Des robots serveurs au secours des restaurateurs néerlandais, distanciation physique oblige

01 juin 2020 à 15h15
2
© Facebook @RoyalpalaceRenesse

Aux Pays-Bas, où le déconfinement se poursuit progressivement, un restaurant a eu l'idée de faire assurer une grosse partie du service par des robots.

Pour éviter tout risque de transmission du coronavirus, qui continue de circuler malgré un ralentissement de la pandémie en Europe, certains ont de la suite dans les idées. C'est le cas du Royal Palace, un restaurant néerlandais spécialisé dans la nourriture asiatique situé à Renesse, une station balnéaire très fréquentée du sud-ouest du pays. Pour limiter les contacts entre humains, l'établissement a fait appel à des robots serveurs.

Une réponse à l'impératif de la distanciation physique

Lors de son dernier voyage en Chine, à l'automne dernier, Shaosong Hu avait vu des robots servir des plats aux clients d'un restaurant. À l'époque, il ne se doutait pas de l'utilité que les droïdes pourraient avoir quelques mois plus tard dans son restaurant de Renesse.

Crise sanitaire de coronavirus oblige, ce qui relevait de la fascination et/ou de l'étonnement est en train de devenir une réalité, et pourrait même constituer une réponse de premier ordre aux craintes des professionnels de la restauration, qui ne veulent pas exposer leurs employés et souhaitent protéger leurs clients.

Alors que le déconfinement a franchi une étape décisive ce lundi 1er juin aux Pays-Bas avec la réouverture des restaurants, des cafés et de leurs terrasses mais également des musées et des cinémas (exception faite donc pour les bars, qui restent portes closes), les robots serveurs peuvent officiellement prendre du service depuis quelques heures.

Un aspect pratique indéniable, mais impersonnel

Deux robots rouges et blancs ont pris place dans le restaurant de la famille Hu et se promènent désormais au milieu de clients qui ne risquent donc plus d'entrer en contact avec un humain, à l'heure où la distanciation physique reste une règle d'or à respecter en Hollande, avec un écart de 1,5 mètre dans les interactions.

Salutation des clients, distribution puis ramassage des plats, nettoyage des tables… Les robots pourraient presque faire oublier les serveurs faits de chair et d'os. « Ils nous aident dans notre travail. Nous sommes souvent occupés et nettoyons des tables, et les robots nous donnent un coup de main supplémentaire », explique Leah Hu, fille du propriétaire de l'établissement.

Quant à savoir si, à terme, une banalisation des robots serveurs pourrait nuire à l'emploi dans le secteur de la restauration, Leah Hu tient à être rassurante. « Nous ne disparaissons pas. Nous sommes toujours là. L'industrie de la restauration aura toujours besoin de gens, d'humains ».

Car si les robots font preuve d'un minimum de politesse, en saluant à haute voix leurs convives, ils pourront difficilement remplacer le côté humain indispensable à un métier qui peut tout, sauf à devenir impersonnel.

En entendant, Ro et Bot (les noms des deux robots ont largement été suggérés sur les réseaux sociaux) assureront le service dans le restaurant des Hu, glissant entre les tables au gré des commandes de clients qui ne manqueront pas d'être curieux.

Source : Associated Press

Modifié le 01/06/2020 à 15h57
Soyez toujours courtois dans vos commentaires
et respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Actualités récentes

Le mythique jeu d'arcade NBA Jam va faire l'objet d'un documentaire !
WhatsApp : face à la polémique, l’entreprise retarde de 3 mois sa nouvelle politique de confidentialité
Suez se rebiffe face à Veolia, en annonçant avoir reçu le soutien des fonds Ardian et GIP
HSBC est sommé de préciser son calendrier de sortie des énergies fossiles
Jeux vidéo : pourquoi les patchs day one sont-ils devenus la norme ?
Comment choisir votre téléviseur ? Tous nos conseils pour faire le bon choix
Netflix, Disney+, Apple TV+ et Prime video : les nouveautés de la SVoD en janvier 2021
Test Toshiba Canvio Flex : un disque dur externe classique et bon marché
Que peut faire un « satellite espion » ?
Haut de page