Fleur Pellerin et fibre optique : la menace de Google Fiber pour inciter à accélérer le déploiement

Fleur Pellerin agite le chiffon rouge pour inciter les opérateurs à accélérer le déploiement du très haut débit. C'est en substance ce qui ressort de l'audition du 1er octobre de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, repérée par Slate.

La ministre chargée de l'économie numérique a bien conscience que le très haut débit affecte de plus en plus le développement économique. Elle en veut pour preuve les entreprises qui réclament désormais la fibre optique pour s'installer ou même les touristes pour lesquels la bande passante est un critère pour le choix d'une location et donc d'une destination.

Mais ni la ministre ni les députés ne sont pleinement satisfaits par l'avancée du déploiement.

0140000005876168-photo-tunnel-internet.jpg

Des mesures plus strictes pour les opérateurs

Le député-maire de Sarcelles, François Pupponi, souligne pour commencer que la fracture numérique est plus grave qu'on ne le croit. Selon lui les ruraux ne sont pas près de bénéficier du très haut débit puisqu'on n'est pas près d'en bénéficier à 20 km de Paris.

Il parle d'« anarchie » et cite un cas précis : « Free voulait venir à Sarcelles et a déployé la fibre optique sous les rues, mais il sont repartis avant d'avoir terminé les raccordements, et quand on leur demande quand ils reviendront, ils répondent qu'ils verront bien. »

Fleur Pellerin rassure avec de futures conventions qui permettront aux collectivités territoriales de reprendre la main sur le déploiement des réseaux à partir du moment où une carence aura été constatée.

La menace de Google Fiber comme carotte au déploiement

Interrogée par une élue de Gironde, Pascale Got, sur la suppression pure et simple des frais d'itinérance, Fleur Pellerin a repoussé ce genre de mesure : « Ce serait une bonne nouvelle pour les consommateurs mais pas pour les opérateurs auxquels on demande beaucoup d'investissements », « c'est une mesure qui conduirait à diminuer nos capacités d'investissement ».

Et d'ajouter : « Je pense qu'on a quand même vraiment intérêt à déployer nos infrastructures ». C'est que selon Madame la ministre, des opérateurs étrangers sont sur les rangs : « J'ai vu une grosse entreprise américaine, qui fait un moteur de recherche et qui déploie du très haut débit au Kansas, qui se demande si elle ne va pas proposer ce service dans tous les pays du monde ». « Je préfère que les opérateurs aient des marges d'investissement pour fabriquer nos réseaux plutôt que ce soit des entreprises over-the-top qui se mettent à les déployer. »

En d'autres termes, si les opérateurs français n'accélèrent pas leur déploiement, ils laisseront assez de place pour Google Fiber, ce qui n'est ni dans leurs intérêts, ni dans ceux de l'état, puisque ce genre de multinationale parvient à optimiser sa fiscalité. D'autant que l'offre Google Fiber n'a plus tellement d'intérêt particulier pour les consommateurs français, depuis que Free et SFR ont porté le débit maximal de leurs offres à 1 Gb/s.

01E0000005329690-photo-google-fiber-kansas-city.jpg


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités récentes

1.5 milliard d'appareils Apple vulnérables à cause d'AirDrop selon des chercheurs
Le PDG de Signal pirate un des dispositifs permettant à la police de lire les messages chiffrés
Elon Musk vise la Lune pour 2024
Test Echo Show 10 : l’écran connecté qui garde l’œil sur vous et votre domicile
Hackathon COVID-19 : deux jours de marathon pour trouver des solutions contre la pandémie
Mission Alpha : La capsule Crew Dragon Endeavour est repartie pour un tour !
Bon plan : excellent deal sur cette carte mémoire SanDisk de 400 Go
Le dernier iPad Pro (11 pouces, 128 Go) est moins cher de 100€ chez Amazon
Un pack processeur Ryzen 7 et carte mère Gigabyte B550 Aorus Elite AX à prix choc !
Biomutant : un nouveau trailer nous présente l’univers du jeu
Haut de page