Les numéros gratuits ne sont plus surtaxés depuis un mobile

01 octobre 2015 à 19h04
0
Les numéros gratuits sont bien gratuits depuis un mobile, désormais. C'est l'une des mesures de la réforme des numéros spéciaux, qui est entrée en vigueur aujourd'hui, le 1er octobre 2015.

La réforme dite « réforme tarifaire des services téléphoniques à valeur ajoutée » simplifie la tarification des numéros spéciaux et des numéros courts. Surtout, elle l'encadre plus strictement.

La nouvelle règlementation met fin aux marques héritées de France Télécom. Le numéro Vert est désormais un numéro gratuit (pour l'appelant). Le numéro Azur, au prix d'un appel local (une notion obsolète), devient le numéro à tarification normale. Le numéro Indigo enfin devient le numéro surtaxé. Ces trois types de numéros s'accompagnent d'une nouvelle signalétique qui se passe d'explication.

0000003C08191132-photo-num-ro-sva.jpg
0000003C08191130-photo-num-ro-sva.jpg
0000003C08191134-photo-num-ro-sva.jpg

Mais le bénéfice principal c'est que les opérateurs de téléphonie mobile ne pourront plus facturer un supplément pour l'appel de numéros spéciaux. Concrètement :
  • L'appel d'un numéro gratuit ne sera plus ni facturé ni décompté des forfaits, que ce soit depuis un fixe ou un mobile. Jusqu'à présent, depuis un mobile, les numéros gratuits étaient comptabilisés hors forfait et facturés plusieurs centimes d'euros par minute.
  • L'appel vers un numéro à tarification normale sera facturé comme un appel vers un numéro fixe géographique (01...). Il sera donc inclus aux forfaits mobiles illimités ou décompté du temps d'appel, alors qu'il était parfois facturé hors forfait, et parfois au-delà du prix d'un appel vers un fixe.
  • L'appel vers un numéro surtaxé sera facturé au prix affiché. Les opérateurs ne pourront plus facturer un supplément.
On peut penser que les opérateurs facturaient un surcoût sur le dos des clients, sans la moindre justification. Bouygues Telecom nous explique qu'en réalité l'acheminement des appels vers ces plateformes lui coûte « un peu » plus cher que vers des numéros géographiques, soit en raison d'un faible volume d'appels et donc d'un manque d'économies d'échelle, soit au contraire en raison de vagues ponctuelles (jeux télévisés...).

Quoi qu'il en soit, les opérateurs ont fondé un organisme de régulation appelé SVA+, qui a mis en place un annuaire inversé, avec lequel on peut connaitre le tarif et l'éditeur d'un « service téléphonique à valeur ajoutée ». Ce site internet est d'autant plus précieux que dorénavant la tranche du numéro ne suffira plus à déterminer le tarif : deux numéros commençant par les quatre même chiffres pourront être facturés des prix différents.

0320000008191136-photo-sva-plus.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Linky : pour l'ANFR, les Equipements Radio des compteurs sont sans danger pour la santé
La France va créer son commandement militaire de l'espace
Toyota : 50% des véhicules vendus au premier semestre étaient des hybrides-électriques
Bruno Le Maire prend officiellement position sur la cryptomonnaie Libra
Evija : l'hypercar électrique de Lotus se charge en 9 petites minutes
La NASA détecte un trou noir très inhabituel qui vient contredire nos théories sur l’univers
La Zone 51 envahie ? L'armée américaine pourrait répondre par la force
Streaming vidéo : le coût écologique serait désastreux, selon l'association The Shift Project
La prochaine édition du CES va autoriser les sextoys féminins et interdire les
Neuralink : Musk annonce que la start-up est prête à tester sa technologie sur des humains
scroll top