Un malware qui détruit vos données demande 222 bitcoins

02 janvier 2017 à 14h06
0
Les pirates informatiques ont toujours une longueur d'avance : un malware très connu qui détruit les données, appelé KillDisk, est devenu un ransomware. Comme tout ransomware, il demande de payer une somme d'argent pour récupérer les données faute de quoi il rendra toute donnée illisible.

Mais le problème pourrait être bien plus important qu'une simple attaque de ransomware : KillDisk a été développé par une équipe de hackers, qui visait avant tout des entreprises pour leur voler les données et le fait d'y associer un ransomware pourrait n'être qu'un moyen de brouiller les pistes.

KillDisk : le malware de TeleBots s'attaque à vos disques durs

Le malware KillDisk porte bien son nom : il « tue » le disque dur qu'il infecte. Il a été identifié dans le courant de l'année 2016, après une série d'attaques visant des entreprises ukrainiennes ainsi que des banques. Les principaux antivirus le détectent désormais, mais il n'en reste pas moins extrêmement dangereux.

KillDisk a été développé par un groupe de hackers appelé TeleBots et avait pour but de limiter la possibilité de remonter leurs traces. Le groupe de hackers lançait ses attaques par le biais d'un troyen, qui leur permettait de voler les données des entreprises ciblées. Une fois les données volées, le malware était installé, réduisant le disque dur à néant : il supprime des fichiers, change des extensions et replace des fichiers systèmes. Les données sont irrécupérables et les ordinateurs ne peuvent plus démarrer.

0258000002295848-photo-hacker-logo.jpg


Un ransomware pour brouiller encore plus les pistes ?

L'activation de KillDisk rendait certes les données irrécupérables, mais les entreprises ciblées savaient qu'elles avaient été victimes d'une attaque. Selon Bleeping Computers, l'ajout du ransomware pourrait cacher autre chose que la simple volonté de TeleBots de récupérer un peu d'argent.

Une fois qu'il a infecté un ordinateur, KillDisk propose désormais deux options : soit payer 222 bitcoins, c'est-à-dire plus de 220 000 dollars selon le cours de la monnaie virtuelle du 2 janvier 2017, soit voir les fichiers être détruits. Les entreprises visées pourraient ainsi être tentées de payer ou de passer par une récupération de données classique (bien que le cryptage des fichiers soit plus poussé que celui des ransomwares les plus courants) ; elles ne se douteraient donc plus avoir été réellement attaquées et d'avoir été victimes d'un vol de données, soupçonnant un simple ransomware d'avoir infecté leur réseau.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride
Au cas où vous auriez 11 000€ en trop, le Mac Pro et son écran XDR seront disponibles le 10 décembre
Sony : la PS5 sera remplacée plus rapidement que la PS4, une version Pro prévue pour 2023
Démarchage abusif : 111 millions d'appels bloqués par Orange depuis septembre
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
E-Power Roadster : BMW présente son tout premier concept de moto électrique

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top