Freebox : le triple play FTTH passe vraiment à 1 Gigabit

02 décembre 2015 à 09h36
0
L'offre triple play de Free passe pour de bon à 1 Gb/s. Le routeur est désormais capable de fournir ce débit sans basculer en mode bridge, très limité.

Free a finalement publié hier une mise à jour de firmware attendue de longue date, depuis le passage de ses accès à internet en fibre optique à 1 Gb/s, en novembre 2013. La version 3.2.0 du microprogramme du Freebox Server apporte effectivement une « amélioration des débits en mode routeur, maintenant équivalents à ceux du mode bridge ».

Concrètement, le Freebox Server peut enfin délivrer 1 Gb/s en mode routeur, le mode standard. Jusqu'à présent, le routeur de Free n'était pas suffisamment performant, ou du moins pas optimisé, pour fournir un tel débit. En pratique, les bénéficiaires d'un accès FTTH à 1 Gb/s de Free plafonnaient ainsi à 600 Mb/s en réception. Certes, c'est plus que satisfaisant, et c'est un débit qu'on n'exploite encore que très rarement, mais la communication de l'opérateur ne correspondait pas vraiment à la réalité.

On pouvait bien bénéficier d'un débit de 1 Gb/s avec le Freebox Server, mais il fallait alors renoncer au triple play. Il fallait effectivement le basculer en mode « bridge », c'est-à-dire confier le routage à un routeur distinct et renoncer à la télévision et au téléphone (à moins de mettre en place des mesures qui sont réservées à un public très averti).

03E8000007964149-photo-freebox-mini-4k.jpg
Rappelons que ce qui vaut pour le routeur de la Freebox Révolution vaut aussi pour celui de la Freebox mini 4K

Alors qu'on pensait depuis deux ans que le processeur du Freebox Server n'était pas assez performant, Free a donc fini par clôturer le ticket ouvert le 2 novembre 2013 sur son bugtracker, sans dévoiler quelle solution les développeurs ont trouvée.

SFR, qui a lui aussi porté à 1 Gb/s le débit maximal de certains de ses accès FTTH il y a deux ans, est pour rappel affecté par un mal similaire. Son routeur NB6v fournit jusqu'à 950 Mb/s, soit un écart de 5 % acceptable, mais son routeur NB6 plafonne à 850 Mb/s, un écart de 15 %. SFR n'a malheureusement aucune autre solution à proposer aux clients affectés que de résilier leur accès et de re-souscrire. En pratique, les plus téméraires peuvent prétendre, à leurs risques et périls, que leur NB6 est tombée en panne. Testé et approuvé.

Quoi qu'il en soit, le firmware Freebox Server 3.2.0 apporte également quelques améliorations mineures qui sont listées sur le blog dédié de l'opérateur et copiées ci-dessous :

Nouvelles fonctionnalités
  • Amélioration des débits en mode routeur, aussi bien en IPv4 qu'en IPv6, maintenant équivalents à ceux du mode bridge
  • Accès à l'intégralité des services locaux du Freebox Server en IPv6 (interface Freebox OS, VPN, FTP, ...)
  • Support de l'IKEv2 dans le serveur VPN avec extension MOBIKE (mode PSK uniquement)
  • Le serveur VPN permet désormais d'obtenir des préfixes IPv6 (avec les protocoles OpenVPN & IKEv2)
  • Support du mode TCP pour le serveur OpenVPN
Corrections
  • Editer un enregistrement en cours ne sert à rien
  • Le générateur d'enregistrement périodique déclenche plusieurs enregistrements au lieu d'un seul
  • Fautes d'orthographes sur l'interface Freebox OS
  • VPN PPTP non fonctionnel avec DMZ
  • Remplacer tls-remote par verify-x509-name dans les configurations générées
Contenus relatifs
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Emmanuel Macron se moque des opposants au déploiement de la 5G
L'attaque d'un hôpital par ransomware pourrait tourner en homicide après la mort d'une patiente allemande
L'UE envisage de renforcer les limites d'émission de CO2 pour le secteur automobile
Clubic évolue (en douceur)
5G : plusieurs dizaines d'élus de gauche veulent repousser le lancement de la technologie
Le data center sous-marin de Microsoft refait surface après deux ans d'immersion
AMD dévoile le design de sa Radeon RX 6000 sur Twitter
Allongé et endormi
Après Bouygues, au tour de RED by SFR d'augmenter des forfaits sans possibilité de refus
Les satellites SpaceX, même peints, gâchent les nuits des astronomes
scroll top