MacBook Air : coup de bluff ou coup de génie ?

28 février 2008 à 11h20
0

Esthétique, clavier, touchpad

Mauvaises langues et trolls en tout genre affirment souvent que le look, l'apparence des produits Apple, est la principale raison pour laquelle le consommateur lambda les choisira. Loin de nous l'idée de tenter de répondre à cette question, mais force est de constater qu'au premier regard, le MacBook Air est immédiatement séduisant. Bien sûr, c'est tout d'abord sa finesse qui marque les esprits, et les personnes à qui on le présente pour la première fois n'ont généralement qu'une seule idée en tête : le prendre en main, afin de jauger son poids.

Rompant avec le design des MacBook et MacBook Pro, qui présentent des lignes relativement rectilignes, Apple a choisi de concevoir un châssis dont la surface est très légèrement arrondie sur les bords, ce qui contribue à renforcer cette impression de finesse. C'est également dans cette optique que la firme a amenuisé au maximum l'épaisseur de l'avant du MacBook Air, afin tout d'abord de pouvoir revendiquer le titre de « portable le plus fin du monde » mais aussi et surtout pour renforcer l'aspect élancé de la ligne générale. Les dimensions générales s'établissent à 325 par 227 mm sur les côtés, soit une surface identique à celle du MacBook, lui aussi en 13,3 pouces, légèrement supérieure à celle d'une feuille de papier A4 (210 x 297 mm). L'épaisseur varie quant à elle de 4 mm en son point le plus fin à environ 19,4 mm à l'arrière de la machine.

000000C800911726-photo-coin-avant-macbook-air.jpg
000000C800911728-photo-coin-arriere-macbook-air.jpg


Sur la balance, le MacBook Air accuse un peu moins de 1,4 Kg, ce qui le fait a priori entrer dans la catégorie des ultraportables. Certains objecteront qu'avec ses 13,3 pouces de diagonale, la surface du MacBook Air l'exclut de cette catégorie où l'on range généralement des machines de 12 pouces et moins, mais force est de constater qu'on le transporte sans le moindre désagrément. Sacoche ou sac à dos s'accommodent parfaitement d'un MacBook Air rangé dans une housse de protection, et l'on pourra aisément caser son ordinateur dans le coffre d'un scooter, voire dans la boite à gants d'une voiture, même si ces deux opérations ne sont pas particulièrement recommandées à qui souhaite garder une machine en parfait état...

L'ensemble de la coque du MacBook Air adopte un revêtement anodisé de couleur grise, légèrement brillant, semblable à ce que l'on retrouve sur le MacBook Pro ou sur la face arrière de l'iPhone. Assez rigide, cette coque fait bonne impression dans la mesure où le MacBook Air parait nettement moins fragile qu'on aurait pu le penser au premier abord. Toutefois, ce revêtement doux au toucher marque assez facilement, et nous avons ainsi découvert, sur notre exemplaire de test, diverses marques et griffures laissées par le précédent utilisateur de la machine, qui n'a pourtant pas dû utiliser celle-ci plus d'une semaine. Les vrais nomades ne pourront donc pas faire l'impasse sur une housse de protection.

000000C800911740-photo-macbook-air-vue-de-dessus.jpg
000000C800911742-photo-macbook-air-r-cepteur-infrarouge.jpg

A droite, récepteur infrarouge pour télécommande... non fournie


Le châssis est donc uniformément gris, à l'exception du logo Apple, qui vient frapper le capot supérieur, et luit légèrement grâce au rétroéclairage de l'écran, et du clavier. Similaire au clavier des MacBook, et assez proche dans la conception de ce que propose maintenant Sony sur ses Vaio, le clavier embarque en effet des touches noires, pour un effet à deux tons inédit chez Apple. Comme sur les MacBook Pro, ce clavier profite d'un léger rétroéclairage, assez agréable lorsqu'on utilise la machine dans l'obscurité, dont l'intensité peut être réglée indépendamment de celle de l'écran. Après plusieurs jours d'utilisation, et les nécessaires moments d'adaptation, le clavier du MacBook Air se révèle très agréable, et se prête bien à la frappe soutenue d'un rédacteur Web carburant au café. Lisses et plates, les touches n'offrent qu'un très léger débattement mais se montrent toutefois assez fermes. Effleurer les touches ne sera donc pas suffisant.

000000C800911732-photo-d-tail-clavier-macbook-air.jpg
000000C800911734-photo-d-tail-clavier-macbook-air.jpg


Avant de nous intéresser au touchpad, ou pavé tactile, arrêtons-nous une seconde sur l'écran du MacBook Air. Surmonté d'une webcam (640 x 480) de piètre qualité ainsi que d'un microphone, il dispose d'un capteur de luminosité qui lui permet donc d'automatiquement limiter l'intensité du rétroéclairage LED lorsque l'on se trouve dans la pénombre. Dans ce cas, l'intensité de l'éclairage du clavier diminue selon les mêmes critères. Pour s'en rendre compte, il suffit de poser son doigt sur le capteur : celui-ci détecte instantanément l'obscurité, et l'intensité de l'écran diminue. Avec une résolution de 1280 x 800 pixels, l'écran du MacBook Air offre une surface de travail moins importante que celle de certains modèles 11 pouces, avec lesquels la résolution monte à 1366 x 768 pixels, mais Apple garantit ainsi un certain confort visuel, avec une définition qui conviendra tout à fait à la plupart des utilisateurs. De type brillant, la dalle LCD est lumineuse, et restitue des couleurs chaudes, assez fidèles. En augmentant la luminosité, on pourra tout à fait envisager une utilisation en extérieur.

Le MacBook Air inaugure une nouvelle génération de touchpad, inspirée de l'iPhone, le premier téléphone mobile d'Apple. Plus large, mais aussi plus haut qu'un touchpad traditionnel (104 x 62 mm, hors bouton, contre 100 x 48 mm sur un MacBook Pro), il se contente comme toujours chez Apple d'un unique clic courant sur toute sa longueur. Comme le pavé tactile d'un MacBook ou d'un MacBook Pro, celui-ci permet de retrouver l'équivalent d'un clic droit, en posant deux doigts puis en pressant le bouton, ou de faire défiler verticalement et horizontalement ses pages en maintenant deux doigts appuyés, puis en les laissant glisser. A ces fonctionnalités déjà connues des possesseurs de portables Mac s'ajoute la possibilité de redimensionner ses photos à deux doigts, selon le mouvement consacré grâce à l'iPhone, mais également de les faire pivoter, en effectuant un mouvement circulaire à deux doigts.

000000C800911736-photo-touchpad-macbook-air.jpg
000000C800911738-photo-touchpad-macbook-air.jpg


Tous ces comportements sont présentés en image dans le manuel papier qui accompagne le MacBook Air, mais aussi dans l'utilitaire de configuration intégré à Mac OS X. Avec trois doigts, on pourra enfin défiler de page en page avec le navigateur Safari... mais pas avec Firefox. La plupart de ces petites fonctionnalités ne sont en effet prises en charge que par les logiciels maison. Au final, elles ne transforment pas radicalement l'expérience utilisateur, mais sont de ces petits plus qui font le charme des produits Apple.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
Apple refuse que les méchants des films utilisent un iPhone
Selon Gary Kasparov, l'intelligence artificielle fera disparaître 96% des emplois
Combien de GameBoy originaux sont encore dans les stocks de Nintendo ?
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€
La Commission européenne veut que les batteries de smartphone soient plus faciles à remplacer
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Apple supprime l'application iOS de Shadow pour violation des règles de l'App Store
Coronavirus : la Chine surveille WeChat et Twitter pour faire taire les critiques

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top