Fleur Pellerin : "la manière de faire de Free n'est pas acceptable"

07 janvier 2013 à 13h54
0
Suite à la polémique lancée par la mise à jour de la Freebox V6, bloquant certaines publicités sur les navigateurs des internautes clients de l'opérateur, la ministre déléguée chargée de l'Economie numérique a convoqué la presse ce lundi. A Bercy, Fleur Pellerin a confirmé la levée du blocage par l'opérateur mais elle estime que la méthode employée n'est pas la bonne. Elle convie toutefois les acteurs à une table ronde sur la neutralité des réseaux, organisée la semaine prochaine.

00C8000005639744-photo-fleur-pellerin.jpg
Depuis ce lundi matin, la fonction permettant à Free de bloquer certains services et encarts publicitaires pour les utilisateurs de la Freebox V6 n'est plus en fonctionnement. Si il semble toujours activé par défaut pour les utilisateurs, le blocage n'est plus effectif. Recevant la presse au ministère, Fleur Pellerin a tenu à expliquer qu' « après un long échange avec Free sur les aspects techniques du blocage, nous avons convenu qu'il devait s'expliquer auprès de ses abonnés. J'ai demandé à Free de mettre fin à ce blocage de la publicité ».

Toutefois, la ministre conteste l'attitude de l'opérateur et ajoute : « la manière de faire n'est pas acceptable. Des sites s'appuient sur la publicité et un acteur ne peut remettre en cause de manière unilatérale un secteur entier ». Une critique sur la méthode donc mais Fleur Pellerin ajoute qu'il est nécessaire d'apporter plus de transparence sur les « relations économiques et techniques entre FAI et géants du Net ».

Si, par cette mise à jour, Free a effectivement souhaité mettre sur la place publique ses relations houleuses avec Google, la ministre de l'Economie numérique invite à réfléchir à la mise en place d'un « système gagnant-gagnant pour l'usager et les infrastructures. L'Arcep se penche déjà sur les questions de la gestion de trafic mais il faut moins d'opacité en la matière ». Elle invite là encore les responsables du secteur à se réunir le 15 janvier prochain pour débattre du sujet.

Quant à la neutralité du réseau, la ministre propose de dissocier du principe, son volet économique. Si elle considère que l'internaute doit être le seul à choisir les contenus (y compris la publicité) qu'il désire ou non afficher, elle explique que : « les FAI jouent leur rôle de tuyau mais ces derniers coûtent extrêmement cher. Si une firme lui impose de modifier son réseau, il n'est pas illégitime de savoir qui vont les financer ». Reste à savoir si ces deux problématiques sont ou non antinomiques.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Une usine de production de cellule de batteries pour véhicules électriques bientôt en France ?
Découvrez la 2CV R-Fit 100% électrique, conçue en rétrofit
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Des experts en sécurité inquiets à l'approche de la présentation du premier prototype Neuralink d'Elon Musk
Horizon Zero Dawn : le portage PC critiqué pour ses nombreux bugs
Xiaomi Mi 10 Ultra : une édition anniversaire qui veut
Delage dévoile un hypercar hybride à 2,3 millions de dollars
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
Le processeur Kunpeng 920 d'Huawei rattraperait le Core i9-9900K d'Intel

Discussions sur le même sujet

Notre charte communautaire

  • 1. Participez aux discussions
  • 2. Partagez vos connaissances
  • 3. Échangez vos idées
  • 4. Faites preuve de tolérance
  • 5. Restez courtois
  • 6. Publiez des messages utiles
  • 7. Soignez votre écriture
  • 8. Respectez le cadre légal
  • 9. Ne faites pas de promotion
  • 10. Ne plagiez pas
  • Consultez la charte
scroll top