Malware Pegasus : 85% des terminaux iOS seraient encore vulnérables

30 août 2016 à 10h31
0
Face au malware Pegasus récemment découvert et ciblant les terminaux équipés d'iOS, seule une petite partie des consommateurs ont installé le correctif.

En fin de semaine dernière, nous rapportions qu'un nouveau malware avait été découvert par les experts en sécurité des cabinet Citizen Labs et LookOut. Baptisé Pegasus, ce dernier est capable d'enregistrer toute forme de communication sur un terminal iOS. Il a été conçu par le groupe NSO composé de hackers travaillant pour le compte de gouvernements recherchant les dissidents politiques ou les journalistes un peu trop curieux.

Face à la menace, Apple a déployé un correctif du système iOS, lequel passe en version 9.3.5. Ce patch a été publié jeudi dernier. Les experts du cabinet MixPanel, proposant des outils d'analyse pour le mobile et le web, sont en mesure de déterminer la part de chacune des versions d'iOS.


A l'heure où nous écrivons ces lignes, 13,55% de l'ensemble des détenteurs d'un terminal iOS disposent de la version 9.3.5 et 1,46% testent actuellement la bêta d'iOS 10, laquelle est protégée contre le malware Pegasus. Cela signifie que 85% des terminaux iOS seraient encore vulnérables.

Notons au passage que plus de 91% des utilisateurs disposent d'iOS en version 9.x.

035C000008535558-photo-ios-versions.jpg
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Pokémon Go : Niantic finalement moins sévère sur les bannissements
Iliad (Free) et Dassault Systèmes, parmi les plus innovants en France
Apple condamné à payer 13 milliards d'euros à l'Irlande
Une édition définitive pour Metal Gear Solid 5
Kim Dotcom obtient la diffusion en direct de son procès
Chrome intègre désormais nativement Google Cast
Samsung plancherait sur sa tablette Galaxy TabPro S2
iPhone 7 : Apple confirme une conférence de presse le 7 septembre
Une fascinante construction en Lego dédiée aux ombres chinoises
V2I : les Audi communiquent avec les feux tricolores
Haut de page