> L’histoire de l’hydrogène, c’est pour recevoir les financements américains de recherche, car il y a un système de financement dédié à/aux équipes qui arriveraient à stocker l’hydrogène sous forme solide à plus de 5% de rapport de masse.<br /> Pour l’aspect recyclage, un cycle de stockage/relâchage de gaz avec leur poudre est efficace à 90/95% (donc il reste 5% à 10% du gaz qui ne se délie pas de leur poudre). C’est pas rien, et donc c’est encore pas du tout prêt à exploitation car après chaque itération, il faut jeter une partie de la poudre…
CallMeLeDuc
je suppose que les billes peuvent être réutilisé un grand nombre de fois. quand au nitrure de bore là aussi je suppose qu’une fois la molécule d’hydrogène recyclé en gaz le nitrure de bore redevient utilisable pour un autre cycle…
CallMeLeDuc
exact même si ce chiffre de 90% d’économie pour le stockage de l’hydrogène reste impressionnant, cela ne nous dit pas si utiliser des moteurs à hydrogène est toujours aussi mauvais en terme de rendement énergétique par rapport aux énergies fossiles.
xryl
N’importe quoi!<br /> C’est sûr qu’avec un peu d’unobtainium et de la poudre de corne de licorne, je peux stocker de l’hydrogène magique produit par les pets de farfadets.<br /> Mais dans la vraie vie, c’est le pragmatisme qu’il l’emporte. Si les batteries lithium sont utilisées, c’est parce:<br /> Elles existent<br /> Elles fonctionnent (et même plutôt bien)<br /> Globalement, c’est exploitable, ça demande pas une infrastructure plus chère que le bouillon<br /> L’hydrogène, c’est comme la fusion. C’est toujours dans 10 ans, on a pas résolu le premier des problèmes qu’il y en a 10 derrière.<br /> Le rendement de production ? au mieux, 40%.<br /> Le stockage ? Hyper dangereux (type caisson à 700 bar), lourd (le rapport poids hydrogène / poids du caisson est au mieux de 10%) + (dé)compresseur + valves + … ,<br /> L’utilisation ? C’est un moteur thermique à explosion (rendement de 25%) ou hypothétique pile à combustible (reste à montrer, rendement autour de 50% théorique)<br /> Infrastructure ? C’est le bordel, il faut refaire toutes les stations services pour stocker du gaz. Les camions qui amèneraient l’H2 sont des bombes ambulantes.<br /> Modèle économique ? On reste sur de la grosse multinationale polluante type Total ou Shell, qui sont trop heureux de faire du lobbying pour changer un maître contre un autre.<br /> L’environnement ? Il y a toujours de camions qui doivent transporter de la matière et donc de la pollution (contrairement à une ligne haute tension). C’est d’ailleurs là que la plus grosse perte de rendement de l’énergie est faite, mais on l’oublie souvent.<br /> Sécurité ? L’hydrogène n’a aucune odeur. Il est explosif dès un très faible concentration dans l’air. Bref, la moindre fuite sur le réservoir, une valve, ou même sur le moteur lui même et c’est un pâté de maison ou le parking souterrain qui dégage. De plus le principe de stocker l’hydrogène liquide sous pression est contraire à la sécurité thermodynamique, car dès que l’environnement se réchauffe, les contraintes dans le réservoir augmentent au lieu de réduire, augmentant le risque d’explosion au lieu de le réduire.<br /> Le consommateur n’a aucun intérêt dans l’histoire. Il reste dépendant (voire, encore plus dépendant qu’avec du pétrole, vu le faible nombre d’acteur), le prix au final est plus cher, le moteur reste beaucoup plus compliqué (valve, compresseur, réservoir, etc… sont autant de pièce mécanique à entretenir), et au final, il pollue indirectement, vu que l’hydrogène est produit à partir du gaz naturel (il n’y a pas de production propre d’hydrogène ou alors anecdotiquement).
Kratof_Muller
C est bien compliqué à utiliser…<br /> De mon point de vue cela fait déjà 10 ans qu on a trouvé un moyen de stocker de grandes quantités d hydrogène sans trop de, danger…<br /> L acide formique, certes explosif, devient très stable avec 20% d eau.<br /> Il est question de chimie au co2 et d’un catalyseur bon marché pour libérer l hydrogène de l acide formique.<br /> Techniques de l'Ingénieur<br /> De l'hydrogène liquide dans l'acide formique | Techniques de l'Ingénieur<br /> L'hydrogène devrait jouer un rôle important dans le futur de l'énergie. Mais son utilisation à haute pression à température ambiante pose encore quelques problèmes de sécurité, de logistique et de rentabilité. La solution pourrait être de le stocker...<br />
serged
Ça me rappelle la vieille blague qu’on faisait à l’armée « envoyer un bleu chercher une boîte d('électricité en poudre », qui remplaçait la « clef du champs de tir ».
zacro
Une boite d’impacts ou un rouleau de ligne de mire…
Yannick2k
encore une invention top méga géniale qui va changer le monde…<br /> … dont on entendra plus jamais parler ?
Krypton_80
xryl:<br /> Mais dans la vraie vie, c’est le pragmatisme qu’il l’emporte.<br /> En effet, c’est bien pour cette raison que c’est l’hydrogène qui a le plus d’avenir à long terme.<br /> Gocar.be<br /> L’avenir des véhicules électriques hypothéqué après 2025 ?<br /> Si les ventes de voitures électriques progressent partout, il existe une vraie menace qui plane sur l’avenir de ce mode de propulsion. Et cette fois,...<br />
xryl
On en reparle en 2026, d’accord ?
xryl
Intéressant.<br /> Quelques remarques:<br /> La libération/le cassage de l’acide formique en H2 produit du CO2 (j’aurais tendance à dire que c’est justement ce que l’on veut éviter)<br /> Le rendement est très faible (il faut faire de l’hydrolyse, puis de une électro réduction de 2 gaz à dissoudre dans l’eau (H2 + C02), et enfin, une autre réaction pour re-casser le HCOOH en H2 et CO2)<br /> Enfin, le H2 produit réagit avec le O2 de l’atmosphère pour produire de la vapeur d’eau, qui est le gaz principale de l’effet de serre (60% de l’effet de serre sur la Terre est dû à la vapeur d’eau)<br /> Quitte à faire ça, et vu que l’hydrogène est produit à partir du méthane actuellement, c’est quand même beaucoup plus simple de transporter du méthane directement, vu qu’il n’y a rien à changer côté infrastructure. Le méthane (CH4) produit aussi du CO2 dans sa combustion et de la vapeur d’eau (donc exactement le même résultat que l’acide formique) mais sans les étapes à faible rendement d’hydrolyse et de formation de l’acide formique.<br />
Krypton_80
xryl:<br /> On en reparle en 2026, d’accord ?<br /> Pas de souci, notamment du prix qu’il faudra mettre dans un VEB en 2026.<br /> Automobile Propre – 24 May 22<br /> Pourquoi le prix des voitures électriques va augmenter jusqu’en 2026<br /> Le manque de matériaux, et notamment de lithium, pourrait causer une augementation du prix des voitures électriques jusqu'en 2026.<br /> D’autre part l’objectif de réduction de la demande de gaz russe de 15% par l’UE, du 1er août 2022 au 31 mars 2023, ne va pas arranger la situation parce que je rappelle que les 2 secteurs définis comme non prioritaires sont :<br /> Le luxe<br /> L’automobile<br /> Enfin, il n’y a pas que l’effet de serre et le réchauffement climatique qui posent un problème, car la fabrication des batteries n’a jamais été écologique et génère aussi beaucoup de pollution :<br /> InsideEVs France<br /> Le lithium bientôt classé substance toxique par la Commission européenne ?<br /> La Commission européenne pourrait décider de classer trois sels de lithium comme toxiques d’ici la fin de l’année.<br /> Donc d’un point de vue géopolitique stratégique des matières premières, l’hydrogène sera bien plus pérenne que l’extraction du lithium, et écologiquement ça ne sera pas pire.<br /> La seule énergie qui produit zéro pollution, c’est celle que l’on utilise pas, car comme disait un certain Lavoisier: « Rien ne se perd, rien ne se crée : tout se transforme ».
carinae
A long terme. … tout est dit En attendant il faut faire quelque chose et le mieux que l’on puisse faire pour l’instant… C’est bien l’électrique qu’on le veuille ou non…<br /> Sans compter que pour l’instant la plupart des technos pour produire l’hydrogène sont très polluantes … Donc oui @xryl est beaucoup plus pragmatique… mais ça ne veut pas dire pour autant qu’il ne faut pas continuer les recherches sur l’hydrogène <br /> En espérant que ça ne fasse pas comme beaucoup d’autres technos…a savoir finir dans des cartons, les moteurs étant un bon exemple puisque le thermique a pris le pas sur des technos nettement plus en accord avec l’ère du temps
Krypton_80
carinae:<br /> mais ça ne veut pas dire pour autant qu’il ne faut pas continuer les recherches sur l’hydrogène<br /> Si l’Europe ne veut pas d’ici une dizaine d’années se retrouver vis à vis de la Chine dans la même situation que l’Allemagne vis à vis de la Russie avec le gaz, il vaudrait mieux en effet. Je rappelle que c’est la Chine avant tout qui tire le marché des véhicules électriques vers le haut, l’Europe ne fait que suivre même si elle veut donner l’impression d’être le leader mondial du secteur, un peu comme Tesla d’ailleurs.<br /> On disait d’Angela Merkel qu’elle était quelqu’un de très pragmatique, comme quoi il ne faut pas toujours se fier aux apparences !
Maspriborintorg
Pour stocker de l’hydrogène à haute pression, si il est produit par électrolyse, il suffit d’avoir un électrolyseur travaillant à haute pression. L’eau introduite a un volume bien plus petit que l’hydrogène et l’oxygène produit. Donc l’énergie de la pompe à piston pour introduire l’eau liquide est insignifiante par rapport à celle nécessaire pour comprimer ou liquéfier l’hydrogène. De plus, comme l’oxygène produit l’est aussi à haute pression, après refroidissement par échangeur à eau froide puis détente à la pression de remplissage des cylindres d’oxygène comprimé soit 200 bars, on obtient l’oxygène avec un très bas point de rosée.
philouze
Je lui prédis le même succès incroyable que<br /> les poudres métalliques et les éponges « solides » de McPhy,<br /> le succès fulgurant de l’acide formique<br /> et enfin le liquide magique d’HySiLabs.<br /> Pour chacun « on a résolu le problème de l’hydrogène »<br /> trimballer de l’hydrogène, dont la seule qualité est la légèreté, via un médium lourd nécessitant deux traitements (ici Absorption / désorption ), médium qui nécessite lui même d’être rapatrié à vide (mais toujours aussi lourd) pour effectuer un cycle Retour,<br /> c’est cumuler tous les défauts<br /> d’un stockage lourd,<br /> d’un double transfert de fluide avec du « matos » adhoc lourd pour injecter/extraire la ressource<br /> ET de l’innefficience déjà pathétique de l’hydrogène.<br /> C’est une mauvaise idée du début à la fin, et si ça a éventuellement un avantage dans certains processus industriels (par exemple pour éviter la pression ou limiter les fuites), en aucun cas ça ne le rapproche d’un « carburant du futur »<br /> Le futur est au contraire dans la dématérialisation de l’énergie et sa fluidification, la disparition des conversions, l’ultra efficience.
Krypton_80
philouze:<br /> Je lui prédis le même succès incroyable que […]<br /> C’est vrai que ton argumentation repose souvent sur de la « prédiction ».<br /> Mais elle est où la boule de cristal, dématérialisée elle aussi ?
philouze
"C’est vrai que ton argumentation repose souvent sur de la « prédiction ».<br /> Mais elle est où la boule de cristal, dématérialisée elle aussi ? "<br /> L’argumentation, etayée, se trouve juste en dessous :<br /> « trimballer de l’hydrogène, dont la seule qualité est la légèreté, via un médium lourd nécessitant deux traitements (ici Absorption / désorption ), médium qui nécessite lui même d’être rapatrié à vide (mais toujours aussi lourd) pour effectuer un cycle Retour,<br /> c’est cumuler tous les défauts »<br /> je comprends que souvent, le déni impose de ne pas se colleter aux argumentations étayées, pour éviter la dissonance cognitive, et que donc on en reste au titre
Krypton_80
philouze:<br /> je comprends que souvent, le déni impose de ne pas se colleter aux argumentations étayées, pour éviter la dissonance cognitive, et que donc on en reste au titre<br /> Si j’ai bien compris, les chercheurs de l’université de Deakin en Australie feraient par conséquent du déni ainsi que de la dissonance cognitive chronique? <br /> Heureusement que Master Phil est là ! Tu devrais les contacter, manifestement ils ne sont pas du tout au courant de tes « argumentations étayées » …
Blackalf
philouze:<br /> je comprends que souvent, le déni impose de ne pas se colleter aux argumentations étayées, pour éviter la dissonance cognitive, et que donc on en reste au titre <br /> Et ça c’est le retour de la psychologie de bazar pour tenter de paraître brillant et plus intelligent que tout le monde. Il t’a pourtant déjà souvent été demandé de mettre un frein au mépris.
philouze
Krypton_80:<br /> Si j’ai bien compris, les chercheurs de l’université de Deakin en Australie feraient par conséquent du déni ainsi que de la dissonance cognitive chronique? <br /> Ahhh. le sophisme de l’argument d’autorité, inévitable dans nos échanges j’imagine.<br /> Ce n’est pas parce que ce sont d’authentiques chercheurs qui sontau service d’une technologie hydrogène, que pour autant la filière devient magiquement pertinente.<br /> L’histoire des technologie est littéralement pavée de chercheurs qui bossaient pour des impasses.
philouze
là par contre BlackAlf, je te demande un minimum d’équilibre, merci pour le fiel :<br /> "C’est vrai que ton argumentation repose souvent sur de la « prédiction ».<br /> Mais elle est où la boule de cristal, dématérialisée elle aussi ? "<br /> On est sur de l’attaque gratuite, sans arguments, ignorant au passage ceux du post concerné, alors que je cite justement les technos ayant subi le sort que va subir la nébuleuse « poudre d’hydrogène ».<br /> Et j’explique.<br /> D’où mon recadrage. Et c’est plutôt sympa, je soupçonne autre chose qu’un simple « déni » chez mon interlocuteur, seulement ça n’aurait d’intérêt pour personne d’étaler mon point de vue là dessus.
Krypton_80
philouze:<br /> Ce n’est pas parce que ce sont d’authentiques chercheurs qui sontau service d’une technologie hydrogène, que pour autant la filière devient magiquement pertinente.<br /> Elle n’a pas besoin de devenir magiquement pertinente étant donné que c’est déjà le cas, sauf pour toi apparemment. Il a bon dos le « sophisme » …<br /> 01net.com – 10 Mar 21<br /> L’hydrogène décarboné, une priorité pour la recherche française<br /> Le gouvernement mise sur l’hydrogène propre pour atteindre la neutralité carbone. Le CNRS a officialisé le lancement de sa Fédération de recherche hydrogène, qui devra irriguer notre industrie.<br /> Je t’invite aussi à lire l’article qui suit et qui traite du sujet en question, et surtout de l’intérêt de cette recherche avec en conclusion (tout en bas de la page): « Un processus très énergivore par rapport au système mécanique qui pourrait séparer les gaz d’hydrocarbures du pétrole brut en utilisant moins de 10 % de l’énergie nécessaire aujourd’hui. ». Bah oui, ce n’est pas parce qu’il y a de plus en plus de voitures électriques que l’industrie pétrolière va disparaître comme par magie.<br /> 01net.com – 25 Jul 22<br /> Hydrogène en poudre : une invention révolutionnaire qui pourrait tout changer<br /> Une nouvelle manière économique et sécurisée de stocker l'hydrogène a été découverte par des chercheurs australiens. Une découverte qui pourrait transformer de nombreuses industries.<br /> De son côté, Toyota travaille aussi sur le transport de l’hydrogène à sa façon. Cela voudrait-il dire que c’est une marque qui fait aussi du déni et de la dissonance cognitive? Alors oui je sais, ils font aussi des 100% électriques, il faut bien payer les factures et les salaires, mais ce qu’il faut retenir surtout c’est qu’ils ne misent pas QUE sur le 100% batteries, et ça change tout.<br /> Presse-citron – 3 Jun 22<br /> Toyota démontre par l'exemple que l'hydrogène peut être transportable<br /> Toyota vient de faire la démonstration d'un prototype pour transporter facilement de l'hydrogène sans danger.<br /> Je précise que je lis toujours les sources avant de les poster, je te vois venir hein … <br /> philouze:<br /> L’histoire des technologie est littéralement pavée de chercheurs qui bossaient pour des impasses.<br /> Tout à fait, sans oublier ceux qui s’acharnent à ne vouloir propulser des véhicules qu’avec du 100% batteries. A moins que ce soit les constructeurs parce que c’est plus rentable … <br /> philouze:<br /> On est sur de l’attaque gratuite, sans arguments, ignorant au passage ceux du post concerné, alors que je cite justement les technos ayant subi le sort que va subir la nébuleuse « poudre d’hydrogène ».<br /> Et j’explique.<br /> Non, tu n’expliques rien, tu « prédis », relis-toi. J’ajoute que citer des arguments sans rapport direct avec le sujet c’est juste pour faire croire que tu en connais un rayon.<br /> C’est un peu comme la confiture hein, moins on en a et plus on l’étale.<br /> philouze:<br /> Et c’est plutôt sympa, je soupçonne autre chose qu’un simple « déni » chez mon interlocuteur, seulement ça n’aurait d’intérêt pour personne d’étaler mon point de vue là dessus.<br /> Mais je t’en prie, étale donc ton point de vue qu’on rigole un peu. C’est grave docteur?<br /> Je plaisante bien sûr, loin de moi l’intention de te « recadrer » …
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Surfez sur le Web en toute discrétion et à petit prix avec cette licence VPN Surfshark
L'Intel Core i9-13900K Raptor Lake domine la concurrence sur Ashes of the Singularity
La publicité arrive sur Disney+ via un nouvel abonnement (et le prix fait mal)
Le LattePanda 3 Delta disponible hors Kickstarter : un
Pour gagner en stockage en ligne, cette offre signée pCloud est idéale
La mémoire Micron GDDR6X à 24 Gbps entre en production de masse
La DDR5-6000
Stadia permet à ses joueurs de streamer un jeu en petit comité
Cet ancien employé de Twitter espionnait les utilisateurs pour le compte de l'Arabie saoudite
Cyberharcèlement : en Europe, les parents protègent moins leurs enfants que dans le reste du monde
Haut de page