L’appli Meitu (trop) gourmande en données personnelles ?

le 20 janvier 2017
 0
L'application Meitu devient virale dans le monde entier, après être passée relativement inaperçue. Basée en Chine, l'entreprise est entrée en Bourse à Hong-Kong en décembre 2016, mais les occidentaux ne semblent en découvrir l'existence que ce mois de janvier 2017. Rapidement, elle a envahi les téléphones de nombreux utilisateurs.

Le succès de l'application lui a attiré les regards des spécialistes de la sécurité informatique et de la sécurité des données personnelles, qui tirent la sonnette d'alarme : l'appli demanderait beaucoup d'autorisations et, les serveurs étant en Chine, l'inquiétude monte quant à l'utilisation des données qu'elle recueille.

Accès à la caméra mais aussi au GPS, aux appels et même à l'IMEI et à l'IMSI



L'application Meitu est, à première vue, une simple nouvelle application de modifications de photos comme il en existe beaucoup. La particularité de Meitu est qu'elle transforme le visage de la personne en un visage de dessin animé japonais, avec un côté « cute » et « kawaii » qui n'a pas manqué de faire son succès. Les ados et les plus âgés l'utilisent, y compris pour modifier des photos de personnages célèbres.

Plusieurs sites internet, dont Cnet.com ou encore TechCrunch, estiment toutefois qu'il faut faire attention. L'application Meitu demanderait des accès à des données personnelles totalement inutiles pour ce type d'appli. Certes, elle demande l'accès à la caméra, ce qui paraît logique, mais elle demanderait, dans ses conditions d'utilisation, l'accès au GPS pour avoir la localisation de l'utilisateur, aux données concernant les appels et les messages et même à l'IMSI (numéro unique d'identification sur le réseau) et à l'IMEI (numéro unique d'identifiant du téléphone).

0258000008638516-photo-meitu.jpg


Des serveurs chinois et une utilisation floue des données



Ce qui inquiète les spécialistes, c'est essentiellement la localisation des serveurs : ils sont en Chine et l'utilisation des données personnelles collectées reste donc floue. Si certains estiment que Meitu ne fait que suivre la réglementation chinoise, très dure et qui demande une identification précise des utilisateurs, d'autres considèrent que les données pourraient être vendues à des tiers.

Dans les conditions d'utilisation de Meitu, l'entreprise n'affiche pas clairement une utilisation inquiétante des données collectées, mais le type de données - comme le fait de savoir si l'iPhone sur lequel elle est installée a été « jailbraké », ou encore le fait de pouvoir connaître quel est votre opérateur -, soulève des questions.


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Un ancien cadre de Mozilla accuse Google d’avoir sciemment saboté Firefox
Facebook travaille sur son propre assistant vocal, pour concurrencer Alexa et Siri
Face aux géants comme Alibaba, Amazon ferme sa marketplace en Chine
Pinterest pèse 12,7 milliards de dollars et fait une entrée réussie en Bourse
Une association porte plainte contre Xiaomi en raison des DAS trop élevés de ses smartphones
L'UE vote en faveur d'une nouvelle limite d'émission de CO2 pour les camions
Test LIFX Beam : l’éclairage connecté au service du design d’intérieur
Oups : Facebook a
Programmation : quels langages sont les plus recherchés et rémunérateurs ?
Google et Amazon font la paix : Chromecast va désormais supporter Amazon Prime Video
Finalement, Pepsi abandonne son idée de mettre de la publicité en orbite
MSI annonce que les cartes mères en chipset AMD 300 supporteront bien les Ryzen 3000
Mi 9 SE, trottinette électrique : Xiaomi signe une distribution exclusive avec Fnac Darty
Notre-Dame de Paris : Drones, robots... La technologie de plus en plus sollicitée par les secours
Les GAFAM désarment un projet de loi protégeant les données personnelles des utilisateurs
scroll top