Téléphone fixe : un RIO pour faciliter la portabilité du numéro

Par
Le 05 octobre 2015
 0
En plus de la réforme de la tarification des numéros spéciaux, l'Arcep a annoncé la semaine dernière une seconde mesure. Depuis le 1er octobre 2015, la portabilité des numéros de téléphone fixe fonctionne de la même manière que sur le mobile.

Concrètement, l'internaute qui veut changer de fournisseur d'accès à internet procède désormais ainsi :
  • Le client appelle gratuitement le 3179 depuis sa ligne fixe, et obtient un relevé d'identité opérateur (RIO) à l'oral, ainsi qu'à l'écrit s'il le souhaite (par SMS, par email ou par courrier, en fonction des coordonnées dont dispose l'opérateur)
  • Il souscrit auprès de son nouveau fournisseur d'accès à internet en fournissant son numéro de téléphone et son RIO
  • Le nouveau FAI entreprend lui-même les démarches de résiliation auprès de l'ancien opérateur
  • Lorsque les services sont coupés chez l'un, ils débutent chez l'autre
  • Le client retourne son matériel à son ancien opérateur, selon les modalités définies par ce dernier
Comme sur le mobile, le client ne doit pas résilier l'ancienne offre d'accès à internet lui-même, ce qui ferait échouer la portabilité en risquerait d'entrainer la perte définitive du numéro de téléphone. Toutefois il vaudra mieux s'informer du sort de services tiers souscrits par le biais du FAI, tels qu'un abonnement à CanalSat, Canal+, BeIN Sports, etc.

En cas de déménagement, la portabilité d'un numéro de téléphone fixe géographique (01, 02, 03, 04 ou 05) n'est possible qu'au sein de la même « zone de numérotation élémentaire » (ZNE). La France en compte 420, elles sont souvent de la taille d'un canton. La portabilité d'un numéro non géographique (09) quant à elle est possible si l'abonné reste en métropole ou dans le même territoire ultramarin.

Le RIO présente aussi l'intérêt de sécuriser la portabilité. Jusqu'à présent, il suffisait de saisir le numéro de téléphone à conserver. On pouvait ainsi subtiliser le numéro d'un autre, par mégarde ou par malveillance, ce qui entrainait des complications lorsqu'il fallait réparer l'erreur.

0226000007878069-photo-socotel-s63.jpg
Crédit : OSIBO Productions

Contenus relatifs
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
scroll top